Chronique : Toutes les femmes sont des aliens, Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal, Toutes les femmes sont des aliens, coll. Verticales, 150 p., 10€

 

« Il faut toujours connaître la fin pour pouvoir raconter une histoire ». Ainsi commence le nouveau recueil d’Olivia Rosenthal Toutes les femmes sont des Aliens. Au carrefour de la littérature, du cinéma, de la danse ou encore du théâtre, Olivia Rosenthal dissèque ici trois films cultes sous un angle nouveau et un genre incertain. Elle y développe une plume marquée par un rythme décousu, scandé par des virgules fidèles au libre flux de ses impressions. Un film découvert pour la première fois à l’adolescence et retrouvé vingt ans plus tard résonne différemment. Un dénouement n’a pas la même portée selon les bagages accumulés d’une mémoire.

Comment ont évolué ces célèbres films dans l’esprit d’une auteure née en 1965 ? Ni tout à fait fiction ni tout à fait essai, Toutes les femmes sont des aliens propose une réflexion à la fois introspective et ouverte, sensible et savante de ces intrigues cinématographiques devenues cultes. Sources de l’imaginaire collectif, Alien, Les Oiseaux ou encore Bambi ont également bâtit notre perception du monde et des interactions.

Si Hitchcock semble vouloir régler ses comptes envers les blondes dans le film Les Oiseaux, où l’on assiste à l’horrible fin d’une actrice détestée réduite à néant par le réalisateur, Walt Disney nous inviterait dans une enfance du déni dans Bambi ou dans Le livre de la jungle, avec ces mélodies dramatisantes ou délirantes qui donnent l’illusion d’une vie impossible sans figure parentale ou illustrent les préjugés raciaux. « Les refrains prônent le bonheur et la joie, les faits démentent. L’écart monstrueux entre la musique et la vie se creuse, on ferme les yeux ».

« Oui, on peut vivre sans mère, et même, on doit »

Olivia Rosenthal s’approprie une herméneutique de la déconstruction et de la restructuration, elle désarticule des images ancrées au cours du temps et dans l’esprit de plusieurs générations, et les replace dans une grille de lecture contemporaine. Et si les aliens de la célèbre saga réalisée par Ridley Scott représentaient ce que génèrent les femmes de pouvoir, ces « autres » qui rompent avec la posture féminine attendue, celle-la même édictée par nos sociétés contemporaines ? Après tout, c’est bien le personnage féminin Ellen Ripley qui porte en elle les germes de ces créatures minoritaires fascinantes mais effrayantes qui menacent de prendre le pouvoir et de le retourner contre les Hommes. La femme et l’alien se confondent en un même personnage, créature et génitrice, source de puissance et de renversement. Nous voilà embarqués dans les souvenirs d’Alien d’une narratrice qui ne cache pas la confusion chronologique de sa mémoire ni les flottements intempestifs de sa pensée. Elle renoue les liens filiaux et maternels entre les xénomorphes et les femmes en concentrant son analyse autour d’Ellen Ripley, mère d’une enfant perdue et à jamais désirée. Ainsi la question de la maternité et de la génération domine-t-elle le texte parallèlement à celle du temps arrêté et transcendé par le personnage fort et féminin Ellen Ripley. Le « devenir monstrueux » de la femme dont le « devenir mère » est tacite, témoignent tout autant de la possibilité d’abandon ou du sacrifice de sa progéniture potentielle.


3 réflexions sur « Chronique : Toutes les femmes sont des aliens, Olivia Rosenthal »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.