Archives par mot-clé : récit

Célia Houdart dans la collection Les Contemporains (Editions P)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’une nouvelle inédite de

Célia Houdart
French Riviera. Promenade autour de la villa E-1027

Editions P

Collection Les Contemporains

Célia Houdart, French Riviera, 2016
Célia Houdart, French Riviera, 2016

Communiqué de presse Célia Houdart, French Riviera, éd. P, coll. Les Contemporains, 2016

 

 

 

De la demeure conçue par Eileen Gray et Jean Badovici à Roquebrune‑Cap‑Martin, par le chemin qui y accède, on peut apercevoir en partie les façades blanches qui dominent la falaise.

Ce récit tourne autour de la villa E-1027 à la manière d’une chanson murmurée, dont les bribes nous ramènent par vagues à la figure d’Eileen Gray. Cette promenade subjective aux reflets hitchcockiens est autant l’histoire d’une maison longtemps laissée à l’abandon, d’une artiste libre que des émotions suscitées par des formes plastiques singulières. Empreintes de leur époque, ses créations témoignent d’une vie moderne menée en toute liberté.

Celia Houdart évoque avec délicatesse cette grande figure artistique de la modernité. Et ses étranges relations avec Le Corbusier, qui fut sans doute inquiet de découvrir en elle une vraie rivale.

R. Diffusion – octobre 2016
5 euros

Marcelline Delbecq dans la collection Les Contemporains : sortie le 3/09

La collection Les Contemporains s’enrichit de deux nouveaux titres inédits autour de la question de la photographie. Les textes de Jérôme Game et Marcelline Delbecq sont disponibles aux éditions Manucius pour la somme de 4 euros et dans toutes les bonnes librairies.

cameraMarcelline Delbecq
Camera
2015

 

 

 

 

 

Comment parler de photographie aujourd’hui ? Un recueil de fragments de réflexions sur l’image photographique en forme de traversée subjective dans des images historiques collectives ou personnelles.

Quatrième de couverture

En découvrant la monographie de Diane Arbus —« Diane Arbus » aux éditions Aperture— dans le rayon photographie de la bibliothèque municipale d’Evreux en 1990 ou 1991, je n’avais aucune idée que la photographie, et au-delà d’elle l’image fixe ou animée, me révèlerait le monde.

Camera n’est ni une autobiographie ni un ouvrage théorique, ni un récit ni un dictionnaire. Mais une tentative d’explorer, avec tout l’empirisme qui caractérise le façonnage d’une existence, par quels ressorts ce mot est devenu la condition même de ma propre écriture.

Le texte est aussi une réflexion sur l’acte photographique, dans la lignée de La Chambre claire de Roland Barthes mais adoptant une forme fragmentaire propre au mode d’écriture contemporain.

 

54 pages. 4 euros
En français. Illustrations N&B
Diffusion Harmonia Mundi
Editions Manucius, Paris

 

Marcelline Delbecq (vit et travaille à Paris)

Après des études de photographie aux Etats-Unis (Columbia College, Chicago et ICP New York, 1995-1997), marquées par la découverte de la photographie américaine, William Eggleston, Diane Arbus, Stephen Shore et Edward Ruscha, Marcelline Delbecq revient en France où elle obtient son DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, grade master) à l’école des beaux-arts de Caen (Ecole Supérieure d’Art de Caen, 1997-2002) et un master professionnel en études curatoriales (« art de l’exposition », Nanterre Paris Ouest, 2002-2003). Elle a également enseigné un des premiers cours d’écriture créative en France à l’ENSAPC (Ecole Nationale Supérieure des Arts de Paris Cergy).

Le travail de Marcelline Delbecq s’est peu à peu éloigné de la pratique de l’image pour se concentrer sur la potentialité cinématographique de l’écriture. Son utilisation du récit, de la voix, élabore un univers narratif mis en mots et en sons pour convoquer un ensemble d’images mentales oscillant entre description et fiction, passé et présent. Dans ses installations sonores, publications et lectures en public, les mots mettent en jeux la question du regard en devenant à leur propre tour des visions. Elle travaille régulièrement avec l’actrice Elina Löwensohn, le pianiste Benoit Delbecq et le bruiteur de cinéma Nicolas Becker.

La pratique de Marcelline Delbecq part d’une réflexion sur l’image qui la guide ensuite vers l’écriture, sous forme d’excursions hors-champs et de monologues à haute voix. 
Les potentialités cinématographiques de l’écriture lui permettent de créer des fictions oscillant entre passé et présent. Sa voix évoque des visions chimériques, mettant en scène 
des situations à la lisière de la fiction et de la mémoire. Installations sonores, photographies, films ou publications génèrent un territoire mental évanescent.

Elle a exposé en solo à la Galerie Xippas (Paris, 2009), au Musée Zadkine (Les Arques, 2008), au Swiss Institue et à Art in General (New York, 2006, 2007) et a participé à de nombreuses expositions collectives dans des galeries et musées de premier plan en Europe, Amérique et au Moyen Orient depuis 2005. Ses performances ont été invitées depuis 2006 dans des lieux comme le Musée du Louvre, le CipM, le Palais de Tokyo, le Centre Pompidou, des festivals littéraires comme Ritournelles à Bordeaux, de théâtre comme Actoral à Marseille et récemment à San Francisco ou Genève.

Elle a publié quatre ouvrages, de courts récits et des textes critiques chez des éditeurs reconnus dans le champ de l’art et de la photographie :

  • Un battement de cils, éd. du Centre Pompidou, 2009
  • Pareidolie, éd. Mix Frac Aquitaine, 2011, une fiction réalisée dans la collection « Fiction à l’œuvre », à partir de la pièce conceptuelle et narrative de Robert Barry, « Returning » (1975-77)
  • West I-VIII, aux éditions Le Gac Press, 2013, qui prend aussi la forme d’une installation photographique
  • Landscapes avec Marina Gadonneix, RVB Books, 2011
  • de nombreux textes dans des revues d’art (par exemple Trafic, revue de cinéma, Roven, revue de dessin contemporain, Volume, revue sur le son, Initiales, école des beaux arts de Lyon).