Archives de catégorie : Billets

Emilie Renard, co-commissaire de la Triennale de l’art contemporain 2012 à Paris 13 – Nord le 14 mai

Emilie Renard fera une intervention dans le cadre du cours Usages contemporains de la fiction (Licence Parcours Arts et culture). Elle accompagnera les étudiants dans leur réalisation d’un parcours-fiction au sein de la Triennale « Intense proximité » et nous parlera de son rapport à la fiction dans son métier de commissaire d’exposition.

Le 14 mai, à partir de 9H, UFR LSHS, Université Paris 13-Nord.

La Triennale de l’art : l’ombre de la fiction

La troisième édition de la Triennale d’art contemporain a été confiée au commissaire d’exposition Okwui Enwezor qui a fait appel, en plus de Claire Staebler et Abdellah Karoum, à deux Françaises pour l’épauler dans sa tâche, Mélanie Bouteloup, directrice de Bétonsalon, et Émilie Renard, commissaire indépendante et enseignante à l’Ecole des Beaux Arts de Lyon. Le choix de ces deux actrices de l’art contemporain signale, a priori, un ancrage fort dans le rapport de l’art au savoir, mais aussi à la fiction.

On y retrouve par exemple les oeuvres d’Eric Baudelaire mais aussi un film de Marc Allégret et André Gide sur leur voyage au Congo, une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet et un documentaire de Marie Voignier à la recherche d’un monstre mythique, le Mokélé Mbembé.

***

Éric Baudelaire L’Anabase de May et Fusako Shigenobu, Masao Adachi et 27 Années sans images, 2011

 

Marie Voigner L’Hypothèse du Mokélé-Mbembé, 2011 Vidéo, couleur, 78 min Production Capricci Films

Application didactique de la fiction 

Dans le cadre d’un cours de Licence de Lettres modernes de l’Université Paris 13, « Usages contemporains de la fiction », un partenariat s’est mis en place avec le Palais de Tokyo. Les étudiants impliqués dans le Parcours Arts et culture préparent actuellement un document de médiation pour une visite fictionnelle à travers cette immense bâtiment de 22.000 m2 qui abrite pour la Triennale les oeuvres d’une centaine d’artistes. Comment s’y retrouver? En immergeant le visiteur dans des micro-fictions, il s’agit de proposer une approche ludique des oeuvres, sans autre outil que sa propre capacité imaginaire à se projeter dans un autre monde. A partir du 14 mai.

 

Camera Britannica, cycle Cinéma au Centre Pompidou du 2 au 30 mai

Marie Canet, programmatrice indépendante, présente un programme de cinéma britannique contemporain au Centre Pompidou du 2 au 30 mai, Camera Britannica. Elle était venue présenter le travail de Brice Dellsperger, en présence de l’artiste et de Jean-Luc Verna, le 15 février 2012 lors d’une séance du séminaire consacrée aux « fictions queer ». Ils ont publié conjointement Body Double / Postures et talons hauts chez Toastink Press avec les Presses du réel en 2011.

La première séance de ce cycle est consacrée à deux films, le premier est d’Amalia Pica, To Everyone That Waves (2006, 16mm, n&b, muet, 3’36 »). Film d’archive, il documente une performance réalisée sur le port d’Amsterdam au moment du départ d’un vieux trois-mâts.  Le second de Duncan Campbell, Make It New John (2009, beta et 16mm transféré sur vidéo, 55′, couleur et n&b, son), raconte l’histoire de John Delorean, inventeur de la fameuse DMC-12 rendue célèbre par le film de Robert Zemeckis, Retour vers le futur. L’histoire réelle de cet ingénieur américain est moins plaisante : après l’échec commercial de sa voiture, il est accusé de trafic, son arrestation entraînant la fermeture de l’usine à Belfast. Entre documents réels et échappées imaginaires, ces deux films « réactualisent le passé tout en désarticulant le sens des événements ».