Benoît Maire et Falke Pisano : le scénario philosophique

Nous avons accueilli ce 18 octobre (en guise d’ouverture de la FIAC) deux artistes de la même génération, élevés dans l’héritage conceptuel des années 60 et sous l’influence d’une esthétique contemporaine qui a depuis longtemps adopté les codes de la quête philosophique pour renouveler son approche des formes. Si l’on y perçoit les grandes références de l’art depuis les années 90, à savoir les textes de Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, Nelson Goodman ou Ludwig Wittgenstein, la multiplicité des lectures théoriques caractérisent aussi l’éducation de l’artiste aujourd’hui. Il n’empêche que le choix de la voie conceptuelle s’inscrit dans le sillon d’une tradition établie par Art & Language, Donald Judd, Lawrence Weiner, Joseph Kosuth, Herman De Vries, Mel Bochner, ou encore Douglas Huebler et renouvelée dans les années 80-90 par Tania Mouraud, Jenny Holzer, Hamish Fulton, Bruce Nauman. Mais ce serait simplifier à outrance que de délimiter à cette seule tendance les travaux de Benoît Maire et Falke Pisano qui incorporent leurs work in progress dans des espaces fictionnels ou poétiques.

Lauréat en 2010 du Prix de la fondation Ricard pour l’art contemporain, Benoît Maire a développé une production conceptuelle se déployant à partir de scénarios philosophiques. Depuis sa première exposition personnelle Du gâteau, la coulure Constance Mayer en 2005 à Bordeaux (chez son galeriste Cortex Athletico) jusqu’au film L’île de la répétition en 2010, les ébauches de fiction présentes dans ses installations a pris de plus en plus corps, jusqu’à se réaliser concrètement sous la forme cinématographique. D’un côté, des bribes d’histoires tragiques peuvent servir de point de départ à une esquisse de récit, comme la mort de la maîtresse de Pierre Paul Prudhon ou l’effondrement de Nietzsche place Carlo Alberto à Turin (Musique pour un cheval centenaire, 2006, avec Etienne Chambaud).

Benoît Maire, La Coulure Constance Mayer, encore, peinture glycero sur toile, 160x90cm, 2008

De l’autre, ce sont des personnages conceptuels, tel le mathématicien Sébastien Planchard (Meeting Sébastien Planchard, 2006), chargé de modéliser les formes de la répétition, ou le concept de Cordélia qui obsède le poète John Keats (L’Île de la Répétition, 2010) qui mettent en scène des situations traversées par l’émotion mais aussi le spectre de l’échec.

Benoît Maire, Meeting Sebastien Planchard, installation, vidéo, 3 dessins à l’encre, 16′, 2006

Ce que Benoît Maire nomme volontiers une investigation esthétique, sur le modèle des investigations philosophiques de Wittgenstein mais aussi Kosuth, se développe autour de figures, textes, images, dispositifs. Ces derniers sont à considérer comme des commentaires, représentations plastiques d’idées, émotions ou apories, rencontrées au gré de ses lectures de Lacan, Badiou ou plus récemment Lyotard, dont il a tiré un cycle de recherches en cours intitulé « Esthétique des différends », se matérialisant sous forme d’installation mais aussi d’une publication chez l’éditeur de livres d’artistes Rosascape.

Il n’était donc pas surprenant que Falke Pisano croise la route de Benoît Maire dans la mesure où son champ d’investigation recoupe les mêmes préoccupations autour de la mise en forme de questions théoriques. Celles-ci renvoient directement à la définition de l’art, de l’acte esthétique et de la position de l’artiste comme énonciateur / acteur d’une proposition artistique, un questionnement d’obédience moderniste assumé chez Pisano dans tout son cycle « Figures of speech » qui s’étend de 2007 à 2009.

Falke Pisano, Object and Disintegration (The Object of Three), installation, sculpture, trois vidéoprojections, (détail) 2008

Le parcours de Falke Pisano témoigne lui-même de cette hésitation entre production formelle et théorique : après avoir étudié à l’école des beaux arts d’Utrecht, Falke Pisano s’engage dans la vie active comme assistante d’une galeriste, Ellen de Bruijne, avant de postuler à la Jan van Eyck Academy de Maastricht pour un projet au sein du département de théorie. C’est finalement le département d’arts plastiques qui retiendra sa proposition : la présentation de son projet devient de façon inattendue sa première œuvre d’art, un discours théorique performé en guise de point de départ dans lequel elle déclare que « et s’il advient que, par hasard, il résulte une œuvre de son projet, explique-t-elle, cela serait tout aussi bien » (« During the interview, I explained that it was not my intention to make art, but if I happened to accidentally make a work it would be fine as well. », entretien pour Metropolis M, avec Monika Szewczyk, n°4, août-septembre 2011).

Falke Pisano, A Sculpture Turning Into A Conversation, DVD, 25′, (screen view), 2006

Les recherches théorico-plastiques de Falke Pisano, dès lors très directement héritées de l’art conceptuel mais aussi d’une tradition moderniste – on perçoit quelque motifs à la Mondrian – qui vise les finalités de l’art, sont à considérer avant tout comme des simulations se prêtant à une conversation, un dialogue. C’est le cas de l’emblématique « A Sculpture turning into a conversation » (2006) ou de son travail avec Benoît Maire « Organon (and the audience perception) » (2008) qui retrace l’histoire d’un cheminement intellectuel, d’un mouvement de la pensée : « the work is created through a continuous changing (of a) situation – in the changing lays, or in the hand/body that makes these changes lays, another story » (Figures of Speech, p. 96). Le livre qu’elle édite avec Will Holder en 2010, Figures of Speech regroupe sous l’intitulé paradoxal, à la fois visuel et textuel, de la « figure du discours » un véritable catalogue de situations d’énonciation comme des énigmes philosophiques à résoudre (comme la possible autodestruction de l’oeuvre dans Object and Disintegration, 2008). Prenant le sens de figures du discours au pied de la lettre, mots et formes prennent des chemins de traverse pour aboutir à des boucles référentielles qui créent leur propre monde, une sorte d’univers fictionnel qui fonctionne sur le mode de la simulation scientifique : « admettons que… », « si dans un espace donné… » etc. Cependant, Pisano jouant avec les limites du langage et de la conversation permet de rejoindre les problématiques d’un langage qui n’a plus de valeur fonctionnelle mais qui devient poétique, proprement esthétique.

La collaboration entre Falke et Benoît se fait donc à l’intersection de leurs recherches théoriques tout en prenant des atours formels distincts : si la présence du texte, des discours conceptuels et des performances crée un lien évident entre leurs travaux, la référence à la sculpture moderniste chez Pisano s’oppose à la récurrence d’un display « antiformel » (au sens de Robert Morris, que l’on peut étendre à la notion « informe » définie par Michel Tapié si l’on voit ses dernières peintures) chez Maire. Chez Falke Pisano, la fiction relève aussi plus de la fiction du discours et du processus de « world makings », création de simulation, qui se distingue des mises en scène scénarisées de Benoît Maire qui utilise des personnages conceptuels fictifs et évolue vers des formes narratives plus clairement identifiées. Mais chacun à leur manière, ils utilisent la matière du langage comme une forme plastique qui fait dériver les références vers de nouveaux univers construits par la fiction du langage.

Benoît Maire et Falke Pisano, The Organon and The Wave (détail), 2008 (Grazer Kunstverein, Autriche, janv-mars 2009)

—-

Benoît Maire a exposé en octobre à Bordeaux avec Alex Cechetti « Du classicisme » chez Cortex Athletico jusqu’au 17 novembre et prépare un projet avec Liam Gillick et Falke Pisano.

Falke Pisano était présente sur le stand d’Ellen de Bruijne lors de la FIAC 2012. Au mois d’octobre, Falke Pisano a présenté une exposition à la galerie londonienne Hollybush Gardens qui montre un nouveau développement de ses recherches autour du corps en crise (Disordered Bodies Fractured Minds (Private M., Patient A. & Traveller H.), 14/09 – 21/10 2012), induisant la possibilité d’une irruption violente de l’affect et des émotions dans ces discours jusque là très contenus. Elle exposera en juin 2013 à la Kunstverein de Cologne les suites de ce nouveau cycle.

—-

Extrait de l’interview de Falke Pisano avec Vincenzo de Bellis, « Space in language »,  parue dans Mousse Magazine, #19, Milan, juin 2009, dans lequel elle présente le texte spécialement écrit pour leur oeuvre collaborative, « The Wave » :

De Bellis : For the recent show at Grazer Kunstverein, you worked in collaboration with Benoît Maire. The exhibition, entitled “Organon and the Wave” included – as the title cites – The Wave, a film that you both shot separately in different locations. Later, you combined it in the process of editing. What came out after that?

Pisano : After our collaboration, I tried to formulate what I understood Falke Pisano, the film to be, for myself and for Benoît. I wrote:

The Wave is a situation in the form of a film.

The three parts of the film denote each an aspect of the situation, together creating the situation as a whole.
The first part gives the object.
The second part gives the relations that exist toward the object.
The third part gives the multiplicity of time and space that exists within this situation, creating the time-space that facilitates the object and the relations.

The Wave is a film about description.

The three parts of the film each give a different approach towards description.
The first part gives the description of a specific concrete object through the transcription of perception.
The second part gives the description in the form of a conversation and the relation of the present objects to an absent object.
The third part describes an object by giving its characteristics as universal qualities that can be found in any act of perception.

The Wave is a film that narrates an event.

In the first part something is born and with it a new world.
In the second part the world is made specific.
In the third part the world has become a world amongst worlds and therefore has become – immanent and transcendent – multiple.

Benoît Maire et Falke Pisano, The Organon & the Wave (détail), 2008

Pour aller plus loin :

« Let’s get serious, How contemporary artists are shaking off the superficial – with art that poses new intellectual challenges », par Mike Brennan sur Modernedition.com.
« Du grotesque au pathos : les artistes de l’émotion intellectuelle« , par Magali Nachtergael, L’Art même, n°41, p. 10-13 et généralement tout le numéro qui traite d »Art et théorie ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.