Tous les articles par maydavid

Ouvrage et exposition – CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE ROLAND BARTHES

Lancement de l’ouvrage et vernissage de l’exposition

Roland Barthes Contemporain

Magali Nachtergael
éditions Max Milo
avec le soutien du programme Les Contemporains
192 pages, 24€90, parution le 14 mai 2015

Lumières de Roland Barthes 

Exposition au Frac Aquitaine et au centre d’art image/imatge
commissariat : Magali Nachtergael
avec le soutien du programme Les Contemporains
du jeudi 21 mai au samedi 12 septembre 2015

_______________________________________________

« Des Mythologies au  » vivre ensemble « , la pensée de Roland Barthes n’a en rien perdu de son actualité. Mais celui qui a popularisé la sémiologie en France pourrait bien avoir bouleversé le paysage artistique du XXe siècle et, au-delà, modifié notre rapport aux formes et au monde. À travers la postérité de son œuvre dans l’art contemorain, on découvre dans le livre Roland Barthes Contemporain, un Barthes artiste, critique, théoricien, politique, romantique, subversif, et toujours à la pointe du contemporain. »

Lumières de Roland Barthes est une invitation à découvrir, à travers l’art contemporain et la collection du Frac Aquitaine, la postérité théorique et esthétique d’un des penseurs les plus importants du 20e siècle. L’exposition se déploie au Frac Aquitaine avec L’écrivain en vacances : sur la plage et My Last Life (21 mai – 29 août 2015), et au centre d’art image/imatge, avec Lunettes noires et chambre claire (22 mai – 12 septembre 2015).

_______________________________________________

Lancement le mardi 19 mai à la Machine à Lire (Bordeaux), 18h

Cet ouvrage a bénéficié du soutien de la libraire La Machine à Lire.

La Machine à lire
8, place du Parlement

33000 Bordeaux

Présentation le jeudi 28 mai à la Librairie du 107 Rivoli (Adélaïde / Musée des arts décoratifs) avec signature, de 18h à 20h

Librairie 107 Rivoli
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Présentation le mercredi 3 juin à la Librairie L’escampette (Pau), 18h30 

Librairie L’escampette
10, rue des Cordeliers
64000 Pau

 Vernissage le jeudi 21 mai au Frac Aquitaine, 18h30 

Frac Aquitaine
Hangar G2, Bassin à flot n°1
Quai Armand Lalande
33000 Bordeaux

 Vernissage le vendredi 22 mai au Centre d’art image/imatge (Orthez), 19h 

Centre d’art image/imatge
3, rue de Billère
64300 Orthez
_________________________________________
A3 invit R Barthes BAT8

 

SÉANCE DU 9 AVRIL 2015 – DANIELLE VALLET KLEINER ET JEAN-CHRISTOPHE BAILLY

Pour cette prochaine séance du séminaire Les Contemporains – Littérature, arts visuels, théorie, nous accueillerons l’artiste Danielle Vallet Kleiner et l’écrivain Jean-Christophe Bailly.

Autour de ces deux invités dont les œuvres s’entrecroisent, il sera question de voyages, de regards et d’images, de déplacements, de surgissement et de lignes imaginaires.

Jeudi 9 avril 2015

« DÉPAYSEMENTS »

Danielle VALLET KLEINER

et

Jean-Christophe Bailly

18h-20h

 

Université Paris 7 – Paris Diderot
Esplanade Pierre Vidal-Naquet (en face de Bétonsalon)
Grands Moulins
salle 681C – 6e étage – bâtiment C
RER C / M°14 Bibliothèque François Mitterrand
Bus 89, 62, 64, 325

Contact : info.lescontemporains@gmail.com

 

Danielle Vallet Kleiner

Artiste, photographe, cinéaste, musicienne, Danielle Vallet Kleiner déploie une œuvre qui apparaît catalysée par l’expérience obstinée du décentrement et du voyage. En 1996, aux éditions Voix, elle a publié Istanbul-Helsinki (La traversée du vide), faisant partie de son installation à la Documenta X. Recherche sur le temps et sa perception, sur l’espace et sa mémoire, morceaux de monde comme on dit d’un morceau de musique, ses œuvres régulièrement exposées en France et à l’étranger suivent des itinéraires à la fois géopolitiques et subjectifs.

Ses deux derniers films, « Acercate mas » et « Un message impérial » (dont nous visionnerons un extrait en avant-première) seront programmés au Ciné 104 de Pantin en juin 2015.

 

Jean-Christophe Bailly

Écrivain, Jean-Christophe Bailly est l’auteur de nombreux livres de poésie, d’essais, de récits, de textes sur l’art et la photographie. Ouverte sur la philosophie, le théâtre, l’architecture, l’histoire de l’art, traversée par le sensible et par la littérature, son œuvre semble se mouvoir dans un paysage constamment décentré, où l’image et le regard tiennent pourtant une place centrale.

Parmi ses livres figurent, entre autres : L’Apostrophe muette : essai sur les portraits du Fayoum (Hazan, 1997), Le Champ mimétique (Seuil, 2005), Le Versant animal (Bayard, 2007), Le Dépaysement : voyages en France (Seuil, 2011).

 

Capture d’écran 2015-03-26 à 22.12.18

 

PUBLICATION : Agnès GEOFFRAY, Les corps sont écrits

« Même les bourreaux ont des mots doux… »

A la croisée de deux projets, photographique pour Monsieur Vernet et Pierre (2013) et textuel pour Palimpsestes (2012), Agnès Geoffray rassemble ici ce qui constitue un des piliers de son travail artistique, la violence et ses représentations. Elle met en lumière les lents et délicats passages entre les gestes d’attention, d’instruction, d’emprise et de domination, et révèle la duplicité quasi poétique du vocabulaire bureaucratique des régimes totalitaires.

A travers ses photographies et ses textes (objets, performances, installations, vidéo) Agnès Geoffray met en scène un univers de tensions, latentes et mystérieuses.

A propos de l’artiste

Agnès Geoffray est née en 1973 à Saint Chamond et vit à Paris, après avoir vécu et travaillé quelques années à Bruxelles.

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris et de Lyon, elle enseigne actuellement à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Metz (VERIF). Elle a eu des résidences à la Rijksakademie d’Amsterdam, au Centre Photographique d’Ile de France (CPIF, Pontault Combault) et à la prestigieuse Villa Médicis à Rome (2010).

Agnès Geoffray utilise la photographie, la vidéo et l’installation comme medium artistique. Elle s’intéresse aux représentations de l’infâme, dans l’histoire ou l’actualité.

L’artiste a été en résidence à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten à Amsterdam (2002-03) et pensionnaire à la Villa Médicis à Rome (2010-11). Elle a exposé dernièrement à la Kunsthalle Mainz à Mayence, à la Kunsthalle Wien à Vienne, au Magasin à Grenoble, au Centre de la photographie à Genève et au Centre photographique d’Ile-de-France. Ses travaux font partie des collections publiques du Fonds national d’art contemporain (Paris), du FRAC Auvergne (Clermont-Ferrand) et de diverses collections privées. Deux ouvrages sur son travail ont été publiés aux éditions La Lettre Volée, Ultieme Hallucinatie et Profond silence.

Capture d’écran 2015-03-22 à 22.58.04

Les corps sont écrits

Agnès Geoffray
Avec un texte de Sophie Delpeux
Éditions Manucius
Collection Les Contemporains – Volume 4
Publié le 19 mars 2015
50 pages, 4 euros

 

Contact vente, diffusion :
manucius@manucius.com
Editions Manucius
40 rue de Montmorency
75003 Paris

Contact séminaire, prochains volumes :
Céline Flécheux et Magali Nachtergael
info.lescontemporains@gmail.com

SÉANCE DU 19 MARS 2015 – MATHILDE MONNIER ET DOMINIQUE FIGARELLA

Pour cette prochaine séance du séminaire Les Contemporains – Littérature, arts visuels, théorie, nous accueillerons la chorégraphe Mathilde Monnier et l’artiste Dominique Figarella. Il sera question de leur collaboration et des liens qu’ils entretiennent avec les autres arts, en particulier la littérature, l’écriture et la fiction.

La rencontre sera l’occasion de présenter l’ouvrage Danse contemporaine et littérature (CND, collection Recherches, 2015) à paraître le 2 avril.

Jeudi 19 mars 2015

Mathilde MONNIER

et

Dominique FIGARELLA

18h-20h

 

Université Paris 7 – Paris Diderot
Grands Moulins
salle 682C – 6e étage –
bâtiment C Esplanade Pierre Vidal-Naquet (en face de Bétonsalon)
RER – M° Bibliothèque François Mitterrand
Contact : info.lescontemporains@gmail.com
 

Mathilde Monnier

Née à Mulhouse en 1959, Mathilde Monnier est danseuse et chorégraphe. Personnalité de premier plan dans le monde de la danse contemporaine, la réalisatrice Claire Denis lui consacre un film documentaire intitulé Vers Mathilde, réalisé en 2005. En 2014, paraît aux éditions Denoël une objet graphique non-identifié, Mathilde, danser après tout écrit et dessiné en collaboration avec François Olislaeger. La bande dessinée revient sur les créations majeures de la chorégraphe à travers une trame narrative, celle du roman d’apprentissage sous forme de « masterclass » autobiographique.                                                                      Ses collaborations avec écrivains, philosophes, artistes font partie de sa marque fabrique. Outre des collaborations sur scène avec l’écrivaine Christine Angot (La place du singe) et le philsophe Jean-Luc Nancy (Allitérations), ces rencontres ont donné lieu à des publications qui ont fait date dans le champ croisé de la danse, de la littérature et la philosophie : Dehors la danse etAllitérations avec Jean-Luc Nancy ou MW avec la photographe Isabelle Waternaux et l’écrivain Dominique Fourcade.                                                                                                                                 En 2010, elle monte Soapéra avec l’artiste Dominique Figarella.                En 1994, elle succède à Dominique Bagouet à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier qu’elle dirige jusqu’en 2013, date de sa nomination à la direction du Centre National de la Danse.

————————————————————

Dominique Figarella

Né en 1966, Dominique Figarella est artiste peintre. Il vit et travaille entre Montpellier et Paris, où il est professeur à l’École Supérieure des Beaux-Arts depuis 2001.                                                                                             Dès le début des années 1990, il porte une réflexion sur la pratique picturale avec un système abstrait protéiforme difficile à saisir et pourtant visuellement immédiatement accessible : sur ses toiles peintes s’ajoutent des éléments graphiques et plastiques en plexiglas, chewing-gum, balles de tennis, ventouses ou sparadrap qui donnent une dimension ludique et familière à ses compositions.                                                             Depuis 1992, plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées, notamment au Centre d’Art Contemporain de Quimper (2004), à La station à Nice (2008), au Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc Roussillon à Sérignan (2009), et récemment à la galerie Anne Barrault à Paris (2014). En 2011, une vaste monographie de son œuvre intitulée Dominique Figarella paraît aux éditions du Life (Saint Nazaire) à l’occasion d’une exposition au Lieu International des Formes Emergentes. Parmi ses derniers projets et réalisations, Dominique Figarella a présenté en 2014 au Centre Georges Pompidou, une nouvelle version de Soapéra, la pièce créée en collaboration avec Mathilde Monnier quatre ans plus tôt.

2Les contemporains - 19 mars