Colloque international Le Phototexte engagé – MSH Paris Nord (31/05-1/06)

Le Phototexte engagé
Du militantisme aux luttes de visibilité

Magali Nachtergael, Charlotte Foucher Zarmanian et Marie-Anne Paveau org.

Jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2018
9h – 17h30
Auditorium
Maison des Sciences Humaines Paris Nord
93210 Saint-Denis

L’histoire du militantisme est ponctuée de slogans, affiches, tracts, pamphlets, interventions urbaines ou physiques, occupations, séquestrations, grèves, manifestations. Toutes ces démonstrations – au sens de visibilité et de rhétorique – ont leur force, leur langage, leur culture et leur histoire visuelle.

La mémoire des luttes et du militantisme passe par l’archive bien sûr, mais aussi par une reconfiguration créative articulant le texte et l’image, relevant de l’artivisme autant que de la rhétorique politique. Texte et photographie, s’ils ont œuvré de pair à faire passer des messages politiques, documentent aussi dans une autre temporalité les moments d’engagement parfois sous la forme d’un livre, d’un journal intime, d’une publication sur le web quand ils ne font pas office de rappel dans la rue. Au début du 20e siècle, le photomontage a été plébiscité par les artistes comme outil d’affichage politique et de dénonciation. Il s’est imposé dans le contexte des luttes de classe, des guerres, de la censure et en particulier pour contrer le discours fasciste. Le couple texte-image a ainsi inauguré une nouvelle didactique de la lutte, pour éclairer, expliquer, montrer et convaincre face aux aberrations des politiques sociales et culturelles. Il est également devenu, dans la seconde moitié du 20e siècle, un médium de prédilection au service des luttes féministes et LGBTQIA+, de la conquête des droits civiques africains-américains et des mouvements antiracistes, permettant une meilleure visibilité dans l’espace public et social.

Mais que devient, à l’heure des médias numériques, cette agentivité de l’image dans l’espace social telle que le 20e siècle l’a connue (« poids des mots, chocs des photos ») ? Les modalités d’apparition du discours militant par l’image évoluent avec les réseaux sociaux, amenant aussi à interroger des urgences contemporaines liées non plus seulement à des groupes mais également plus largement à des écologies discursives et visuelles.

Ce colloque pluridisciplinaire entend dresser un panorama de cent ans de luttes par la photographie et le texte, depuis le photomontage militant jusqu’aux stratégies de visibilité sur les réseaux sociaux. Jeunes chercheur.e.s et chercheur.e.s confirmé.e.s présenteront des travaux inédits sur des aspects peu étudiés du couple texte et image, que ce soit en histoire de l’art, en littérature ou en analyse du discours.

Deux conférencier.e.s ont été invité.e.s pour poser les enjeux de la politique de l’image et du texte et introduire un nouveau regard, culturel et politique, sur l’approche de la photolittérature en France. Andy Stafford (Leeds) dressera le premier jour du colloque un panorama historique de l’engagement phototextuel. Le lendemain, Shawn Michelle Smith (Chicago) présentera à partir de l’œuvre de l’artiste afrodescendante Lorna Simpson les enjeux de race et de visibilité dans le contexte américain.

KEYNOTES – CONFERENCIERS

Shawn Michelle SMITH est professeure en études visuelles et critiques à la School of the Art Institute of Chicago. Elle a publié six ouvrages majeurs sur l’histoire et la théorie de la photographie aux Etats-Unis, sur le genre et la race dans la culture visuelle. Ses ouvrages les plus récents sont : Photography and the Optical Unconscious (2017), codirigé avec Sharon Sliwinski, and At the Edge of Sight: Photography and the Unseen (2013), lauréat du prix Lawrence W. Levine Award en 2014 (Organization of American Historians) récompensant le meilleur livre en histoire culturelle américaine. Elle a également publié deux ouvrages majeurs : Photography on the Color Line: W. E. B. Du Bois, Race, and Visual Culture, Durham, Duke University Press, 2004 et American Archives: Gender, Race, and Class in Visual Culture Princeton, Princeton University Press, 1999

Andy STAFFORD est théoricien de la critique et spécialiste de l’œuvre de Roland Barthes. Il a publié un livre de référence sur le phototexte français des années 1990 (Photo-texts. Contemporary French Writing of the Photographic Image, Liverpool, Liverpool University Press, 2010), ainsi que des articles sur Raymond Depardon, André Bazin, et Leïla Sebbar et Marc Garanger. Ses recherches portent aussi sur la forme brève, surtout la nouvelle, le conte, la poésie. Il a coédité des volumes sur l’essai français, sur la revue, et sur les études visuelles. Il est membre du comité de rédaction de la collection Francophone Postcolonial Studies et enseigne à l’université de Leeds au Royaume-Uni.

INTERVENANT.E.S

Aurélie ARENA – Université de Strasbourg
Elsa BACHELARD – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Mathilde BERTRAND – Université Bordeaux Montaigne
Thomas BERTAIL – Université Rennes 2
Max BONHOMME – Université Paris Ouest Nanterre
Louis BOULET – Université du Québec à Montréal à Montréal – Université François-Rabelais de Tours
Clara BOUVERESSE – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Federica CHIOCCHETTI – University of Westminster
Chloé CONANT OUAKED – Université de Limoges
Taous R. DAHMANI – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Paul EDWARDS – CNRS – Université Paris 7 Diderot
Rosanna GANGEMI – Université Libre de Bruxelles – Paris 3 Sorbonne nouvelle
Marion GAUTREAU – Université Toulouse 2 – Jean Jaurès
Benoit JODOIN – Université du Québec à Montréal – Paris, EHESS
Léo MUELLE – Université Paris 13
Galia YANOSHEVSKY – Université Bar-Ilan, Tel Aviv

TABLE-RONDE
Visibilité et invisibilité : tensions contemporaines
vendredi 1er juin

Olenka CARRASCO (Venezuela), photographe et écrivaine
Marie-Laure S. LOUIS (Québec), artiste, photographe et théoricienne
Eric MARTY (France), écrivain et professeur.

 

Séminaire Singulier / Collectif avec Cornelia Parker – MARDI 13 FÉVRIER 2018

Nous avons le plaisir de vous annoncer la venue de l’artiste anglaise Cornelia Parker le 13 février aux Grands Moulins (Université Paris 7 Paris Diderot) dans le cadre du séminaire Singulier / collectif organisé par Céline Flécheux et Dominique Rabaté de l’UFR LAC.

Artiste plasticienne britannique connue pour ses installations à grande échelle, Cornelia Parker travaille fréquemment in situ en portant une attention particulière au contexte et aux relations sociales du lieu dans lequel elle intervient.

Sa préoccupation pour la fragilité de l’existence et la transformation de la matière se retrouvent dans ses deux oeuvres maîtresses : Cold Dark Matter: An Exploded View, la reconstruction suspendue d’un abri de jardin détruit par la British Army et and Heart of Darkness, un arrangement formel de restes d’un feu de forêt. En 2015, sur le toit du Metropolitan Museum à New York, elle a créé Transitional Object (PsychoBarn), une reconstruction de la maison de Psychose de Hitchcock.

Cornelia Parker utilise des médiums variés qui intègrent des objets singuliers. Elle prolonge son travail artistique par une pratique de commissariat d’expositions, ce qui forme un autre pan de sa réflexion sur la notion de recherche et de travail en commun.
Nominée pour le Turner Prize en 1997, elle a collaboré avec de nombreuses institutions. En France, elle a été récemment invitée dans l’exposition Sublime, les tremblements du monde au Centre Pompidou-Metz.

Séance en anglais avec traduction simultanée

MARDI 13 FÉVRIER 2018 | 18h > 20h
GRANDS MOULINS Hall C, 6e étage, salle PIERRE ALBOUY
Université Paris Diderot esplanade Vidal-Naquet | Paris 13e
PROCHAINE SÉANCE | MARDI 13 MARS 2018
Olivia Rosenthal
L’ATELIER
Organisation : Céline Flécheux et Dominique Rabaté
Contact : celine.flecheux@gmail.com

Committed Photography and Text – May/June 2018

The Committed Phototext
from activism to struggles for visibility

May 31st – June 1st, 2018
at the MSH Paris Nord, Saint-Denis
Organized by
Pléiade (EA7338) / LEGS (UMR 8238)
Universities Paris 13 / Paris 8 – Paris 10 – CNRS

Dr. Nachtergael, Dr. Foucher Zarmanian and Pr. Paveau org.

PROPOSALS WELCOME UNTIL NOVEMBER 20th!

Keynote Speakers

Shawn Michelle Smith (School of the Art Institute of Chicago, United States)

Andy Stafford (University of Leeds, Great-Britain)

Ill. : Martha Rosler, If It’s Too Bad to Be True, It Could Be DISINFORMATION, 1985 (vidéo, 16′) – Collection SFMOMA, Copyright © Martha Rosler

Argument

Texts illustrated with photographs or photographs accompanied with text have been variously designated (“photo-essay”, “photoliterature” or “iconotext”, coined by Nerlich in the early 80’s), however, the (notion of) phototext has the advantage of expressing very directly the idea of unity of such a dual dispositif, as much in its formal aspect as in its global meaning. The history of the phototext usually meets the common field of photoliterature, but it goes far beyond as it crosses the borders of media culture, publishing, artist books, pamphlets, commercial posters, and, since the rise of personal computers and the internet, of digital communication. If the phototext has become a dominant paradigm in the ways of reading in the 21st century, the amount of phototextual production, since the end of the 19th century, is so abundant – as that of images or texts alone – that we can only study segments of it.

At the crossroads of visual studies, cultural studies, the history of images and semiotic and linguistic analysis, the aim of this two-day conference is to put in relief the singularity of a formal corpus that is closely tied to a specific cultural and political point of view: that of activism, of the struggles for rights and equality, and movements for a visible social recognition of minorities. Continuer la lecture de Committed Photography and Text – May/June 2018

Appel à contribution : La « renaissance littéraire » africaine en débat

Itinéraires. Littérature, textes, cultures

Kwani? (So what?) est une revue de littérature contemporaine africaine basée au Kenya. http://kwani.org/publications/kwani-journal.htm

Appel à contribution

Faisant suite à la journée d’étude La « renaissance littéraire » africaine anglophone en débat qui a eu lieu à l’université Paris 13 le 5 juillet 2017, nous souhaitons prolonger les réflexions qui s’y sont tenues en explorant les nouvelles facettes de la production littéraire africaine anglophone et francophone depuis le début du xxie siècle.

Argument

De nombreux auteurs africains ont connu une visibilité accrue sur la scène littéraire internationale au tournant du xxie siècle tandis que sur le continent ont émergé des revues littéraires (Kwani ? au Kenya, Saraba ou Farafina au Nigéria, ou Chimurenga en Afrique du Sud), des maisons d’édition locales (Cassava Republic et Kachifo au Nigéria, Storymoja et Kwani Trust au Kenya, les récentes éditions fusionnées Ifrikiya au Cameroun ou Hemar au Congo-Brazzaville), ou des collectifs d’écrivains (Femrite en Ouganda) qui semblent témoigner d’une vitalité littéraire et créatrice retrouvée. Parallèlement, des figures de la littérature africaine francophone, Alain Mabanckou, Fatou Diome, In Koli Jean Bofane, ou Leonora Miano, font désormais partie du paysage éditorial globalisé, entraînant dans leur sillage de nouvelles formes d’expressivité littéraires et artistiques (danse, théâtre, performance, musique). Le choix de certains, comme Sami Tchak, de se faire éditer en Afrique témoigne de cette effervescence autour du livre sur le continent africain.

Continuer la lecture de Appel à contribution : La « renaissance littéraire » africaine en débat