Présentation

logo contemporains

Le carnet a pour but de faire état de l’avancée des travaux menés dans le cadre du séminaire « Les Contemporains » (2011-16), de rassembler les références à même de délimiter des zones de contact entre productions littéraires et artistiques aujourd’hui et les nouvelles formes de textualités qui en découlent. La somme du carnet permet donc d’établir un corpus à la fois littéraire, visuel et théorique sur ce champ émergent afin de le poser comme objet de réflexion et d’étude. En plus des comptes rendus réguliers des séances, le carnet permet de relayer les événements liés à l’approche croisée de la littérature et des arts contemporains (colloques, journées d’études, publications, rencontres, expositions, etc).

Argument initial

Cinquante ans : l’âge de l’art contemporain, la moitié d’un siècle. Le terme désigne pourtant une pluralité de productions esthétiques qui s’est caractérisée par son polymorphisme (vidéos, performances, peinture, sculpture, installations, livres et concepts) et la multiplicité de ses références (anthropologie, philosophie, histoire de l’art, psychanalyse, gender studies et linguistique). Les arts contemporains se déclinent au pluriel, tout comme la littérature ne peut se concevoir sous une seule forme.

Si l’on reconnaît communément l’important de la parole et du discours autour et dans les œuvres contemporaines, il n’est que rarement question de considérer ces productions fictionnelles ou narratives comme des modalités contemporaines de la littérature.

D’un côté, l’art se met en scène depuis longtemps dans la littérature, et les arts contemporains n’y font pas exception. En 2010, Don DeLillo dans sa nouvelle philosophique Point Omega et Michel Houellebecq dans son roman La Carte et le territoire ont fait des formes esthétiques contemporaines des ressorts narratifs centraux de leurs intrigues.

De l’autre, les productions contemporaines, les expositions même, s’inspirent et revendiquent ouvertement leur intertexte narratif et littéraire (la dernière souhaitée par Louise Bourgeois fut un hommage à Eugénie Grandet). Elles plongent souvent leurs références dans une certaine littérature conceptuelle qui a utilisé l’image comme élément perturbateur : Raymond Roussel, Georges Perec, Stéphane Mallarmé, la poésie Dada ou surréaliste. Elles utilisent aussi le récit comme une forme de relation de faits consignés ou performés à travers des dispositifs, des vidéos ou encore des installations disparates comprenant une grande variété de documents dont le sens est à reconstituer par le spectateur.

Mais qu’ont pris les artistes contemporains à la littérature ? Qu’en ont-ils fait ? Quel nouveau regard posent-ils sur l’écriture en tant que geste créatif ? Et de quelles manières la fiction a-t-elle infiltré le champ de l’art pour en constituer un ressort majeur ?

Cette rencontre du littéraire et du visuel aboutit à une poïétique qui se manifeste, dans le champ des arts, sous forme de fragments, de fictionnalisations hybrides ou de rapports incomplets en attente d’une reconstruction mentale. Elle aboutit à de nouvelles modalités fictionnelles et visuelles dont le discours culturel, théorique et épistémologique reste à construire pour ces 50 années de « contemporanéité ».

Une réflexion au sujet de « Présentation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *