Programme 2015-16

Les Contemporains
Littérature, arts visuels et théorie

Séminaire commun de recherche – Laboratoire Pléiade (EA 7338) / CERILAC– Axe « Pensée et création contemporaine » EA 4410

Le séminaire de recherche Les Contemporains (universités Paris 7 et Paris 13) poursuit en 2015-2016 sa réflexion sur les rapports entre l’écriture et les arts visuels avec un séminaire de recherche régulier pour les étudiants de master et doctorants (Université Paris 13), une soirée-événement (Fondation Ricard), des séances de séminaire exceptionnelles (Université Paris 7) et une journée d’études avec  workshop (Université Paris 13).

Organisation et coordination :
 Céline Flécheux (université Paris 7) et Magali Nachtergael (université Paris 13)

HORAIRES ET LIEU

PROGRAMME

Séminaire régulier de master recherche
« Le Devenir-image de la littérature »
(Magali Nachtergael)

Le mardi de 9h30 – 11h30
Université Paris 13 – Villetaneuse

A partir du 15 septembre 2015 (semestre 1)

Salle D203,
Université Paris 13
UFR LLSHS
99 av. Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse

Partenariat scientifique avec l’ARGEC dans le cadre du colloque international Intermédialité et transmédialité dans les pratiques artistiques contemporaines,

Université de Gênes, 13-14 novembre 2015

avec le Dipartimento di Lingue e Culture Moderne (Dip. LCM)  et le Dipartimento di Antichità, Filosofia, Storia, Geografia (DAFIST)

Programme colloque « Intermédialité et transmédialité dans les pratiques artistiques contemporaines »

Séance de séminaire Jeudi 26 novembre 2015

“VITA NOVA” par  Vincent MEESSEN
en présence d’Eric MARTY

16h-18h

Université Paris 7 – Paris Diderot
Esplanade Pierre Vidal-Naquet (en face de Bétonsalon)
Grands Moulins
salle  783 C – 7e étage – bâtiment C
RER C / M°14 Bibliothèque François Mitterrand
Bus 89, 62, 64, 325

Journées d’études Du livre d’artiste à la performance

Université Paris 13
Campus de Villetaneuse
(UFR LSHS E300 et IUT Villetaneuse, salle S201)

Mercredi 9 décembre
Workshop Performance avec Louise Hervé et Chloé Maillet
14h-17h, salle S201, côté IUT
Jeudi 10 décembre
Création graphique et livre d’art
10h-12h, salle E300, UFR Lettres)

Le séminaire Les Contemporains reçoit l’équipe de la revue N/Z ainsi que Lise Fauchereau, conservatrice de la Bibliothèque Nationale de France, pour une matinée d’étude consacrée à la création graphique et au livre d’art.

Sally Bonn, Lola Créïs et Nathalie Lacroix sont les membres principaux de la revue N/Z, qui s’intéresse à l’écriture comme processus de travail, de la poésie aux arts plastiques et organise régulièrement rencontres et événements entre écrivains et artistes.

Lise Fauchereau a longtemps été responsable de la collection de graphzines au Département des Estampes et de la photographie de la BnF.

Danse contemporaine et littérature
de 14h à 16h
salle S201, côté IUT

Les Contemporains invitent Lucille Toth – co-auteur de Danse contemporaine et littérature, entre fictions et performances écrites avec Magali Nachtergael -, pour une conférence autour des dialogues qu’entretiennent danse contemporaine et littérature, et plus spécifiquement autour de la performance.

Soirée de performances à la Fondation Ricard
(Marie Canet et Jérôme Mauche, en partenariat avec l’ENSBA Lyon)

Le jeudi 10 décembre à 18h

Dans le cadre de Poésie Plate-forme – un cycle de rencontres consacré à la poésie contemporaine et son dialogue avec différents univers (architecture, philosophie, cinéma, …) -, Jérôme Mauche et Marie Canet invitent le séminaire Les Contemporains et ses contributeurs Thomas Clerc, Marcelline Delbecq, Agnès Geoffray et Olivia Rosenthal, pour une soirée de performances à la Fondation Ricard.

Soirée Brouhaha, Les mondes du contemporain

Vendredi 19 février à l’espace Khiasma (Montreuil) à partir de 18h

À l’occasion de la sortie du livre de Lionel Ruffel Brouhaha, Les mondes du contemporain (éd. Verdier, 2016), et parmi conférences et performances, l’espace Khiasma invite Les Contemporains à présenter sa collection et ses nouveaux titres. Céline Flecheux sera accompagnée de Louise Hervé et Chloé Maillet pour parler des nouveaux titres parus en 2016 aux éditions P :

– Chris Burden, Histoire de coyotes, éditions P.
– Louise Hervé et Chloé Maillet, Spectacle sans objets, éditions P.

Appel à contributions
Littératures expérimentales. Ecrire, expérimenter, performer au tournant du 21e siècle

La revue en ligne Itinéraires. Littérature, textes, cultures (http://itineraires.revues.org) accueillera un volume consacré aux expérimentations littéraires dans le prolongement du programme Les Contemporains.

Calendrier

Propositions : 15 février 2016
Remise des articles : 31 juillet 2016
Publication prévue : 2017
Adresse d’envoi : nachtergael@univ-paris13.fr

2 réflexions au sujet de « Programme 2015-16 »

  1. Bonjour,
    Vos recherches m’intéressent, à la fois comme théoricien des arts contemporains et des technologies, comme artiste, et comme chercheur (je suis co-directeur d’un programme de recherches sur les innovations abandonnées à l’institut Acte, Paris 1, il s’agit en somme de réécrire le récit de la modernité à rebours, eu sens de ce « reset modernité », dont Bruno Latour fait le thème d’une expo en ce moment au ZKM de Karshrue). Surtout comme artiste, avec mes photomobiles, qui procèdent d’une forme d’extension visuelles des formes narratives – problématique qui est celle-là mêe de vos recherches,
    Norbert Hillaire
    PS / je tente de vous adresser, s’il tient dans cet espace de commentaires, le texte qu’un ami philosophe a eu la gentillesse d’écrire sur mon travail artistique à l’occasion d’une exposition, et qui explicite bien la question (à débattre éventuellement , à approfondir, à partager avec votre groupe de recherches) : Je souhaite aussi faire un livre de mes notes de travail sur ces photomobiles, illustré en accordéon par certains de ces triptyques, diptyques – livre dont le centre des arts d’Enghien pourrait être un partenaire (y compris financier). Si vous le souhaitez, je peux vous adresser des extraits de ces notes, qui sont accessibles sur Facebook en extrait, je crois, et vous pouvez voir mes photomobiles sur mon site, ou sur le net…
    « Des Photomobiles ?
    De quoi s’agit-il à travers ce mot-valise, facile à déchiffrer ? De mobiliser la lumière pour donner en partage un espace-temps porté au contraire….
    Mais de quoi et comment ? Les « machines de vision » ne manquent pas et, avec la variété proliférante des « mobiles », ces appareils portables qui conjuguent captation de sons et d’images, communication et inscription, bref télé-visions de toutessortes, nous pouvons tous partout tout le temps photographier tout ! Ou même le filmer.
    Sauf que la succession des images, si elle donne l’impression du mouvement, ne modifie pas la vision, elle la régularise. En tête des notes dont il a accompagné son expérience, Hillaire a placé une citation de Baudelaire : « je hais le mouvement qui déplace les lignes »… Pourquoi sinon parce que ces dernières, quoiqu’immobilisées, mais éclatantes d’inventivité dans cette immobilisation même, sont grosses d’une liberté qu’un mouvement codé abolit. De fait, notre perception du monde n’est-elle pas modelée par les conventions cinématographiques devenues télévisuelles : une perception en tout point sériée ? Hillaire s’introduit dans ce monde et sa façon de faire pour non pas le reproduire tel quel – et quoi de plus ready made (redoublé, représenté, retombé dans l’imitation la plus avachie) pour nous qu’une photo d’actualité ou un téléfilm ? -, mais pour transgresser sa fixation de l’espace et du temps.
    La règle traditionnelle de cette fixation par l’image était la perspective. Et l’art
    moderne, on le sait, n’a eu de cesse de s’en échapper, généralement en y renonçant sans l’affronter : d’où le retour de ce refoulé, le laisser-aller perspectiviste dans la platitude des moyens audiovisuels quotidiens. Ce sont eux, avec eux, avec le plus banal des smartphones, que les Photomobiles prennent à rebours. Car au contraire de la perspective qui fixe le décor, Hillaire introduit en effet la ligne de fuite dans l’ensemble de l’image : il met en fuite la fixation au lieu même de sa saisie. Il l’accomplit déjà par le choix des objets : essuie-glaces, route, grue, avion, pont, balcon, coupole, ciel, corps, meubles,… Il l’accomplit surtout dans le traitement de leurs images par des cadrages qui semblent perpétuellement décadrés : gros plans obliques jusqu’au baroque, plans en contre-plongée, dans la profondeur de champ, en diagonale – des corps coupés ou de corps troubles, des couleurs noyées (dont le titre « Noyade de l’eau » accentue encore le paradoxe de l’image), d’un bord de lac en échappade, d’un pont penché, de feuilles pliées ou froissées, d’un trou de coupole, d’objets inclinés, d’une route et d’un ciel renversés, écrasant ou écrasés ou
    au trois quart masqués, de stries dessinées… Et il parachève ces malfaçons par le tracement d’une ligne dorée interrompant notre façon de voir habituelle laquelle ne manquerait pas de reconstituer l’image convenue.
    Par tous ces procédés, les Photomobiles captent un hors-champ dans le champ, un mouvement dans l’immobilisation, un entrelacement. L’essuie-glaces, en ce sens, apparaît comme un « ready modèle » qui indique au contraire la sortie du « tout fait » : par son balayement, il s’interpose et mobilise le temps et l’espace immédiats de la vision. Et le traitement photomobile de celle-ci multiplie son altération, montre son échappée, encore une fois sa ligne de fuite, une ligne mobilisée sur toute la surface de l’image, située et distanciée en même temps (je reprends les mots mêmes de l’artiste, toujours penseur de ses créations), ce qui devient ainsi un volume de fuite.
    Les Photomobiles de Norbert Hillaire nous invitent à inventer une vision en fuite volumineuse. Partager les enveloppements de la lumière, n’est-ce pas s’approcher du soleil ? Au risque d’y perdre l’oeil, sa vision centrée, mais peut-être aussi de regagner dans cette trouée l’inquiétude et le déséquilibre. A distance des impasses post-modernes, les Photomobiles sont bien près de nous faire retoucher au contraire, à la part maudite de l’art.
    Eric Clémens
    Bruxelles, octobre 2011

  2. Bonjour,

    Pouvez-vous, s’il vous plait, m’enregistrer comme destinataire des lettres d’information du séminaire ?

    Je suis vivement intéressé par vos activités, je développe des recherches au sujet de la place du texte dans les expositions d’art contemporain et son impact sur le processus artistique.

    Très cordialement,

    Martial Déflacieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *