Performance-fiction par Alex Cecchetti & Laure Prouvost

Le 8 décembre 2012, tout juste une semaine après la magnifique performance de Louise Hervé & Chloé Maillet au Crédac (Ivry-sur-Seine, Val-de-Marne), un autre happening fictionnel avait retenu mon attention grâce à une mystérieuse missive émanant de la toute jeune galerie bellevilloise Shanaynay. Elle annonçait une performance de l’artiste française Laure Prouvost, dans le cadre de son exposition “The Artist and The Bunker”, avec Alex Cecchetti, dont l’exposition commune avec Benoît Maire, “Du Classicisme” à Bordeaux venait de se terminer. Le message contenait une micro-fiction en anglais dont voici un extrait :

Laure Prouvost, The Artist and the Bunker, extrait, 2012

A 8 heures précises, dans le petit local exigu et bondé de la galerie, par un froid glacial, commençait la performance-fiction. D’un côté, Laure Prouvost préparait du thé avec une bouilloire électrique (on apprendra ensuite qu’il s’agissait de whisky, les mots ne disant pas ce que sont vraiment les choses), à la lumière d’une petite lampe de bureau posée à même le sol. De l’autre, Alex Cecchetti réparait la roue crevée de son vélo. Alternant leurs récits, eux-mêmes entrecoupés d’adresses au public (“Want some tea?” ou “Could someone help me fix the wheel?”), pendant que l’un parlait, l’autre vaquait à son occupation.

Laure Prouvost déroulait un récit suivi, parfaitement maîtrisé et joué, celui de son grand-père, artiste conceptuel vivant en Angleterre, qui avait entrepris de creuser un tunnel reliant sa maison à Gibraltar. Plusieurs semaines après son départ, sa grand-mère, impotente et vivant au milieu d’une masse informe de boue extraite du tunnel, appelle la narratrice à l’aide pour le retrouver. Le scotch évoqué dans le petit texte “teaser” prend alors un sens concret puisqu’il va servir à une tentative de recherche souterraine à l’aide du chien, Charlie, qui n’en sort au passage pas tout à fait indemne. L’histoire est donc bien présente, vivante, racontée et parfois mimée par l’artiste qui entreprend elle aussi le voyage sous terre pour retrouver son aïeul conceptuel. L’histoire de Prouvost était manifestement écrite, coupée en épisodes à la fois fictionnellement cohérents mâtinés de détails oniriques, de sorte que l’on avait l’impression d’un long récit se déployant dans un univers fantastique à la limite du cauchemar. Les artistes se passaient la parole sans se l’adresser entre eux, comme quand on dort, en effet, couché l’un à côté de l’autre, sans savoir à quoi l’autre rêve.

Les petits récits de Cecchetti suivaient quant à eux la logique brisée des rêves peuplant la nuit sans qu’ils puissent trouver de véritable cohérence globale. Racontant quelques épisodes rêvés, ou plutôt, commentant les processus des rêves qu’il nous racontait, Cecchetti adoptait une forme dialogique pour son récit, faisant progresser sa narration au fil des réponses : “Have you ever dreamt that you wanted to pee, and you dream that you go to the toilets, but when you wake up, you’re not yet in the toilets? It already happened to you, no? It did? Yes, it did. So you dream you go to the toilets, but it is too late”, s’adressant directement et dans les yeux aux personnes de l’assistance, glissant d’un sujet de rêve à un autre, sans que le spectateur ait vraiment l’impression d’entendre un récit suivi : “I like when she puts her hands in my pockets. You know, I really like it”. Ce détail est repris à la fin de la performance lorsqu’il s’agit d’ouvrir une porte, et que précisément, les clefs sont restées dans la poche, le rêveur demandant instamment à sa compagne d’aller les chercher elle-même. Ainsi vont les songes de la nuit, sans rime ni raison apparentes, quand soudain un petit détail révèle une obsession.

A la fin de la performance, Cecchetti devait enfourcher son vélo et sortir, mais la roue n’ayant pas pu être réparée à temps, il ouvrit la porte, fit mine de sortir comme prévu et annonça en guise de clôture : “now you can consider that the performance is more or less over” et retourna bricoler son vélo, tout en invitant à nouveau l’assistance à l’aider. Bizarrement, ce léger “raté” de la performance participa, malgré la volonté des artistes, à en faire le beau moment où la fiction s’affadit dans la réalité, sans que l’on sache exactement quand elle se termine vraiment. Ce dégradé du “more or less over”, comme un “fading out” cinématographique, laissait l’artiste quelque peu désoeuvré artistiquement (c’est fini, on peut partir) et en même temps réellement occupé (tant qu’à faire autant en finir avec cet objet du quotidien, le vélo). Sans doute la performance s’est elle achevée quand Cecchetti, au bout d’une bonne demi-heure, est sorti avec son vélo style 1920 dans la rue. Le détail moderniste avait pris un petit temps de retard sur la performance. Et le moment de rentrer chez soi était enfin arrivé.

Laure Prouvost a réalisé une de ses performances narratives à la Tate Britain lors du festival Art Now Lightbox en 2010 (It, heat, hit, 2010).

Laure Prouvost, Tate Britain, 2011 (Late At Tate)

Alex Cecchetti, le 5 décembre, avait invité des danseurs à dormir au Musée de la chasse : quand un danseur dort, son rêve est-il encore de la danse?

Alex Cecchetti, The Seven Brothers, 2012. Choreography for sleeping dancers. Photo de Robertas Narkus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.