Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé sur RAdio CAmpus

Petit souvenir de vacances, l’exposition Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé s’est tenue du 1er juillet au 25 août au Musée d’Arles antique dans le cadre des Rencontres photographiques d’Arles édition 2019.

Nous avons répondu à l’invitation de Flore di Sciullo et Henri Guette pour Radio Campus pour l’émission “En pleines formes” (9 juin 2019) avec Valérie Mréjen et Marie Boivent pour évoquer ce petit format pas si innocent que cela.

A suivre, du 2 au 9 juin 2020, le colloque “Cartes postales” à Cerisy la Salle : propositions à envoyer jusqu’au 12 septembre!

En Pleines Formes 09/06/2019 : La carte postale

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.)

co-direction Magali Nachtergael (Paris 13) & Anne Reverseau (FNRS – UCLouvain)

Colloque au centre culturel de Cerisy-la-salle (Normandie), du 2 au 9 juin 2020

Appel à communications

Ce colloque entend explorer le rôle qu’un objet a priori banal a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont approprié ou se sont opposés à ce modèle d’iconotexte plus polémique qu’il n’y paraît. Nous privilégierons les approches synthétiques ou les approches croisées, non monographiques, permettant une relecture de ce medium moderne.

Dans quelle mesure les cartes postales, en tant que medium, ont eu un impact sur les productions artistiques et littéraires des XXe et XXIe siècles ? Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un revival qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

La manipulation des cartes postales dans les arts plastiques, depuis les collages dada et surréalistes des années 1910 et 1920 jusqu’aux formes numériques actuelles, en passant par le Mail art et le Pop art, est aujourd’hui bien connue, mais le phénomène n’a pas encore été étudié dans sa continuité. Son impact sur la littérature de la même période, jusqu’aux pratiques les plus contemporaines, mérite également une enquête approfondie, qui fasse ressortir toute la plasticité de cette image que l’on a bien en main. Il s’agira notamment de montrer que ce petit rectangle de papier illustré si connu a eu un puissant impact sur l’évolution des rapports entre verbal et visuel depuis son invention dans le monde germanique à la fin du XIXe siècle et son âge d’or dans l’Europe de la Belle époque. L’essor des techniques, et ultérieurement, des technologies, entraîne une démultiplication des formats de type carte postale, tout en marginalisant sa version initiale sur support papier. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de « carte postale » reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique et communicationnel qu’elle représente encore aujourd’hui.

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, le colloque compte insister sur les enjeux communicationnels de la circulation de ces iconotextes. En effet, les poètes modernistes (Cocteau, Cendrars, Levet, etc.) qui intitulent leurs textes « carte postale » et les artistes contemporains (Oriol Vilanova, Aleksandra Mir, Dominique Petitgand, etc.) jouent avec un même imaginaire de la carte postale comme forme adressée et ouverte, lieu d’un échange social et d’un partage, comme le sociologue Renaud Epstein et son projet « Un jour, une ZUP, une carte postale » (2014-…).

Le système de diffusion de la carte postale vient en outre bousculer les frontières entre image pauvre et image artistique, entre culture populaire et art. Or, ces enjeux, comme les contenus spécifiques à la carte postale (les anecdotes, les courtes notations, l’importance de l’intimité, par exemple), traversent la plupart des mouvements littéraires et artistiques tout au long des XXe et XXIe siècles.

Les propositions de communication pourront porter sur les questions de collection, de production artistique et de diffusion créative de cartes postales, mais pourront aussi envisager comment la carte postale a pu être un modèle pour certains artistes ou écrivains, symbolisant par exemple une littérature de l’échange ou un art contextuel interrogeant les formes de l’écriture littéraire hors du livre.

 

Nous attendons notamment des propositions de communications portant sur :

  • l’histoire de la carte postale, de ses fabriques et de ses circulations
  • la carte postale et les questions de représentations géographiques et territoriales
  • les approches politiques, sociales et anthropologiques de la carte postale
  • les approches comparatistes
  • le Mail Art, les appropriationnistes, les artistes iconographes et les collectionneurs
  • les mutations contemporaines et/ou transmédiatiques de la carte postale.

 Nota Bene :

Ce colloque aura lieu au Centre Culturel International de Cerisy (CCIC). La participation à ce type de colloque nécessite une présence sur place, en Normandie, pour plusieurs jours consécutifs (au moins 3 jours). Les frais de séjour des conférenciers pourront être pris en charge, mais les frais de transports restent à leur charge ou à celle de leurs centres de recherche respectifs. Pour plus de renseignements, voir http://www.ccic-cerisy.asso.fr/.

Ce colloque est organisé dans le cadre du programme de recherche HANDLING financé par l’ERC (European Research Council, grant agreement n°804259), avec l’aide du Laboratoire Pléiade de Paris 13, du programme Fictograph soutenu par la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne et de la Fondation La Poste.

Les propositions (environ 300 mots, avec bio-bibliographie, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 10 septembre 2019 à l’adresse des deux organisatrices de la rencontre : Magali Nachtergael <nachtergael@univ-paris13.fr> et Anne Reverseau <anne.reverseau@uclouvain.be>. Les réponses seront données pour le 1er octobre 2019.

Bibliographie indicative :

– Malek Alloula, Le Harem colonial. Images d’un sous-érotisme, Paris, Garance, 1981.  

– Caroline Amadei, Sur le frigo ou dans une boîte à chaussures, une des histoires de la carte postale, Mémoire de design graphique, Haute école des arts du Rhin, Mulhouse, 2017.

– Raphaële Bertho, « L’injonction paysagère », colloque Si la photo est bonne, INHA, Paris, 20-21 octobre 2011, https://territoiredesimages.wordpress.com/2011/11/03/linjonction-paysagere/

– Marie Boivent, « Cartes postales et reproductibilité de l’archive dans quelques pratiques artistiques contemporaines », Focales n° 2 : Le recours à l’archive, 2019. http://focales.univ-st-etienne.fr/index.php?id=2022.

Carte postale et création. Usages, fonctions, enjeux de la carte postale dans le champ artistique (XIXe – XXIe siècle), conférence internationale, du 19 au 21 novembre 2013, Centre André Chastel (non publiée)

– Clément Chéroux et Ute Eskildsen (dir.), La Photographie timbrée. L’Inventivité visuelle de la carte postale photographique au début du XXe siècle, cat. expo. Jeu de Paume Sully, Paris (4 mars-8 juin 2008), Steidl, 2008.

– Jacques Derrida, La Carte postale, de Socrate à Freud et au-delà, Paris, Flammarion, 1980.

– Paul Jay (dir.), La Carte postale illustrée, Chalon-sur-Saône, Musée Nicéphore Niepce, 1977 (catalogue).

– De Lemos Martins Moisés, Madalena Oliveira et Maria da Luz Correia, « Les images numériques s’imaginent l’archaïque : mettre en perspective les cartes postales », Sociétés, vol. 111, n°1, 2011, p. 163-177.

– Daniel Grojnowski, « De Mallarmé a l’art postal », Poétique n° 100, nov. 1994.

– Geneviève Haroche-Bouzinac, « Les lettres à soi-même de Paul-Jean Toulet », Revue des lettres et de traduction, n° 5, 1999, p. 311-320.

– Nicolas Hossard, Recto Verso. Les faces cachées de la carte postale, Paris, Arcadia editions, 2005.

– Sébastien Lapaque, Théorie de la carte postale, Arles, Actes Sud, 2014.

– Christian Malaurie, La Carte postale, une œuvre. Ethnographie d’une collection, Paris, L’Harmattan, 2003.

– Magali Nachtergael et Anne Reverseau, « Cartes postales : une anthropologie sauvage des images », L’art même, n°78, été 2019. http://www.lartmeme.cfwb.be/no078/documents/AM78.pdf

– David Prochaska et Jordana Mendelson (dir.), Postcards, ephemeral histories of modernity, Pennsylvania State University Press, 2010.

– Regards très particuliers sur la carte postale, exposition du 27 octobre 1992-30 janvier 1993 au Musée de la Poste, Paris (catalogue).

– Anne Reverseau, « Les cartes postales numériques, nouvelle littératie visuelle ? », Transactions photolittéraires, s. dir. J.-P. Montier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 345-357. Version remaniée du texte paru en ligne dans Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités, 2013, http://phlit.org/press/?p=1890.

– Anne Reverseau, « Une géographie moderniste. Cartes postales et spatialisation du regard poétique », Livres de poésie. Jeux d’espace, s. dir. I. Chol, B. Mathios & S. Linarès, Paris, Champion, 2016, p. 204-221.

–  Anne Reverseau, « Lyrisme de la carte postale : effets d’adresse et diffusion de masse », Épistolaires, n° 44, « Avec ou sans enveloppe. La lettre et le secret », s. dir. G. Haroche-Bouzinac, 2018, p. 147-161.

– Aline Ripert et Claude Frère, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Lyon, Éditions du CNRS, Presses Universitaires de Lyon, 1983.

Souvenir d’un Workshop parcours Art et Culture durant La Triennale de l’art (2012)

Visite-fiction

Dans le cadre du cours « Usages contemporains de la fiction », les étudiants du parcours Arts et culture, déjà initiés à l’écriture créative par des Ateliers d’écriture, ont proposé un document de médiation indirecte au sein de la Triennale de l’art « Intense proximité ». Partant du constat que les commissaires d’expositions et les artistes s’intéressaient à la notion de fiction dans la production d’œuvres et que, par ailleurs, l’immensité de la Triennale ne permettrait pas aux visiteurs de tout saisir en une visite, cette impossibilité nous a paru une ouverture à la création imaginaire. Le principe moteur de la visite d’une exposition d’art contemporain est l’exploration et le dépaysement : comme dans un territoire inconnu, le visiteur avance de surprise en surprise, de découvertes en découvertes qui modifient sa perception à la fois de l’art et du réel. Après avoir choisi, au sein de la Triennale, un panel d’œuvres formellement variées (dessins, vidéo, documentaire, installation, sculpture, œuvre imperceptible), les étudiants avaient pour mission d’écrire une micro-fiction qui intégrerait l’expérience esthétique par le biais de l’immersion fictionnelle ludique, apportant ainsi des éléments de compréhension à l’œuvre qui ne relèveraient pas de la connaissance. Cette porte d’entrée, qui permet de rendre plus proche des œuvres qui paraissent parfois inaccessibles au visiteur profane, renouvelle l’expérience de la visite d’exposition tout en valorisant concrètement les compétences rédactionnelles et créatives d’étudiants de Lettres modernes aux prises avec la création contemporaine.

Les œuvres des artistes sélectionnés, Georges Adeagbo, Nina Canell, David Maljkovic, Marie Voignier, ont été mises en regard avec d’autres œuvres évoquant un point d’ancrage formel ou thématique et permettant de rebondir vers d’autres points de la Triennale. Ainsi, l’installation d’Adeagbo dialogue avec celle de Zdenek Kosek (Je suis le cerveau de l’univers), celle de Nina Canell avec la Valve d’Haim Steinbach pour former un réseau souterrain secret au sein même du Palais de Tokyo. Le film documentaire de Marie Voignier renvoie directement aux œuvres d’Anca Benera et Arnold Estefan sur les animaux mythiques et imaginaires qui occupent les lieux sans qu’on le sache. Enfin, l’œuvre de David Maljkovic, disséminée dans toute l’espace, permet de visiter la Triennale de façon transversale, comme en suivant un jeu de piste. Composé de courts textes, d’une carte topographique imaginaire, la visite-fiction, intitulée « Les naufragés de l’art » fait glisser le visiteur dans des « bulles » de fictions qui mettent à la fois la temporalité et l’espace de l’exposition à l’épreuve.

Magali Nachtergael et les étudiants du Parcours Arts et culture

Appel à communications Punctum in motion. Photographie et écritures du moi, Naples, 29-30/10 2019 (AAC=> 31 mai)

Punctum in motion. Photographie et écritures du moi Naples, 29-30 octobre 2019 Anna Masecchia et Valeria Sperti org., Università di Napoli “Federico II”

Nombreuses sont les expérimentations esthétiques qui remettent en cause la notion de “genre” entre la deuxième moitié du XXe et le début du XXIe siècle. C’est tout particulièrement le cas de l’autobiographie dont la crise se manifeste selon des trajectoires distinctes, allant de l’autofiction, un phénomène essentiellement littéraire, à différentes formes d’autoportraits filmiques et audiovisuels.  

          La littérature et le cinéma, sous l’impulsion de la révolution numérique, ont repensé l’image-photo fixe et analogique, la transformant en une réflexion sur le moi et sur sa construction, à la fois auctoriale et divisée, scindée. Depuis longtemps la littérature est séduite par l’image, pouvant témoigner du vécu dans une perspective mémorielle différente par rapport à l’écriture, mais comment la photographie se raconte-t-elle aujourd’hui ? Et encore, quelle est sa fonction : garantir un supplément d’identité ou bien s’offrir le moyen d’une fuite vers l’imaginaire ? Quant au cinéma, il ne cesse de s’interroger sur son propre dispositif à partir de l’image fixe et photographique, qui souvent déclenche une narration enquêtant sur ses relations avec un monde toujours plus hypermédiatisé.

Le colloque « Punctum in motion. Photographie et écritures de soi » aura donc pour objet l’analyse de différentes formes de la narration photographique et de l’utilisation de la photo, objet et dispositif, dans les écritures du moi littéraire et filmique et plus en général audiovisuelles, présentes dans l’art contemporain, sur le web et dans l’environnement social.

Le colloque – organisé en collaboration avec l’ARGEC (Atelier de Recherche génois sur les écritures contemporaines), l’Accademia di Belle Arti di Napoli, il Consolato di Francia a Napoli e FAScinA – Network delle Studiose di Cinema e Audiovisivi, rassemblant les chercheuses en Cinéma et Vidéo – se propose de regrouper des spécialistes tant des domaines littéraire et artistique que de ceux du cinéma et de l’audiovisuel pour se pencher sur l’analyse des relations entre la photographie et les écritures du moi dans une perspective intermédiale entre la fin du XXe et le début du XXIe. Pour ce qui est de la littérature, seront analysées les œuvres d’écrivains, entre autres de Paul Auster, Sophie Calle, Annie Ernaux, Raymond Depardon, Anny Duperey, Hervé Guibert, W.G Sebald et Orhan Pamuk et certaines collections comme “Traits et portraits”, publiée par les éditions Mercure de France, consacrée à l’entrelacs entre autobiographie et image dans le sillage de Barthes, pour mieux comprendre le lien entre notation de vie et image qui aide à retrouver le temps de l’histoire et la matérialité de la vie.

Pour le cinéma, on privilégiera les metteurs en scène qui ont élaboré des parcours auctoriaux et autobiographiques à partir d’images et de leur réutilisation, comme c’est le cas, entre autres, di Cecilia Mangini, Agnès Varda, Terence Davis et Alina Marazzi. Le colloque se propose de définir un corpus d’auteurs qui, utilisant l’écriture, le cinéma, l’art vidéo et le web ont contribué à redéfinir les relations entre photographie, écritures du moi et mise en mouvement des images photographiques à partir de ce qui « meurtrit » et « poigne » l’observateur.

Modalités de participation
La proposition de communication – 2000 caractères max., accompagnée d’une brève fiche bio-bibliographique et de 5 mots-clés – est à envoyer avant le 31 mai 2019 à l’adresse de courier punctuminmotion@gmail.com.

Notification de l’acceptation des propositions avant fin juillet 2019. Langues du colloque: italien et français.

Ni les voyages, ni les frais de séjour ne seront pris en charge par l’organisation du colloque.

 

Comitato scientifico/Comité scientifique

Elisa Bricco (Università di Genova)
Lucia Cardone (Università di Sassari)
Giulia Carluccio (Università di Torino)
Andreina Di Brino (Università di Pisa)
Alessandra Ferraro (Università di Udine)
Giuseppe Gaeta (Accademia di Belle Arti di Napoli)
Sandra Lischi (Università di Pisa)
Luca Malavasi (Università di Genova)
Magali Nachtergael (Université de Paris 13)
Anna Masecchia (Università di Napoli “Federico II”)
Maria Rizzarelli (Università di Catania)
Rosamaria Salvatore (Università di Padova)
Valeria Sperti (Università di Napoli “Federico II”)
Federica Villa (Università degli Studi di Pavia)

 

Image : Sophie Calle, No Sex Last Night, vidéo, 1995