A propos de Louise Hervé & Chloé Maillet

Afin d’illustrer la notion de “néo-littérature” que nous explorons depuis le début du séminaire Les Contemporains, je voudrais publier ici une petite présentation de des conférences-performances de Louise Hervé et Chloé Maillet, que nous avions eu le plaisir de rencontrer en novembre 2012.

Ces dernières combinent des publications partielles de courtes fictions et des performances qui se déroulent dans un lieu précis, à la manière des traditionnelles visites-conférences réalisées dans des lieux patrimoniaux (ici un compte rendu par Thomas Golsenne d’une de leurs dernières performances). Une de leurs premières performances remarquées se tint le 9 septembre 2009 dans le quartier parisien de Belleville-Ménilmontant. Déployée en deux volets, la première partie était liée à la figure de Prosper Enfantin, disciple de Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint Simon. Enfantin avait en effet installé sa communauté sur la colline de Belleville, dans le bâtiment qui jouxte toujours aujourd’hui le square dit “des saint-simoniens”, tout en haut de la rue Ménilmontant. La seconde partie de la performance se déroulait dans la galerie Marcelle Alix, fraîchement ouverte à Belleville et dont l’espace d’exposition est partiellement enfoui dans le sous-sol. Un script, comme de coutume depuis les happenings historiques d’Allan Kaprow, prépare la performance elle-même[1]. Suivant un chapitrage précis, Hervé et Maillet décrivent avec force détails historiques les lieux et les événements qui s’y sont déroulés, tout en ajoutant au fil de leur conférence des références fictives, littéraires ou cinématographiques venant s’entremêler avec les faits réels. Se tenant devant la fontaine du square Ménilmontant, elles relatent un épisode de la vie de Prosper Enfantin autour de la communauté saint-simonienne, en utilisant elles-mêmes des tournures datées (« Où l’on apprend combien il y avait de chambres dans la maison de Prosper Enfantin et ce qu’en pensait Proudhon ») pour accentuer l’anachronisme, ou plutôt l’apparente inactualité, de leur discours à deux voix. Toutes deux vêtues d’un uniforme sobre, Maillet et Hervé se passent en effet constamment la parole pour édifier et emporter le public dans leur déambulation géographique mais aussi scientifique. Cette performance s’était, dans ce cas, conclue sur une mise en abyme vertigineuse, les saint-simoniens s’étant distingués en leur temps par leurs pratiques de la performance publique. Ainsi débutait « Une reconstitution et un souterrain » :

Chloé Maillet : Bonjour, et bienvenue à l’inauguration de la galerie Marcelle Alix. Nous nous trouvons donc devant la bâtisse qui fut de 1830 à 1832, le refuge de la communauté saint-simonienne sous la houlette de Prosper Enfantin, le plus fameux des disciples de Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon. Une communauté de courte durée puisqu’en 1832 un procès mit fin à ses activités, et obligea Enfantin à se séparer de sa maison de famille. Une affiche fut alors collée à la porte, signalant la mise en vente. Bertrand, est-ce que tu peux me donner le document ? »

Si le script rédigé de la performance n’est en aucun cas destiné à être publié, une seconde version, très différente mais traitant de la même histoire, est apparue deux années plus tard sous le titre « La performance de Prosper Enfantin, ou les saint-simoniens » dans Vivre dangereusement… jusqu’au bout, ouvrage collectif d’artistes dirigé par Benoît Maire[2]. Dans ce cas, un avertissement présente le texte comme des notes manuscrits qui prennent précisément la forme d’un script « se rapportant à un film dont l’auteur est anonyme et dont les bobines sont probablement perdues[3] », sur le modèle de certains films disparus de Méliès dont ne subsistent que les descriptions. Ce deuxième texte, très différent du script de la performance, n’en constitue pas moins une version seconde et complémentaire à la fois qui vient bousculer la conception d’un récit unique qui soutiendrait la forme voulue par Hervé et Maillet pour raconter l’histoire de Prosper Enfantin.

vivredangereusement_palaisdetokyo

Ces multiples versions d’une même histoire, déclinées en textes, performances, installations temporaires, sont récurrentes chez Hervé et Maillet. Lors de leur exposition Attraction étrange à la Synagogue de Delme (du 25 février au 13 mai 2012), elles avaient parallèlement publié un récit fantastique éponyme en feuilleton dans le Républicain Lorrain[4]. Repris intégralement dans leur livre paru en 2013 qu’il serait difficile d’assimiler à un catalogue tant il est plus narratif que visuel, leur récit place nettement leur production dans le giron de la littérature fantastique et de la fantasy, ce que confirme encore les autres contributions de l’ouvrage, celle du plasticien Stéphane Bérard auteur de « Cracheur de soupe – conceptual fantasy », celle de la poétesse Emmanuelle Pireyre (« De quoi est-ce qu’on parle là ? ») et enfin, celle de Céline Minard, qui réapparaît à nouveau avec une symétrique « Étrange attraction »[5].

Lors d’une autre performance au Crédac d’Ivry-sur-Seine, c’est une fiction autour du fonds Maurice Thorez – député d’Ivry – qui a accompagné la visite réelle et documentée de façon tout à fait sérieuse de l’ancienne manufacture d’œillets en laiton. Avant la performance et dans l’installation étaient mis à disposition un court texte de science-fiction « L’un de nous doit disparaître », lié lui de façon très lâche au contenu du discours que le public a pu entendre lors de la performance[6]. Celle-ci, sous-titrée « Discours sur les presse-papiers », prenait pour point de départ une vitrine exposée au Crédac où trônaient quelques trésors du fonds Thorez-Vermeersch, dont une belle collection de presse-papiers qui avaient été offerts au député. De ce point de départ concret, le récit des Hervé et Maillet avançait par associations d’idées et corrélations cocasses qui, partant de l’autobiographie de Maurice Thorez, Fils du peuple, passait par 20.000 lieues sous les mers de Jules Verne, pour arriver à Player piano de Kurt Vonnegut et enfin revenir à l’histoire de la manufacture elle-même, avec un détour par l’usine américaine General Electric ayant servi de modèle au bâtiment[7].

Dans ce cas, c’est le lieu qui crée l’unité de la fiction, devenant le « sujet » liant de la performance-fiction. On constate également que, du fait que les univers fictionnels de ces artistes dépassent très largement les limites du texte, de la performance ou de l’installation, ils mettent en place des univers transmédiatiques et transartistiques où chaque élément prend sa valeur d’usage, au service d’un sujet plus large, défini à travers des objets épars et porté par des performances où la présence sujet-artiste est nécessaire à l’activation d’un récit. Le texte n’est plus alors qu’un élément transitif à un ensemble plus vaste, un moment de réalisation de la fiction qui peut se trouver dans des états différents lors des étapes constitutives du processus global. Difficile cependant de ne pas nommer littérature ces récits qui adoptent les codes de genre connus, même s’ils se manifestent de façon intermittente et passent par des phases transmédiatique – ce qui est le lot de bien des récits contemporains, que ce soit dans des expositions ou sur écran.

 


[1] Je remercie chaleureusement Louise Hervé et Chloé Maillet de m’avoir permis de consulter leurs documentations préparatoires aux performances.

[2] Louise Hervé et Chloé Maillet, « La performance de Prosper Enfantin, ou les saint-simoniens », Benoît Maire dir., Vivre dangereusement… jusqu’au bout, Paris : Cercle d’art, 2011, p. 69-101.

[3] Ibidem, p. 70.

[4] Jean-Max Colard parle à juste titre dans ce cas de « romans d’exposition » qui servent de trame ou tout simplement accompagnent l’exposition. Mais dans l’idée de roman d’exposition, l’artiste n’est pas forcément auteur du texte. Un exemple récent de ces pratiques est l’exposition Cripplewood de l’artiste belge Berlinde de Bruyckere qui avait demandé un texte à J. M. Coetzee en guise de préliminaire à la réalisation de son œuvre au pavillon belge de la Biennale de Venise, Berlinde de Bruyckere et John Maxwell Coetzee, Cripplewood / Kreupelhout, Bruxelles : Mercatorfonds, 2013.

[5] Louise Hervé et Chloé Maillet, Attraction étrange, Zürich : JRP Ringier, 2013.

[6] Présentée dans le cadre de l’exposition collective L’Homme de Vitruve, Crédac, Ivry-sur-Seine, 14 septembre au 16 décembre 2012. La performance a eu lieu le 1er décembre pour une représentation unique.

[7] Un script inédit existe également pour cette performance, très différent de la fiction initiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.