Archives de catégorie : Autour du séminaire

Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Jérôme Game, auteur de Développements, paru en 2015 dans la collection Les Contemporains, nous avait fait le plaisir de venir pour une séance de séminaire en compagnie de Louise Hervé et Chloé Maillet.
Le 18 juin 2014, Lorraine Duménil et Olivier Penot-Lacassagne organisaient une journée d’études passionnante sur La Performance narrative (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle). A cette occasion, il s’est entretenu avec Pascal Mougin qui coordonne La Tentation littéraire de l’art contemporain (à paraître aux Presses du réel, janvier 2017). Leur conversation, portant sur les ressorts narratifs de la poésie-performance, est retranscrite ici. Nous les en remercions, ainsi que les organisateurs de la journée d’études.

Continuer la lecture de Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Colloque La tentation littéraire de l’art contemporain (Nantes, 16 et 17 octobre 2014)

en partenariat avec Les Contemporains

 

La tentation littéraire de l’art contemporain
16-17 octobre 2014
Le Lieu Unique – Nantes

 

PROGRAMME COMPLET SUR : WWW.LELIEUUNIQUE.COM

Organisateur

Pascal Mougin, maître de conférences
CERACC / EA 4400 « Écritures de la Modernité » (Paris III / CNRS)
pascal.mougin@univ-paris3.fr

Comité scientifique

Bruno Blanckeman (Paris III)
Jean-Max Colard (Lille III)
Paul Dirkx (Nancy II)
Jean-Marie Gleize (ENS Lyon)
Anne Mœglin-Delcroix (Paris I)
Pascal Mougin (Paris III)
Magali Nachtergael (Paris XIII)
Michel Poivert (Paris I)

Partenariats

Le Lieu unique, Nantes
École supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole
Musée des Beaux-Arts de Nantes
Programme « Les Contemporains – Littérature, arts, théorie » (Magali Nachtergael, Paris XIII ; Céline Flécheux, Paris VII)

Déroulement du colloque

Le colloque se déroulera sur deux jours et sera l’occasion d’entendre une quinzaine de communications de spécialistes du sujet – historiens et critiques d’art, critiques littéraires –, et se terminera par une table ronde autour de quelques artistes invités.

Propositions de communication

Les propositions de communication sont à envoyer à l’organisateur avant le 28 avril 2014. APPEL CLOS. 

Historique – état des lieux

Tandis que beaucoup d’écrivains contemporains se montrent attirés par les arts plastiques, faisant déborder leurs pratiques vers la performance, la scène, la vidéo, l’installation et toutes les formes de littérature « exposée », un mouvement inverse s’observe chez les artistes, en France comme ailleurs, de plus en plus nombreux à intégrer dans leurs propositions des formes linguistiques, textuelles et discursives. Cette tentation « littéraire » de l’art contemporain se réalise sous différentes formes :

– des livres à part entière, publiés par des artistes parallèlement à leurs productions plastiques chez des éditeurs de littérature (les textes d’Édouard Levé, les récits de Valérie Mréjen) ;

– des textes constitutifs d’œuvres ou de dispositifs destinés à l’exposition : cartel associé à une image ou un objet, feuillet proposé au visiteur ou disséminé dans l’espace public, mais aussi texte peint, photographié, écrit au néon, sculpté ou transformé en objet (Patrick Corillon, Claude Closky, Dominique Gonzalez-Foerster, Liam Gillick, Philippe Parreno, etc.)

– l’ensemble pouvant donner lieu à publication ;

– des performances orales – lectures, conférences, entretiens, interventions –, pouvant déboucher elles-mêmes sur des archives écrites.

Toutes combinaisons de ces trois formes également possibles par ailleurs.

Cette tentation littéraire des artistes n’est pas nouvelle : des peintres furent poètes (William Blake, Picabia), Picasso s’essaya au théâtre, les artistes de Dada, les cubistes et les futuristes ont multiplié les pratiques hybrides, « reverticalisant » l’écrit dans le sillage du Coup de dès mallarméen. Les formes et les enjeux de ces pratiques ont pourtant changé depuis l’époque de la modernité : les Beaux Arts et la littérature étaient alors consacrés comme deux ordres charismatiques, éventuellement pensés dans une relation d’analogie (ut pictura poesis), mais surtout portés à explorer leurs spécificités formelles respectives (jusqu’à leur radicalisation : littérature de l’indicible, monochrome en peinture) ou à développer des stratégies de valorisation réciproque (le « parler-peinture » des écrivains, les collaborations dans le cadre de « livres illustrés » à forte plus-value bibliophilique).

Le véritable « tournant textuel » de l’art – et avec lui l’appropriation de la forme livre par les artistes – s’est produit dans les années 60. Contre la visualité de l’art, la sacralité et le statut de marchandise de ses objets, les artistes conceptuels ont privilégié la description de l’œuvre à l’œuvre elle-même (Lawrence Wiener), tendance à laquelle le collectif Art and Language donnera un tour plus réflexif ; les mêmes années 60 virent apparaître de nouvelles poétiques d’« inclusion » (John Cage), et des formes « intermedia » (Dick Higgins), tandis que Robert Filliou et les artistes Fluxus appelaient à faire art de tout, en particulier des pratiques discursives allant de la sociologie à la contestation politique ; dans la décennie suivante, l’art narratif a multiplié les interactions entre texte et images (Jean Le Gac, Christian Boltanski, puis Sophie Calle).

La situation actuelle parachève ce mouvement de « dé-définition de l’art » (Harold Rosenberg) qui porte les artistes à investir tous les champs de l’activité humaine et à se saisir des formes discursives correspondantes, dans une défiance souvent perceptible à l’égard des séductions du pur perceptif et du simulacre fétichisé. Parallèlement, le développement des ateliers d’écriture dans les écoles d’art a pour effet que la littérature compte plus facilement au rang des ambitions accessibles des jeunes artistes. Les institutions et les centres d’art sont eux-mêmes en demande de pratiques relevant de la performance, de l’interaction et de la participation, où le texte trouve toute sa place. Enfin, de nouvelles maisons d’édition sont spécialisées dans cette littérature des artistes.

Plusieurs ouvrages récents (voir ci-dessous) ont proposé des aperçus du phénomène et certains des artistes concernés sont régulièrement étudiés. Le colloque prévu pour octobre 2014 – qui concernera la production française mais non exclusivement – voudrait d’abord élargir ces repérages au sein du foisonnement des propositions artistiques qui mobilisent aujourd’hui le texte à quelque titre que ce soit. Il s’agira de dégager d’éventuelles constantes ou régularités de formes et d’enjeux, autant que de distinguer des singularités : entre formes visuelles opaques et non signifiantes, exploitées pour leur plastique intransitive, et énoncés vecteurs de sens et de représentations, directement « opérables » ou performatifs, le continuum des possibles est large.

On se demandera en quoi ces productions travaillent et transforment la notion même de littérature, dans le sens d’une désacralisation de la posture auctoriale et d’une recontextualisation des pratiques – accomplissant l’affirmation de Deleuze en 1993, pour qui écrire « c’est aussi devenir autre chose qu’écrivain ». On verra ce qu’elles nous disent du régime esthétique contemporain, marqué, comme l’analyse Jacques Rancière, par la figure de la phrase-image.

 

Quelques axes de réflexion

Héritages, circulations

1. L’empreinte des pratiques artistiques antérieures (de Dada à Fluxus et à l’art conceptuel) dans les productions contemporaines : évolutions, transformations ;

2. Quel rapport à la littérature « légitime » entretiennent les artistes d’aujourd’hui, entre pratiques de détournement, reconnaissance de dettes (Mallarmé, Perec, Nouveau Roman), convergences implicites ?

3. Quelles rencontres se produisent entre les artistes se saisissant de l’écriture et les écrivains faisant en sens inverse le chemin vers les arts plastiques (Jean-Charles Massera, Jérôme Game, etc.) ? En quoi la dé-définition de l’art et le désir de littérature des artistes coïncident- ils avec la déterritorialisation de la poésie, de l’essai et du roman ?

Une nouvelle littérature ?

En quoi les artistes-écrivains apportent à la littérature de nouveaux objets, de nouvelles rhétoriques, d’autres formes de montage et de composition, d’autres modalités énonciatives et pragmatiques, d’autres régimes fictionnels – en particulier le fictionisme, ce « mentir-vrai » qui pourrait bien s’avérer irréductible aux catégories traditionnelles (ni tout à fait fiction, ni autofiction, ni supercherie), renouvelant non seulement les formes littéraires mais le fait littéraire lui-même dans son existence sociale ?

Quelles méthodes pour quels objets ?

Dans quelle mesure peut-on isoler certaines propositions ou certains constituants de propositions artistiques sur la base d’un médium spécifique (langage, discours, texte) en les séparant de la production non linguistique d’un même artiste ou du volet non linguistique de la même œuvre ? Un livre publié par un artiste chez un éditeur réputé « littéraire » ne sera-t-il pas amputé d’une part de sa signification s’il est considéré pour lui-même, indépendamment du reste de la production de son auteur ? L’œuvre mixed media quant à elle, mêlant texte et non-texte, ne tient-elle pas sa singularité de la combinatoire des supports et des territoires investis, chacun d’eux pouvant s’avérer, pris isolément, peu digne d’intérêt ?

Dans quelle mesure ces productions ne contraignent donc pas à penser de nouvelles formes de narration, de fabulation et de performativité, indépendantes du médium, toute autre analyse risquant de perdre de vue le saut qualitatif opéré par ces poétiques hybrides qui subsument en une unité nouvelle l’hétérogénéité de leurs constituants ? Dès lors la poétique, la narratologie, l’herméneutique littéraire peuvent-elles se saisir de ces objets rétifs à l’inscription catégorielle ? Mais la critique d’art, à elle seule, dispose-t-elle de tous les outils d’analyse ?

Parce que ces formes d’écrit, en définitive, impliquent la rencontre entre critique d’art et critique littéraire, la question se pose de savoir en quoi les méthodes et questions des deux disciplines peuvent se compléter, s’enrichir et s’éclairer mutuellement.

Bibliographie indicative

L’Art même, n°55, « Art contemporain et littérature », Bruxelles, 2e trimestre 2012
BOURRIAUD, Nicolas, « L’art à livre ouvert », Beaux-Arts Magazine, n° 178, mars 1999, p. 64-72
BRAYER, Marie-Ange, « Fabulations : les postures de l’artiste en écrivain », Artpress spécial, « Vingt ans. L’histoire continue », 1992, p. 44-48
CAMART, Cécile, « L’artiste ou l’écrivain ? Fabulations et postures littéraires chez Agnès Geoffray et Marcelline Delbecq », dans : NACHTERGAEL, Magali (textes réunis par), Textuel, n° 52, 2007, Lectures de l’art contemporain (1970-2000), p.71-85
CHEVRIER, Jean-François, PIJOLLET, Élia, L’action restreinte : l’art moderne selon Mallarmé [exposition, Nantes, Musée des beaux-arts, du 8 avril au 3 juillet 2005], Paris/Nantes, Hazan /  Musée des beaux-arts, 2005
COLARD, Jean-Max, « Quand la littérature fait exposition », dans : Littérature, n° 160, décembre 2010, « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre », p.74-88
GAME, Jérôme (dir.), Mac/Val : Ce que l’art fait à la littérature, Artpress 2, n° 26, août-sept.- oct. 2012
GAME, Jérôme, Sous influence. Ce que l’art contemporain fait à la littérature, MAC/VAL, coll. « Sous influence », 2112
JOLY, Jean-Luc (dir.), Cahiers Georges Perec n° 10, « Perec et l’art contemporain », Paris, Le castor astral, 2010
LAOUREUX, Denis (dir.), Écriture et art contemporain, Textyles, n° 40, Bruxelles, le CRI, 2011
MŒGLIN-DELCROIX, Anne, Esthétique du livre d’artiste (1960-1980). Une introduction à l’art contemporain, Paris [Jean-Michel Place / BNF, 1997], éd. rev. et augm., 2012, Les mots et le reste / BNF
MŒGLIN-DELCROIX, Anne, Sur le livre d’artiste : articles et écrits de circonstance (1981-2005), Marseille, Le mot et le reste, coll. « Formes », 2006
MOUGIN, Pascal, « Édouard Levé : la fiction à force de réel. Remarques sur le modèle photographique », @nalyses, Vol. 4, no 2, printemps-été 2009
MOUGIN, Pascal, « Modèles littéraires de l’art contemporain : Marcelline Delbecq, lectrice de Claude Simon ? », colloque « Lectures de Claude Simon », Université d’Orléans / IUFM de Chartres, 8 juin 2013, à paraître.
NACHTERGAEL, Magali (textes réunis par), Textuel, n° 52, 2007, Lectures de l’art contemporain (1970-2000)
NACHTERGAEL, Magali, « Éric Duyckaerts : discours et figure », dans : LAOUREUX, Denis (dir.), Écriture et art contemporain, Textyles, n° 40, Bruxelles, le CRI, 2011
NACHTERGAEL, Magali, « Art contemporain et “new literature” », L’Art même, n°55, « Art contemporain et littérature », Bruxelles, 2e trimestre 2012, p. 4-6
NACHTERGAEL, Magali, « Quand les œuvres racontent des histoires. La mise en récit de l’art au XXe siècle », dans : NACHTERGAEL, Magali (textes réunis par), Textuel, n° 52, 2007, Lectures de l’art contemporain (1970-2000)
NACHTERGAEL, Magali, Les mythologies individuelles. Récit de soi et photographie au XXe siècle, Amsterdam-New York, Faux Titre, Rodopi, 2012
RANCIÈRE, Jacques, Le destin des images, La Fabrique, 2003
RANCIÈRE, Jacques, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2009
REYMOND, Fabrice, « Ut pictura poesis » in Écoles d’art : nouveaux enjeux, Artpress 2, n° 22, août-sept.-oct. 2011, p. 31
ROSENTHAL, Olivia, RUFFEL, Lionel, Littérature, n° 160, décembre 2010, « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre »
TERRIER HERMANN, Véronique, « Détournements du littéraire dans les arts plastiques, 1961-1994 », Pratiques et Réflexions sur l’art, Presses universitaires de Rennes, n° 7, automne 1999, p. 40-69.

Séance du 18 avril – Arts numériques avec Marina Ledrein & Emma Reel

Enjeux contemporains autour des arts numériques 

SÉANCE DU JEUDI 18 AVRIL 2013  PAR ARNAUD MAÏSETTI ET SHIRLEY NICLAIS (DOCTORANTS PARIS 7)

Horaire et lieu
18h – 20h
Université Paris Diderot – Paris 7
Bâtiment des Grands Moulins : salle 682 bâtiment C  (6e étage)
Esplanade Pierre Vidal-Naquet (en face de Bétonsalon et de la Halle aux farines)
Paris 13e arrondissement
M° ligne 14 ou RER C – arrêt Bibliothèque François Mitterrand 
Bus 89 – 62 – 64 – 325
 
 

Espace contemporain et du contemporain, le numérique a modifié en profondeur le rapport que l’on pouvait avoir avec le temps présent, multipliant les épaisseurs possibles de présents et de présences, il ne cesse aussi d’œuvrer avec le contemporain, et nombre d’artistes aujourd’hui en font œuvre.

Espace d’usage et de multiplicité, internet n’est pas fondamentalement un territoire donné de l’art, institutionnel et conçu pour des démarches artistiques, mais se déploie cependant depuis longtemps en un vaste lieu de création, sous toutes ses formes. Qu’il reprenne ainsi d’anciens usages de l’art — se donnant pour tâche d’être un espace de visibilité ou un média — ou qu’il produise des pratiques artistiques neuves, internet tend à redéfinir tout à la fois les pratiques, les domaines  d’interventions, les outils, les modes de ses réflexions, et ses relations avec son dehors. Avec internet, c’est sur une même surface que se donnent à voir l’œuvre et ses outils, l’atelier et la galerie, l’art et les données de l’art. Internet est un flux permanent d’informations, le moyen d’un échange, d’une communication qui réduit théoriquement espace et temps à zéro : un lieu personnel mais d’usage commun ; un espace public où se tiennent des conversations privées ; un enjeu politique où des pratiques intimes ne cessent d’évoluer — un vaste territoire où la représentation est au cœur même d’une dialectique réelle et virtuelle que n’altère aucune tentative normative, juridique, idéologique.

Alors que l’image se fond dans le code informatique et tend à se dématérialiser, jusqu’à dématérialiser la création elle-même, certains artistes parviennent à conserver cette magie de l’aléatoire et du hasard en imaginant de nouveaux supports qui prennent à contre-pied la digitalisation de leur pratique. A la lumière des nouvelles possibilités techniques et technologiques qu’offre le numérique, le cinéma d’animation peut s’interroger comme art du manque et des intervalles abstraits. Travailler l’image par image revient à interroger l’inconscient du cinéma lui-même en tant qu’il est lui aussi construit image par image, de parcelles de vides et d’immobilités falsifiées.

Alors, le numérique, espace ? Ou usage ? Il n’est en fait réductible à aucune démarche déterminée par cet espace transitoire, éphémère et mémoriel qu’est le code informatique — et c’est bien parce qu’il nous donne à voir un contemporain à l’œuvre, qu’internet et le numérique, dans leurs pratiques artistiques croisent arts plastiques, textuels, photographiques, cinématographiques, et permettent aussi de reconsidérer la question de l’auteur.

C’est au cœur de ces démarches et de ces interrogations que nous invitons dans le cadre de notre séminaire deux artistes — un écrivain et une plasticienne vidéaste — qui font du numérique et de l’immatériel leur espace d’invention et de recherche, où l’écriture s’élabore sur internet dans une plasticité qui touche l’écriture aussi bien que son auteur ; où l’art plastique est aussi un récit d’écriture sur le corps numérique de ceux qui l’inventent.

Marina Ledrein
Marina Ledrein, « Les blessures des arbres », 2012 – courtesy de l’artiste 

Née en 1973, écrivain, journaliste, et plasticienne du numérique, Emma Reel est présente sur internet depuis 1992, où elle ne cesse d’expérimenter de nouvelles formes d’écritures. En 2012, Le Seuil publie son projet littéraire Ah., premier ouvrage de littérature en langue française sous forme exclusivement numérique publié par une maison d’édition traditionnelle. Récit érotique questionnant la question du corps féminin en prise avec la maladie aussi bien qu’expérimentation d’une écriture fictionnelle numérique et plastique, Ah. déploie sa narration au sein d’un dispositif hypertexte à la fois labyrinthique et sensible, captif et radical. Les difficultés inhérentes à l’apparition de la littérature numérique – en particulier la question des supports, des formats, du matériel, l’ont amenée entre autres à prendre position contre les DRM et à défendre les apports de l’open source aux pratiques artistiques. La réflexion sur l’avenir des technologies lui semble ainsi indissociable de la pratique d’une écriture numérique. A ce titre, elle mène parallèlement d’autres projets, qui tentent de questionner l’apport de la géolocalisation à la littérature de voyage, ou qui s’interrogent sur les métamorphoses de l’énonciation au contact des dispositifs virtuels. Son site est un territoire de fictions multiples, et l’enjeu d’un questionnement permanent sur les frontières des identités et les articulations complexes entre l’auteur et ses lecteurs : http://emmareel.net/

Jeune plasticienne et vidéaste, Marina Ledrein est spécialiste du cinéma d’animation. A partir d’images numérisées à l’aide d’un scanner, elle explore l’animation comme art des intervalles, des entre-deux et des noirs, et place ainsi le manque au centre de sa pratique.  Ses vidéos s’intègrent à des installations aux matériaux délicats pour mieux penser l’identité de la femme, et la fragilité du corps.

Son dernier projet, Les Blessures des Arbres, exposé pour les Nuits Blanches d’Amiens en 2012, s’est construit autour d’un texte choisi par l’artiste et son modèle, qui a subi très jeune une ablation des ovaires. Consacré au processus de cicatrisation de l’écorce, ce texte rédigé par le ministère de l’agriculture en 1941 se voit quelque peu falsifié, à peine retouché, pour qu’apparaisse un parallèle troublant et poétique avec les douleurs de la féminité. www.marinaledrein.com

Journée d’études Les Contemporains – 29 mars 2013

SUR QUELQUES ÉVÉNEMENTS POLITIQUES RÉCENTS

ACTION, ESTHÉTIQUE, FICTION


Date, horaires, lieu

Vendredi 29 mars 2013
9h30 à 16h30
Salle C304

Université Paris 13
U.F.R. Lettres, Sciences de l’Homme et Sociétés (LSHS)
93430 Villetaneuse

=> plan et itinéraires
Départ Gare du Nord, voies 31 à 36 ligne H direction Pontoise ou Ermont Eaubonne, puis à la gare d’Epinay-Villaneuse prendre la navette bus 156 ou 356 jusqu’à l’arrêt Université Paris 13.

Où il est question du contemporain politique.

Dans le cadre du séminaire Les Contemporains, une journée d’études se focalise plus précisément sur les nouvelles formes de fiction à l’œuvre face aux événements politiques contemporains.

La journée d’études se propose, à la suite de la séance consacrée aux « performances-fiction » du 29 novembre 2012, de faire contraster fiction et action dans la production esthétique, au regard de l’actualité. Comment les artistes, écrivains, professionnels de l’art participent aujourd’hui au commentaire, voire à une reconfiguration de la représentation de l’événement politique contemporain ? Leurs œuvres et travaux participent aussi à la construction de la représentation du monde contemporain sous un angle politique, puisqu’ils suggèrent la possibilité d’un autre ordre dans la Cité, soit par la fiction, l’action ou l’esthétique. À l’horizon de cette journée d’études, et à partir du travail sur les formes (dispositifs, narration, documentaire, activisme) on se demandera comment les artistes repensent et remodèlent à la fois les formes de l’engagement contemporain.

Nous sommes tous des migrants, Emmanuel Saulnier, 2012 (courtesy de l’artiste)

 

Programme

9h Accueil des participants  (campus de Villetaneuse) pour un petit déjeuner en salle C304.

9h30 – 12h30 « Filtrer, filmer » 

Séance présidée par Judith Abensour et Thomas Bauer (Ecole Supérieure des Beaux-Arts Tours Angers Le Mans – TALM)

–   Bijan Anquetil pour son film La nuit remue (2011 – primé au FID – Festival International du Documentaire de Marseille )
–   Florence Lazar pour son film Les Bosquets (2010)

12h30 à 13h30 Buffet à L’Arlequin (salle WEB) suivi d’un café en salle C304

13h45-16h30 « Transformateurs »

Séance présidée par Céline Flécheux (Université Paris 7 – Paris Diderot)

–   Mélanie Bouteloup (Commissaire d’exposition et directrice de Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Paris)
–   Eric Marty (Écrivain, Le Cœur de la jeune Chinoise, Seuil, 2013, et Professeur de littérature française à l’Université Paris 7 – Paris Diderot)
–   Emmanuel Saulnier (Artiste et Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris)
–   Remy Yadan (artiste)

Journée d’études co-organisée et co-financée par les Universités Paris Diderot-Paris 7 (CERILAC, EA 4410), Paris 13 (CENEL, EA 452) et l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts Tours Angers Le Mans – TALM.