Archives de catégorie : Lectures / Readings

Revues, articles, blogs, publications récentes ou grands classiques de la relation entre littérarité et visualité

Louise Hervé et Chloé Maillet dans la collection Les Contemporains : Spectacles sans objet (éditions P, 23/02)

Désormais publiée par les Editions P (Denis Prisset, Marseille), la collection Les Contemporains est heureuse d’annoncer la parution d’un ouvrage inédit réalisé par Louise Hervé et Chloé Maillet, Spectacles sans objet.

Disponible dans les bonnes librairies et via R-Diffusion pour la modique somme de 5 euros.

—-

LHCM

Présentation de l’ouvrage

D’où vient la performance ? Largement répandue sur le territoire artistique contemporain et associée à un phénomène des années 1970, la performance prend racines bien avant le XXe siècle. Dans Spectacles sans objet, Louise Hervé et Chloé Maillet la situent entre le XVIIe et le XIXe siècle et entre trois mouvements historiques liés à des pratiques révolutionnaires, contestataires ou marginales. Derrière elles demeure la valeur du renouveau, l’ouverture de la création et de la représentation à l’échelle du public. Les funambules et les puritains, La danse des Méditateurs, La performance des saint-simoniens sont trois textes conçus dans le cadre de résidences qui se sont déroulées entre 2008 à 2014 et entre sept lieux (centres d’art, atelier ou square), en France comme à l’étranger. Aujourd’hui réunis dans le recueil Spectacles sans objet, ces trois récits contemporains teintés de « poussière de d’histoire » joue avec les temporalités, les anachronismes et les registres. Ces textes sont aussi les témoins de l’histoire politique du spectacle, ciblant, en trois temps qu’un quart de siècle sépare les uns des autres, le surgissement de la performance et sa dimension sociale et participative. Et si le devenir de la fête à ces époques était la performance ? Entre éléments de fiction, matière scientifique et spectres du réel, le recueil s’inscrit dans un projet plus global entre textes et images, en témoigne sa version filmographique éponyme et sortie un mois auparavant.

Présentation des artistes

Les deux artistes Louise Hervé et Chloé Maillet sont principalement connues pour leurs conférences décalées qu’elles présentent in situ en uniformes ou qu’elles délèguent à des acteurs, mais elles travaillent également au carrefour de la vidéo, des textes de science fiction et de la performance – notamment autour de personnages et de lieux historiques. Elles sont à l’initiative de l’I.I.I.I. (International Institute for Important Items) au sein duquel elles réalisent leurs différentes créations.

Louise Hervé et Chloé Maillet, Spectacles sans objet, Marseille, éd. P, coll. Les Contemporains, 60 p., 5€

INFOS

Langue: Français
Date de publication: 23 fév. 16
Format: 10.5 x 16.5 x 0.7 cm
Poids: 60 gr.
Nombre de pages: 64
Isbn: 978-2-917768-57-0

Chronique : Toutes les femmes sont des aliens, Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal, Toutes les femmes sont des aliens, coll. Verticales, 150 p., 10€

 

« Il faut toujours connaître la fin pour pouvoir raconter une histoire ». Ainsi commence le nouveau recueil d’Olivia Rosenthal Toutes les femmes sont des Aliens. Au carrefour de la littérature, du cinéma, de la danse ou encore du théâtre, Olivia Rosenthal dissèque ici trois films cultes sous un angle nouveau et un genre incertain. Elle y développe une plume marquée par un rythme décousu, scandé par des virgules fidèles au libre flux de ses impressions. Un film découvert pour la première fois à l’adolescence et retrouvé vingt ans plus tard résonne différemment. Un dénouement n’a pas la même portée selon les bagages accumulés d’une mémoire.

Continuer la lecture de Chronique : Toutes les femmes sont des aliens, Olivia Rosenthal

Jérôme Game dans la collection Les Contemporains : sortie le 3/09

La collection Les Contemporains s’enrichit de deux nouveaux titres inédits autour de la question de la photographie. Les textes de Jérôme Game et Marcelline Delbecq sont disponibles aux éditions Manucius pour la somme de 4 euros et dans toutes les bonnes librairies.

Game 1 couvJérôme Game
Développements
2015

 

 

 

 

 

 

 

L’exposition imaginaire d’un jeune artiste fictif devient une suite de fragments poétiques, prises de vues sous forme de photo-poèmes. Dans cette exposition, circulez, il n’y a rien à voir !

Quatrième de couverture

Développements est la première exposition personnelle, sous forme de livre, d’un photographe débutant : Benjamin B., qui se trouve aussi être le personnage de Departure Lounge, le roman que je viens d’achever.

À la fin de Departure Lounge, Benjamin B. quitte son emploi et se consacre à la photographie numérique, réalisant aussi quelques vidéos parfois.

Je suis quant à moi le curateur de cette exposition : j’en assure les tirages papier sous formes de blocs de prose, ainsi que l’accrochage, sous forme d’ouvrage, ainsi de Développements.

– Voyons, reprenons : tout cela reste un peu opaque. Un personnage de roman qui devient photographe; des photographies et projections vidéo exclusivement composées de blocs-textes; un livre fait espace d’exposition, c’est bien cela Développements ?

– Oui, c’est ça, je pratique la vidéo, la photographie : j’écris des textes. J’ai une caméra textuelle; je me la suis construite. L’exposition qu’on a imaginée ici, ses œuvres, adviennent de passer dans le texte. Aucune mise en abîme. Plutôt : du développement, à double-sens, entre texte et images via le texte, entre personnage-opérateur et fonction-auteur via le dispositif, entre espace (plastique) et espace (discursif) via la méthode, entre voir et lire, raconter et montrer. (J. G.)

 

Jérôme Game (vit et travaille à Paris et New York)

Jérôme Game est un écrivain français né en 1971. Il écrit des livres de poésie, de poésie sonore, de vidéopoésie, des essais. Il fait des lectures-performances, seul, avec des musiciens, des danseurs, des plasticiens, des metteurs-en-scène. Les arts visuels et d’installation lui sont essentiels. En ce moment, il habite entre New York et Paris. Ce qui lui convient pour travailler : être étranger (ici) ; être à distance (de là-bas), être entre. Demeurer entre – les pratiques, les langues, les médias. S’y installer comme dans une case vide pour œuvrer sans s’alourdir de trop d’appartenance, de trop d’identité.

Depuis 2000, il a publié une quinzaine de livres et donné de nombreuses lectures en France et à l’étranger (Europe, Afrique du Nord, Asie, Amériques). Il a également coréalisé un DVD de vidéopoèmes ainsi que des affiches et des installations photographiques (cf. bibliographie ci-dessous).

Son écriture se développe au travers de collaborations avec des plasticiens (Naby Avcioglu, Valérie Kempeneers), des musiciens (Didier Aschour, Jean-Kristoff Camps, Oliver Lamarche, l’ensemble Motus, Carole Rieussec), des metteurs-en-scène (Cyril Teste/Collectif MxM) ou des chorégraphes (David Wampach), lors d’interventions performatives explorant points de contact entre écriture et pratiques plastiques (images, scènes, sons).

Il a été décrit comme un “compositeur en-dedans et en-dehors de la littérature, au rythme d’une caméra textuelle et d’un micro aux récits qui disjonctent, (…) pratiquant une langue aux prises insaisissables. Allez l’écouter, vous y verrez le montage d’un film qui avance depuis ses arrêts sur lecture. Allez le lire, vous y visiterez une installation qui résiste à toute définition et se désiste à toute prise. Jérôme Game cherche des dispositifs où l’écriture est chargée d’autre chose, de l’image Youtube à la photographie, à l’art contemporain. Écrivain radiophonique, vidéaste du verbe, chercheur sonore, qu’importe l’enseigne pourvu qu’il y ait le devenir” (Flora Moricet, Inferno Magazine).

Translations, correspondances, appropriations; réinitialisation de procédés, questionnements transfrontaliers, dispositifs communs : c’est dans ces écarts que son écriture est prise, et tente de se refaire elle-même.

Il a publié dans de nombreuses revues et a été traduit en plusieurs langues (anglais, chinois, japonais). Il est également l’auteur de textes théoriques sur l’esthétique contemporaine (philosophique, littéraire, plastique, cinématographique). Son travail a par ailleurs fait l’objet d’adaptations scéniques (ma phrase a pris 3 cm de plus, de mieux, se détend, d’Yves Arcaix) et plastiques (Over Game, installation multimédia de Bérengère Lebâcle et Alexis Fichet).

Jérôme Game a récemment été en résidence au centre d’art le Triangle de Rennes, au MAC/VAL à Vitry-sur-Seine, à Hong Kong (Mission Stendhal), et à New York (NYU).

Site : www.jeromegame.com

Marcelline Delbecq dans la collection Les Contemporains : sortie le 3/09

La collection Les Contemporains s’enrichit de deux nouveaux titres inédits autour de la question de la photographie. Les textes de Jérôme Game et Marcelline Delbecq sont disponibles aux éditions Manucius pour la somme de 4 euros et dans toutes les bonnes librairies.

cameraMarcelline Delbecq
Camera
2015

 

 

 

 

 

Comment parler de photographie aujourd’hui ? Un recueil de fragments de réflexions sur l’image photographique en forme de traversée subjective dans des images historiques collectives ou personnelles.

Quatrième de couverture

En découvrant la monographie de Diane Arbus —« Diane Arbus » aux éditions Aperture— dans le rayon photographie de la bibliothèque municipale d’Evreux en 1990 ou 1991, je n’avais aucune idée que la photographie, et au-delà d’elle l’image fixe ou animée, me révèlerait le monde.

Camera n’est ni une autobiographie ni un ouvrage théorique, ni un récit ni un dictionnaire. Mais une tentative d’explorer, avec tout l’empirisme qui caractérise le façonnage d’une existence, par quels ressorts ce mot est devenu la condition même de ma propre écriture.

Le texte est aussi une réflexion sur l’acte photographique, dans la lignée de La Chambre claire de Roland Barthes mais adoptant une forme fragmentaire propre au mode d’écriture contemporain.

 

54 pages. 4 euros
En français. Illustrations N&B
Diffusion Harmonia Mundi
Editions Manucius, Paris

 

Marcelline Delbecq (vit et travaille à Paris)

Après des études de photographie aux Etats-Unis (Columbia College, Chicago et ICP New York, 1995-1997), marquées par la découverte de la photographie américaine, William Eggleston, Diane Arbus, Stephen Shore et Edward Ruscha, Marcelline Delbecq revient en France où elle obtient son DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, grade master) à l’école des beaux-arts de Caen (Ecole Supérieure d’Art de Caen, 1997-2002) et un master professionnel en études curatoriales (« art de l’exposition », Nanterre Paris Ouest, 2002-2003). Elle a également enseigné un des premiers cours d’écriture créative en France à l’ENSAPC (Ecole Nationale Supérieure des Arts de Paris Cergy).

Le travail de Marcelline Delbecq s’est peu à peu éloigné de la pratique de l’image pour se concentrer sur la potentialité cinématographique de l’écriture. Son utilisation du récit, de la voix, élabore un univers narratif mis en mots et en sons pour convoquer un ensemble d’images mentales oscillant entre description et fiction, passé et présent. Dans ses installations sonores, publications et lectures en public, les mots mettent en jeux la question du regard en devenant à leur propre tour des visions. Elle travaille régulièrement avec l’actrice Elina Löwensohn, le pianiste Benoit Delbecq et le bruiteur de cinéma Nicolas Becker.

La pratique de Marcelline Delbecq part d’une réflexion sur l’image qui la guide ensuite vers l’écriture, sous forme d’excursions hors-champs et de monologues à haute voix. 
Les potentialités cinématographiques de l’écriture lui permettent de créer des fictions oscillant entre passé et présent. Sa voix évoque des visions chimériques, mettant en scène 
des situations à la lisière de la fiction et de la mémoire. Installations sonores, photographies, films ou publications génèrent un territoire mental évanescent.

Elle a exposé en solo à la Galerie Xippas (Paris, 2009), au Musée Zadkine (Les Arques, 2008), au Swiss Institue et à Art in General (New York, 2006, 2007) et a participé à de nombreuses expositions collectives dans des galeries et musées de premier plan en Europe, Amérique et au Moyen Orient depuis 2005. Ses performances ont été invitées depuis 2006 dans des lieux comme le Musée du Louvre, le CipM, le Palais de Tokyo, le Centre Pompidou, des festivals littéraires comme Ritournelles à Bordeaux, de théâtre comme Actoral à Marseille et récemment à San Francisco ou Genève.

Elle a publié quatre ouvrages, de courts récits et des textes critiques chez des éditeurs reconnus dans le champ de l’art et de la photographie :

  • Un battement de cils, éd. du Centre Pompidou, 2009
  • Pareidolie, éd. Mix Frac Aquitaine, 2011, une fiction réalisée dans la collection « Fiction à l’œuvre », à partir de la pièce conceptuelle et narrative de Robert Barry, « Returning » (1975-77)
  • West I-VIII, aux éditions Le Gac Press, 2013, qui prend aussi la forme d’une installation photographique
  • Landscapes avec Marina Gadonneix, RVB Books, 2011
  • de nombreux textes dans des revues d’art (par exemple Trafic, revue de cinéma, Roven, revue de dessin contemporain, Volume, revue sur le son, Initiales, école des beaux arts de Lyon).