Revue FiXXion française contemporaine n°4

FICTIONS DE SOI

Dirigé par Barbara Havercroft et Michael Sheringham

La description de l’éditeur 

Le paysage littéraire des quarante dernières années a vu apparaître un nombre sans précédent de textes autobiographiques tous azimuts et la floraison concomitante d’écrits théoriques et d’études critiques visant à en rendre compte. Or, une des démarches principales entreprises par les théoriciens de l’autobiographie, en particulier par Philippe Lejeune, pour la définir et pour la légitimer en tant que genre, était de la distinguer de la fiction, en insistant sur la coïncidence identitaire de l’auteur, du narrateur et du personnage principal, sur l’instauration du pacte autobiographique scellé par le nom propre et sur la sincérité de l’auteur dans sa tentative de dire vrai. Lejeune a pourtant reconnu l’existence de textes hybrides, où se mêlent fiction et “faits”, ce qui se manifeste non seulement dans sa notion d’espace autobiographique, mais aussi dans la célèbre “case vide” de son tableau dans Le pacte autobiographique, où se rangeraient des textes romanesques où le nom de l’auteur serait identique à celui du personnage principal, dont  aucun exemple ne se présent[ait] à l’esprit au moment de la rédaction du Pacte. Depuis lors, cette case vide s’est amplement remplie. En effet, les publications littéraires de langue française mettant en évidence les jeux sur les frontières entre la fiction et l’autobiographie proprement dite ne cessent de se multiplier. Le concept d’autobiographie se trouve alors bousculé par l’arrivée de nouvelles pratiques brouillant les critères génériques, surtout dans le sillage de Fils de Serge Doubrovsky en 1977, premier texte français à se nommer “autofiction”. Depuis, de nombreux textes ont paru sous la même étiquette, mais le débat épineux sur le terme mené par divers chercheurs (Yves Baudelle, Vincent Colonna, Philippe Gasparini, Jacques Lecarme, Philippe Vilain) est loin d’être clos.

Ce numéro examine les diverses modalités de la fictionnalisation de soi dans des textes récents (postérieurs à 1980), que ce soit des variantes de l’autofiction (stricto sensu ou comprise dans un sens plus large), du roman autobiographique ou d’autres formes hybrides. Quels sont les différents procédés textuels mobilisés dans les fictions de soi ? Qu’en est-il des jeux onomastiques, par exemple, dans la fictionnalisation de soi ? Pourrait-on parler de visée éthique dans de telles pratiques, là où la fiction (ou le mensonge?) côtoie la  “vérité” et le  “vécu” ? Quel est le rôle du genre sexuel ou de l’ethnicité dans les fictions de soi ? Comment la construction et la représentation de la subjectivité s’effectuent-elles dans de tels textes ? Comment la fictionnalisation de soi se pratique-t-elle au cinéma et dans les arts plastiques ?

—–

Le numéro a le mérite d’envisager des formes fictionnelles transmédiatiques, et je recommande deux articles intéressants dans le domaine des arts visuels et de la fiction :

Emma Wilson, à propos de Nan Goldin,  Nan Goldin, self-fiction and ‘the necessary other
Claire Boyle, Self-Fictions and Film: Varda’s Transformative Technology of the Self in « Les plages d’Agnès »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.