Danse contemporaine et littérature

Danse contemporaine et littérature
entre fictions et performances écrites

Magali Nachtergael (U. Paris 13) et Lucille Toth (Claremont U. – Scripps college) éds.

Ouvrage collectif international
Editions du Centre national de la danse
collection Recherches
232 pages, 25 euros
2 avril 2015

avec le soutien du CCN (Centre Chorégraphique National) de Tours 

———————

Texte de présentation (2014)

La danse joue avec les mots, la littérature fait bouger les corps. Ou serait-ce l’inverse ?

Traces écrites, textes en performances, écrivains sur scène et plateaux hantés par des récits, la danse aujourd’hui investit le mot « chorégraphie » jusqu’à la racine, jusqu’à retraduire ce mot et écrire la danse dans un langage contemporain qui investit la scène comme un espace plastique ouvert aux autres arts. Avec l’avènement de la danse moderne, le livret de ballet a cédé la place à une écriture singulière, détachée de la tradition. On pense évidemment aux annotations de Feuillet, Laban ou Benesh, mais aussi aux écritures idiosyncrasiques, comme les logomotions de Simone Forti, les Improvisation Technologies de William Forsythe ou le corps-texte de Pina Bausch, qui fait se rencontrer danse et théâtre, invitant discrètement le texte à se réincarner et se réinventer sans cesse dans les corps. Les chorégraphes à leur tour sont entrés dans l’ère contemporaine, marquant parfois leur refus de danser, comme un geste ultime de renoncement pour faire renaître un discours autour des corps (Claudia Triozzi). D’autres relancent alors la danse vers des répertoires inexplorés, faits de chansons populaires (Thomas Lebrun), textes philosophiques (Maguy Marin, Mathilde Monnier), histoires personnelles (Jérôme Bel). Certains font école (Boris Charmatz), beaucoup écrivent, laissant derrière eux carnets (Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Anne Teresa de Keersmaeker), drames (Jan Fabre) mais aussi autobiographies obliques et aujourd’hui blogs traçant un récit au rythme d’une pratique quotidienne. S’il reste toujours un plaisir à se replonger dans le corps-livre des grands classiques (Montalvo et Don Quichotte, Preljocaj et Roméo et Juliette), il s’agit aussi de reprendre la mesure entre les interprétations propres et figurées d’un texte parfois figé dans un temps, ou dans une avant-garde déjà datée (Bérénice vue par Faustin Linyekula, Beckett par Marin).

Sortir le texte de ses gonds, le faire voir, l’animer et le commenter en gestes, réactive un plaisir auquel l’écrivain lui-même ne dédaigne pas participer, au point de monter sur scène. Lieu de déploiement des récits dans l’espace, le plateau de danse offre la possibilité d’une lecture dynamique, une lecture qui serait portée par de nouveaux médias – Médées modernes, comme pourrait l’écrire Quignard – et qui fonderait le texte dans la peinture, la vidéo, le mouvement et la musique. La scène contemporaine relance en effet le dialogue entre chorégraphie et interprétation vers un autre horizon, celui du monde parlant, de la littérature et du texte, de la performance vocale, des mots proférés comme par mégarde, des poèmes lus et incorporés sans que l’on sache ce qu’ils ont modifié en nous. On pourrait croire que la danse est à son tour entrée dans l’ère du cinéma parlant, tout en jouissant d’un droit au silence, irréductible et singulier. C’est précisément dans cette intermittence que la littérature se fait rémanence, scintillement, ou « unique apparition d’un lointain, si proche soit-il », recouvrant dans la danse quelque chose de son aura.

Premier ouvrage à se concentrer exclusivement sur les rapports entre la littérature et la danse contemporaine, il rassemble des contributions de chercheurs internationaux (Canada, Belgique, France, Italie, Croatie, Etats-Unis) en danse, littérature, études théâtrales et arts plastiques. Des textes sur Maguy Marin, William Forsythe, Wim Vandekeybus, Angelin Preljocaj, Carolyn Carlson, Simone Forti, Rudolf Laban, Dominique Bagouet, Anne Teresa de Keersmaker, Mathilde Monnier, Carlotta Sagna, mais aussi Pascal Quignard, Olivia Rosenthal et Célia Houdart s’articulent autour de quatre grands chapitres : une « hantologie littéraire » de la danse contemporaine, présentant les spectres et fantômes narratifs dans la création contemporaine, les écrivains sur scène et leur corps face à l’expérience de la performance, l’écriture en performance, quand le texte lui-même devient morceau de bravoure, et enfin les au-delà du texte, ou ce qui reste après le moment spectaculaire du geste dansé.

Si d’autres livres ont exploré les liens entre danse et littérature : L’écrivain et la danse (Bettina L. Knapp, 2002), Sur quel pied danser ? (Edward Nye, 2005), Faunes (Pascal Caron, 2006) ou encore Pas de mots (Laura Colombo et Stefano Genetti, 2010), pour ne citer que les plus récents, ils mettaient surtout l’accent sur une danse de répertoire et les grandes adaptations classiques. La création chorégraphique contemporaine est considérée, par un néologisme qui reflète cette intrication des arts, littéradanse, à l’aune de ses palimpsestes littéraires classiques et contemporains, dans une perspective à la fois littéraire et scénique, pour ouvrir réciproquement la littérature et la danse à leurs formes de vie contemporaines, et leur donner la possibilité d’une diplopie créatrice, ou vision double, à la fois littéraire et chorégraphique.

Bibliographie de référence

Danses tracées, Dis voir, 1991.
Littérature. La littérature et la danse, n°112, décembre 1998.
Isabelle Launay et Sylviane Pagès dir., Mobiles. Mémoire et histoire en danse, n°2, collection Arts, L’Harmattan, 2010.
Dominique Bagouet, Ecrire la danse, L’Harmattan, 2012.
Pascal Caron, Faunes : Poésie, corps, danse, de Mallarmé à Nijinski, Honoré Champion, 2006.
Boris Charmatz, Je suis une école, Les Prairies ordinaires, 2009.
Laura Colombo et Stefano Genetti, Pas de mots : de la littérature à la danse, Hermann, Paris, 2010.
Véronique Fabbri, Paul Valéry. Le poème et la danse, Savoirs, Hermann, 2009
– Danse et philosophie. Une pensée en construction, L’Harmattan, 2007
Brigitte Gauthier, Le langage chorégraphique de Pina Bausch, L’arche, 2008.
Martha Graham, Mémoire de la danse, Babel, Actes Sud, 2003.
Simon Hecquet et Sabine Prokhoris, Fabriques de la danse, Lignes d’art, PUF, 2007.
Bettina L. Knapp, L’écrivain et la danse. Modèles d’un archétype, Espaces littéraires, L’Harmattan, 2002.
Laurence Louppe, Poétique de la danse contemporaine, Contredanse, 2004.
Gérard Mayen, Par où, la danse ? Du texte au geste, la mise en marche d’une écriture chorégraphique de la disparition, dans la pièce « Déroutes » de Mathilde Monnier, L’Harmattan, 2004.
Alain Montandon, Ecrire la danse, direction d’un ouvrage collectif, ed. PUBP, coll. Littératures, 1998.
Edward Nye éd., Sur quel pied danser ? Danse et littérature, Rodopi, 2005.
Alkis Raftis, Danse et poésie. Anthologie internationale de poèmes sur la danse, La recherche en danse, 1989.

Magali Nachtergael est maîtresse de conférences en Littérature et arts à l’Université Paris 13.

Lucille Toth est Visiting Assistant Professor à Claremont University -Scripps College (Los Angeles).

Capture d’écran 2015-03-20 à 23.49.24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *