Colloque international Le Phototexte engagé – MSH Paris Nord (31/05-1/06)

Le Phototexte engagé
Du militantisme aux luttes de visibilité

Magali Nachtergael, Charlotte Foucher Zarmanian et Marie-Anne Paveau org.

Programme COMPLET

Jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2018
9h – 17h30
Auditorium
Maison des Sciences Humaines Paris Nord
93210 Saint-Denis

En partenariat média avec Artpress

L’histoire du militantisme est ponctuée de slogans, affiches, tracts, pamphlets, interventions urbaines ou physiques, occupations, séquestrations, grèves, manifestations. Toutes ces démonstrations – au sens de visibilité et de rhétorique – ont leur force, leur langage, leur culture et leur histoire visuelle.

La mémoire des luttes et du militantisme passe par l’archive bien sûr, mais aussi par une reconfiguration créative articulant le texte et l’image, relevant de l’artivisme autant que de la rhétorique politique. Texte et photographie, s’ils ont œuvré de pair à faire passer des messages politiques, documentent aussi dans une autre temporalité les moments d’engagement parfois sous la forme d’un livre, d’un journal intime, d’une publication sur le web quand ils ne font pas office de rappel dans la rue. Au début du 20e siècle, le photomontage a été plébiscité par les artistes comme outil d’affichage politique et de dénonciation. Il s’est imposé dans le contexte des luttes de classe, des guerres, de la censure et en particulier pour contrer le discours fasciste. Le couple texte-image a ainsi inauguré une nouvelle didactique de la lutte, pour éclairer, expliquer, montrer et convaincre face aux aberrations des politiques sociales et culturelles. Il est également devenu, dans la seconde moitié du 20e siècle, un médium de prédilection au service des luttes féministes et LGBTQIA+, de la conquête des droits civiques africains-américains et des mouvements antiracistes, permettant une meilleure visibilité dans l’espace public et social.

Mais que devient, à l’heure des médias numériques, cette agentivité de l’image dans l’espace social telle que le 20e siècle l’a connue (« poids des mots, chocs des photos ») ? Les modalités d’apparition du discours militant par l’image évoluent avec les réseaux sociaux, amenant aussi à interroger des urgences contemporaines liées non plus seulement à des groupes mais également plus largement à des écologies discursives et visuelles.

Ce colloque pluridisciplinaire entend dresser un panorama de cent ans de luttes par la photographie et le texte, depuis le photomontage militant jusqu’aux stratégies de visibilité sur les réseaux sociaux. Jeunes chercheur.e.s et chercheur.e.s confirmé.e.s présenteront des travaux inédits sur des aspects peu étudiés du couple texte et image, que ce soit en histoire de l’art, en littérature ou en analyse du discours.

Deux conférencier.e.s ont été invité.e.s pour poser les enjeux de la politique de l’image et du texte et introduire un nouveau regard, culturel et politique, sur l’approche de la photolittérature en France. Andy Stafford (Leeds) dressera le premier jour du colloque un panorama historique de l’engagement phototextuel. Le lendemain, Shawn Michelle Smith (Chicago) présentera à partir de l’œuvre de l’artiste afrodescendante Lorna Simpson les enjeux de race et de visibilité dans le contexte américain.

KEYNOTES – CONFERENCIERS

Shawn Michelle SMITH est professeure en études visuelles et critiques à la School of the Art Institute of Chicago. Elle a publié six ouvrages majeurs sur l’histoire et la théorie de la photographie aux Etats-Unis, sur le genre et la race dans la culture visuelle. Ses ouvrages les plus récents sont : Photography and the Optical Unconscious (2017), codirigé avec Sharon Sliwinski, and At the Edge of Sight: Photography and the Unseen (2013), lauréat du prix Lawrence W. Levine Award en 2014 (Organization of American Historians) récompensant le meilleur livre en histoire culturelle américaine. Elle a également publié deux ouvrages majeurs : Photography on the Color Line: W. E. B. Du Bois, Race, and Visual Culture, Durham, Duke University Press, 2004 et American Archives: Gender, Race, and Class in Visual Culture Princeton, Princeton University Press, 1999

Andy STAFFORD est théoricien de la critique et spécialiste de l’œuvre de Roland Barthes. Il a publié un livre de référence sur le phototexte français des années 1990 (Photo-texts. Contemporary French Writing of the Photographic Image, Liverpool, Liverpool University Press, 2010), ainsi que des articles sur Raymond Depardon, André Bazin, et Leïla Sebbar et Marc Garanger. Ses recherches portent aussi sur la forme brève, surtout la nouvelle, le conte, la poésie. Il a coédité des volumes sur l’essai français, sur la revue, et sur les études visuelles. Il est membre du comité de rédaction de la collection Francophone Postcolonial Studies et enseigne à l’université de Leeds au Royaume-Uni.

Programme

Jeudi 31 mai :

9h – Accueil des participant.e.s, café & mot d’ouverture

9h30-10h30 : Conférence d’ouverture – Andy STAFFORD, University of Leeds

Centenaire engagé et phototexte (rétro-)spectral

10h45-12h30 : Session 1 – Photomontage et lutte des classes (présidence : Laureline Meizel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Rosanna GANGEMI, Université Libre de Bruxelles – Paris 3 Sorbonne Nouvelle

L’art est un danger : John Heartfield ou le photomontage comme balistique

Aurélie ARENA, Université de Strasbourg

De l’emploi du texte dans les photomontages dadaïstes d’Hannah Höch : structures d’une émancipation progressive du matériau

Max BONHOMME, Université Paris Ouest Nanterre

Usages du photomontage dans la presse communiste française des années 1930 : détournements satiriques et politique de l’image « pauvre »

12h30-13h30 : Déjeuner

13h45-15h45 : Session 2 – Plaire, émouvoir, apprendre : une rhétorique politique (présidence : Frédéric Sylvanise, Université Paris 13)

Chloé CONANT OUAKED, Université de Limoges

A Seventh Man (Le 7ème homme) et A Fortunate Man (Un métier idéal). Les photo-essays de John Berger et Jean Mohr : entre enquêtes sociologiques et « albums de famille » du prolétariat

Marion GAUTREAU, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès

Chile from within : l’engagement des photojournalistes « du dedans » en contexte dictatorial

Elsa BACHELARD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Nothing Personal (1964) de Richard Avedon et James Baldwin : un photobook littéraire engagé et perfomatif qui s’inscrit dans le contexte du mouvement des droits civiques aux États-Unis ?

Thomas BERTAIL, Université Rennes 2

Le « phototexte », un support privilégié de la lutte pour les droits civiques et la sensibilisation à la condition africaine-américaine

15h45-16h : Pause

16h-17h : Session 3 – L’espace public, théâtre des opérations 1 – l’agentivité en question (présidence : Galia Yanoshevsky, Université Bar-Ilan, Tel Aviv)

Benoit JODOIN, Université du Québec à Montréal – EHESS Paris

We Are Not Afraid : l’agentivité dissensuelle du phototexte dans l’espace publicitaire

Louis BOULET, Université du Québec à Montréal à Montréal – Université François-Rabelais de Tours

Taryn Simon et le phototexte dans l’art d’aujourd’hui : un engagement sans agentivité ?

17h-17h30 : Discussions et clôture de la première journée

Vendredi 1er juin :

9h : Accueil et café

9h15-10h15 : Session 4 – L’espace public, théâtre des opérations 2 – discours contemporains (présidence : Chloé Conant Ouaked, Université de Limoges)

Léo MUELLE, Université Paris 13

Phototexts on the Social Web, assets for visibility and diffusion: a postdualist approach

Taous R. DAHMANI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Racisme et luttes antiracistes : Quand les murs parlent les pancartes répondent

10h15-11h15 : Conférence plénière – Shawn M. SMITH, School of the Art Institute of Chicago

Phototextual Referral: Lorna Simpson’s 9 props

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h30 : Session 5 – Intimité exposée, intimité engagée (présidence : Charlotte Foucher Zarmanian, CNRS)

Federica CHIOCCHETTI, University of Westminster

Un album di violenza (An Album of Violence) by Stephanie Oursler and (more than) dust by Jamie Oliveira: decades of violence

Clara BOUVERESSE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le journal intime et politique d’Abigail Heyman : phototexte engagé et féminisme aux États-Unis dans les années 1970

12h30-13h30 : Déjeuner

14h-15h30 : Session 6 – Violences de l’histoire : reconfigurations (présidence : Claire Parfait, Université Paris 13)

Mathilde BERTRAND, Université Bordeaux Montaigne

“A kind of visual pamphlet”: photo-montage in the UK in the 1970s and 1980s (The Hackney Flashers Collective, Peter Kennard, Peter Dunn and Loraine Leeson)

Paul EDWARDS, CNRS – Université Paris 7 Diderot

Photobook, Pamphlet and Indy-Rock Photojournalism:  Three Phototexts Produced During the Civil War in Bosnia-Herzegovina

Galia YANOSHEVSKY, Université Bar-Ilan, Tel-Aviv

Circulation, critique et patrimonialisation des photographies. Le cas de figure de Beno Rothenberg

15h30-15h45 : Pause

16h-17h : Table ronde animée par les organisatrices – Visibilité et invisibilité : une tension à l’oeuvre

Marie-Laure S. LOUIS (Québec), artiste, photographe et théoricienne, Olenka CARRASCO (Venezuela), photographe et écrivaine, et Eric MARTY (France), écrivain et professeur.

17h-17h30 : Discussions et clôture du colloque

17h30 : Cocktail pour tout.e.s, Salle panoramique de la MSH Paris Nord

 

 


3 réflexions sur « Colloque international Le Phototexte engagé – MSH Paris Nord (31/05-1/06) »

  1. Bonjour,
    Est-ce que vous savez si les communications seront disponibles à la lecture? La publication d’actes est-elle prévue?
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.