Souvenir d’un Workshop parcours Art et Culture durant La Triennale de l’art (2012)

Visite-fiction

Dans le cadre du cours « Usages contemporains de la fiction », les étudiants du parcours Arts et culture, déjà initiés à l’écriture créative par des Ateliers d’écriture, ont proposé un document de médiation indirecte au sein de la Triennale de l’art « Intense proximité ». Partant du constat que les commissaires d’expositions et les artistes s’intéressaient à la notion de fiction dans la production d’œuvres et que, par ailleurs, l’immensité de la Triennale ne permettrait pas aux visiteurs de tout saisir en une visite, cette impossibilité nous a paru une ouverture à la création imaginaire. Le principe moteur de la visite d’une exposition d’art contemporain est l’exploration et le dépaysement : comme dans un territoire inconnu, le visiteur avance de surprise en surprise, de découvertes en découvertes qui modifient sa perception à la fois de l’art et du réel. Après avoir choisi, au sein de la Triennale, un panel d’œuvres formellement variées (dessins, vidéo, documentaire, installation, sculpture, œuvre imperceptible), les étudiants avaient pour mission d’écrire une micro-fiction qui intégrerait l’expérience esthétique par le biais de l’immersion fictionnelle ludique, apportant ainsi des éléments de compréhension à l’œuvre qui ne relèveraient pas de la connaissance. Cette porte d’entrée, qui permet de rendre plus proche des œuvres qui paraissent parfois inaccessibles au visiteur profane, renouvelle l’expérience de la visite d’exposition tout en valorisant concrètement les compétences rédactionnelles et créatives d’étudiants de Lettres modernes aux prises avec la création contemporaine.

Les œuvres des artistes sélectionnés, Georges Adeagbo, Nina Canell, David Maljkovic, Marie Voignier, ont été mises en regard avec d’autres œuvres évoquant un point d’ancrage formel ou thématique et permettant de rebondir vers d’autres points de la Triennale. Ainsi, l’installation d’Adeagbo dialogue avec celle de Zdenek Kosek (Je suis le cerveau de l’univers), celle de Nina Canell avec la Valve d’Haim Steinbach pour former un réseau souterrain secret au sein même du Palais de Tokyo. Le film documentaire de Marie Voignier renvoie directement aux œuvres d’Anca Benera et Arnold Estefan sur les animaux mythiques et imaginaires qui occupent les lieux sans qu’on le sache. Enfin, l’œuvre de David Maljkovic, disséminée dans toute l’espace, permet de visiter la Triennale de façon transversale, comme en suivant un jeu de piste. Composé de courts textes, d’une carte topographique imaginaire, la visite-fiction, intitulée « Les naufragés de l’art » fait glisser le visiteur dans des « bulles » de fictions qui mettent à la fois la temporalité et l’espace de l’exposition à l’épreuve.

Magali Nachtergael et les étudiants du Parcours Arts et culture


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.