Exposition The Family of the Invisibles, Séoul, 5 avril-29 mai

Dans le prolongement du Centenaire Roland Barthes auquel Les Contemporains ont contribué (expositions Lumières de Roland Barthes et My Last Life, Vincent Meessen au Frac Aquitaine et image/imatge, été 2015), Magali Nachtergael est co-commissaire de l’exposition The Family of The Invisibles. Photography in French Collections after Roland Barthes’s Camera Lucida.

Cette exposition se tient du 5 avril au 29 mai au Seoul Museum of Art (SEMA), Séoul, Corée du Sud.

Pléiade a soutenu la publication du catalogue associé.

Dans le cadre de l’Année France-Corée 2015-2016, le Cnap et le Frac Aquitaine s’associent pour organiser l’exposition « The Family of the Invisibles » au Seoul Museum of Art (SeMA) et au Ilwoo Space à Séoul, du 5 avril au 29 mai 2016.

_

THE FAMILY OF THE INVISIBLES

L’exposition retrace une histoire de l’émergence de figures invisibles et de leurs revendications identitaires, à travers plus de 200 œuvres photographiques emblématiques des années 1930 à aujourd’hui, issues des collections du Cnap et du Frac Aquitaine.

Depuis Walker Evans, Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, William Klein ou Diane Arbus jusqu’à Jeff Koons, Cindy Sherman, Sophie Calle, Christian Boltanski, Jean-Luc Verna ou Pierre et Gilles, « The Family of the Invisibles » actualise ces figures dites « minoritaires » pour affirmer la possibilité de reconfigurer une politique des représentations, qui donnerait idéalement sa place à chaque membre de la communauté humaine.

L’exposition, qui se déploie au Seoul Museum of Art en quatre chapitres, revient sur la révolution visuelle à l’œuvre dans la photographie contemporaine et tout particulièrement présente dans les collections publiques du Cnap et du Frac Aquitaine. Le « Prologue » de l’exposition, visible au Ilwoo Space, forme un contrepoint critique et historique à la refonte des codes visuels et esthétiques de la fin du 20e siècle.

_

L’ANALYSE ET LA PENSÉE DE ROLAND BARTHES SUR LA PHOTOGRAPHIE CONTEMPORAINE

« The Family of the Invisibles » s’appuie sur la déconstruction réalisée par Roland Barthes dans Mythologies de l’exposition « The Family of Man » de Edward Steichen, présentée au MoMA en 1955 avant de circuler dans le monde entier. Le penseur phare de la modernité française produit alors une critique virulente de la représentation lyrique et pseudo-humaniste d’une histoire de l’homme articulée autour de grands stéréotypes : la naissance heureuse, l’enfance insouciante, une vie de travail, ponctuée par l’amour et le mariage, la guerre et la mort. Autant d’archétypes représentés dans l’exposition mythique « The Family of Man ».

Roland Barthes, pour qui l’intime avait un caractère politique, s’est attaché dans son livre La Chambre claire à déconstruire les normes sociales, familiales et sexuelles, en mettant en avant l’anecdote contre la grande Histoire, l’individu contre la masse, les marginaux contre les « grands hommes ». Enfants des rues, jeunes handicapés mentaux, esclaves, nomades, homosexuels, femmes poètes ou mères, condamnés à mort et animaux forment un cortège étrange qui ouvre sur la représentation d’une autre famille. La Chambre claire apparaît dès lors comme un manifeste visuel pour les minorités et offre un contraste violent avec les archétypes, les figures dominantes et les mythes culturels.

_

COMMISSARIAT
Pascal Beausse, responsable de la collection Photographie du Cnap.
Claire Jacquet, directrice du Frac Aquitaine.
Magali Nachtergael, maîtresse de conférences à l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.

_

CATALOGUE
Le catalogue de l’exposition reproduit l’ensemble des œuvres exposées accompagnées de textes de Pascal Beausse, Jacqueline Guittard, Claire Jacquet et Magali Nachtergael, Kyung-hwan Yeo (SeMA) et Suejin Shin (Ilwoo Foundation).

Format 19 x 25 cm, 400 pages, bilingue : anglais et coréen.

Image : Danica Dakic, Safe Frame III, 2012, collection Cnap, inv. 2015-0227, copyright adagp, Paris

Kenneth Goldsmith, poète américain, plasticien et auteur de Théorie

Théorie se présente comme une ramette de papier format A4, 80g en 500 feuilles. Ce n’est pas un livre, c’est un anti-livre qui revendique son discours jusque dans sa forme. Sur l’intérieur de la pochette est inscrit avec une typographie « typewriter » :

Plagiez les plagiaires

Trafiquez les trafiquants

Piratez les pirates

Théoricien mais également poète, Kenneth Goldsmith est cette figure qui, sur le modèle de l’art conceptuel, développe ses textes selon de nouvelles formes d’installations et de diffusions, réfléchissant aux nouvelles possibilités qu’offrent le numérique et internet – voire à la transformation radicale qu’elle génère sur notre appréhension de la littérature . Qu’est-ce que la littérature à l’ère digitale? Le code est une écriture, les droits d’auteurs posent question tout autant que la possibilité d’une ouverture totale des sources textuelles. « Internet détruit la littérature est c’est une bonne chose ». « Les écrivains deviennent des curateurs du langage, un glissement comparable à l’émergence du curateur comme artiste dans les arts visuels ». « L’information est une banque. Notre travail est de braquer cette banque. »

Kenneth Goldsmith est un habitué de la provocation, qui a toujours su rompre avec les conventions de la critique littéraire, de l’écriture et même de l’édition, en témoigne le catalogue qu’il a conçu avec le jeu de paume  Je ne me tourne vers la théorie qu’après avoir réalisé que quelqu’un a consacré toute sa vie à une question qui m’avait à peine traversé l’esprit jusqu’alors. 2012., où chaque espace d’une édition commune (le titre, le nom de l’éditeur, …) est d’emblée investi par le corps du discours, qui se déroule ensuite au fil des pages. Kenneth Goldsmith amplifie le processus dans cette dernière publication : une phrase, un paragraphe, une association d’idée, une pensée, une anecdote, une histoire drôle, Théorie n’a pas de règles, il n’a pas de pagination ni de reliure, il est un objet prêt à disparaître, à ne pas laisser « ouvert » dans les courants d’air. Et pourtant bien sur, il concrétise un système de pensées déjà largement exploité dans ses différents travaux, notamment Ubuweb, une plate-forme anglophone libre d’accès où sont répertoriés des artistes d’avant-gardes et leurs oeuvres par domaines de création : danse, films, poésie sonore, textes, écriture conceptuelle.

par Marie Fouquet

Théorie, Kenneth Goldsmith, Jean Boîte éditions

Collection Les Contemporains et Éditions P

Collection Les Contemporains
Éditions P

La collection Les Contemporains, lancée en septembre 2014 par Céline Flécheux et Magali Nachtergael, change d’éditeur et de distributeur à partir de février 2016.

Des éditions Manucius (diff. Harmonia Mundi), qui conservent les titres déjà publiés, la collection passe aux éditions P dirigées par Denis Prisset et diffusées en librairies par R-Diffusion.

La collection Les Contemporains propose des ouvrages qui font dialoguer la littérature, les arts visuels et la théorie. Elle se veut une exploration de la dimension visuelle que se donne parfois la littérature et réciproquement, de la dimension  textuelle d’œuvres plastiques contemporaines.

Après les 5 volumes chez Manucius (Art & Language, Benoît Maire et Falke Pisano, Agnès Geoffray, Marcelline Delbecq, Jérôme Game), deux volumes paraissent dès février 16 aux éditions P :
Coyote Stories de Chris Burden,  (avec une transcription de Marcel Cohen et une postface de Céline Flécheux).
•  Spectacles sans objet de Louise Hervé et Chloé Maillet.

Les ouvrages à paraître en 2016 seront réalisés par Célia Houdart, Benjamin Laurent-Aman, Thu Van Tran, Alex Cecchetti.

Chaque année, la collection s’enrichit de projets originaux, inédits, qui ont peu d’équivalent dans le paysage actuel de l’édition. Au prix modique de 5 euros.

TOUTES LES FEMMES SONT DES ALIENS, OLIVIA ROSENTHAL

Olivia Rosenthal, Toutes les femmes sont des aliens, coll. Verticales, 150 p., 10€

 

« Il faut toujours connaître la fin pour pouvoir raconter une histoire ». Ainsi commence le nouveau recueil d’Olivia Rosenthal Toutes les femmes sont des Aliens. Au carrefour de la littérature, du cinéma, de la danse ou encore du théâtre, Olivia Rosenthal dissèque ici trois films cultes sous un angle nouveau et un genre incertain. Elle y développe une plume marquée par un rythme décousu, scandé par des virgules fidèles au libre flux de ses impressions. Un film découvert pour la première fois à l’adolescence et retrouvé vingt ans plus tard résonne différemment. Un dénouement n’a pas la même portée selon les bagages accumulés d’une mémoire.

Comment ont évolué ces célèbres films dans l’esprit d’une auteure née en 1965 ? Ni tout à fait fiction ni tout à fait essai, Toutes les femmes sont des aliens propose une réflexion à la fois introspective et ouverte, sensible et savante de ces intrigues cinématographiques devenues cultes. Sources de l’imaginaire collectif, Alien, Les Oiseaux ou encore Bambi ont également bâtit notre perception du monde et des interactions.

Si Hitchcock semble vouloir régler ses comptes envers les blondes dans le film Les Oiseaux, où l’on assiste à l’horrible fin d’une actrice détestée réduite à néant par le réalisateur, Walt Disney nous inviterait dans une enfance du déni dans Bambi ou dans Le livre de la jungle, avec ces mélodies dramatisantes ou délirantes qui donnent l’illusion d’une vie impossible sans figure parentale ou illustrent les préjugés raciaux. « Les refrains prônent le bonheur et la joie, les faits démentent. L’écart monstrueux entre la musique et la vie se creuse, on ferme les yeux ».

« Oui, on peut vivre sans mère, et même, on doit »

Olivia Rosenthal s’approprie une herméneutique de la déconstruction et de la restructuration, elle désarticule des images ancrées au cours du temps et dans l’esprit de plusieurs générations, et les replace dans une grille de lecture contemporaine. Et si les aliens de la célèbre saga réalisée par Ridley Scott représentaient ce que génèrent les femmes de pouvoir, ces « autres » qui rompent avec la posture féminine attendue, celle-la même édictée par nos sociétés contemporaines ? Après tout, c’est bien le personnage féminin Ellen Ripley qui porte en elle les germes de ces créatures minoritaires fascinantes mais effrayantes qui menacent de prendre le pouvoir et de le retourner contre les Hommes. La femme et l’alien se confondent en un même personnage, créature et génitrice, source de puissance et de renversement. Nous voilà embarqués dans les souvenirs d’Alien d’une narratrice qui ne cache pas la confusion chronologique de sa mémoire ni les flottements intempestifs de sa pensée. Elle renoue les liens filiaux et maternels entre les xénomorphes et les femmes en concentrant son analyse autour d’Ellen Ripley, mère d’une enfant perdue et à jamais désirée. Ainsi la question de la maternité et de la génération domine-t-elle le texte parallèlement à celle du temps arrêté et transcendé par le personnage fort et féminin Ellen Ripley. Le « devenir monstrueux » de la femme dont le « devenir mère » est tacite, témoignent tout autant de la possibilité d’abandon ou du sacrifice de sa progéniture potentielle.