Deux parutions soutenues par Les Contemporains : La Tentation littéraire de l’art contemporain et Robert Smithson : mémoire et entropie (Presses du Réel)

Les Contemporain.e.s se réjouissent de deux publications soutenues par le programme respectivement en 2013 et 2014, publiées toutes deux aux Presses du réel : La Tentation littéraire de l’art contemporain, colloque organisé au Lieu Unique de Nantes et édité par Pascal Mougin et Robert Smithson : mémoire et entropie colloque organisé au Centre Pompidou et édité par Céline Flécheux avec Jean-Pierre Criqui.

La tentation littéraire de l’art contemporain

Pascal Mougin (U. Paris 3) éd.

Ouvrage collectif
paru en juillet 2017
collection Figures
312 pages (ill. coul.)
24.00 €
ISBN : 978-2-84066-838-1

Textes de Pascal Mougin, Denis Laoureux, Anne Mœglin-Delcroix, Camille Debrabant, Jean-Pierre Salgas, Véronique Terrier-Hermann, Marion Daniel, Jean-Max Colard, Nicolas Fourgeaud, Mathieu Copeland, Yoann Gourmel, Nicolas Fourgeaud, Sylvia Chassaing, Émeline Jaret, Laurence Corbel, Émilie Frémond, Laurence Perrigault, Arnaud Labelle-Rojoux, Magali Nachtergael.

Spécialistes de littérature contemporaine, historiens et critiques d’art croisent ici leurs regards sur les évolutions récentes des interférences entre art et littérature et montrent comment la tentation littéraire de l’art renouvelle aujourd’hui les formes et les enjeux du discours, du récit et de la fiction, aussi bien que le fait littéraire lui-même.

Les interférences contemporaines de l’art et de la littérature s’observent dans ce que la critique récente appréhende sous les termes de littérature hors du livre, de littérature d’exposition ou encore de littérature plasticienne. La tradition séparatiste de la peinture et de la poésie, qui a culminé avec le purisme visuel du modernisme tardif, a fait place depuis les années 1960 – avec Fluxus et l’intermédia, le tournant linguistique puis narratif de l’art – à une situation nouvelle d’indistinction relative, où artistes écrivant/écrivains s’approprient le langage dans tous ses états.

(Présentation de l’éditeur)

 

Robert Smithson : mémoire et entropie

Jean-Pierre Criqui (MNAM – Centre Pompidou) et Céline Flécheux (U. Paris 7).

Ouvrage collectif international
paru en mars 2018
collection Hors série
18 x 25,5 cm (broché, couv. à rabats)
328 pages (ill. coul. et n&b)
28.00 €
ISBN : 978-2-84066-747-6

Une synthèse des multiples dimensions de l’œuvre protéiforme d’un artiste légendaire – convoquant la mémoire et l’entropie, l’utopie, la nature, la géologie, la littérature, la poésie, le minimalisme, la dématérialisation, le processus de fragmentation, la science-fiction, etc. –, dont nous mesurons aujourd’hui à quel point elles trouvent un écho dans les questions contemporaines environnementales, cinématographiques, esthétiques et sociales.

Publié suite au colloque éponyme organisé par Céline Flécheux au Centre Pompidou, Paris, en 2013.

Textes de Emmanuel Alloa, Mel Bochner, Stéphane Bouquet, Jean-Patrice Courtois, Jean-Pierre Criqui, Larisa Dryansky, Céline Flécheux, Céline Flécheux, Timothy D. Martin, Valérie Mavridorakis, Alexander Nagel, Ann Reynolds, Jennifer Roberts, Olivier Schefer, Eleni Sikelianos, Maria Stavrinaki, Cole Swensen, Gilles A. Tiberghien.

Des artistes américains du Land Art, Robert Smithson (1938-1973) est probablement le plus connu et le plus complexe, à cause de sa mort accidentelle à l’âge de 35 ans et en raison de son œuvre marquée par l’entropie. Cette réputation ne définit pas assez ce que fut cet homme singulier, inspiré par la science et la science-fiction, l’architecture, les vertiges temporels et spatiaux, le récit littéraire et la philosophie. Il n’est sans doute pas excessif de prétendre qu’il inaugura le modèle de l’artiste contemporain. Son goût pour les paradoxes l’amena à faire résonner les rapports entre la nature et les périphéries urbaines, la perspective et les cartes, la mélancolie et l’humour.
Son œuvre inspirée et visionnaire n’a cessé d’inspirer les artistes qui l’ont côtoyé ainsi que ceux des générations suivantes. Dessin, sculpture, film, photographie, son, peinture, écrits, etc. : la variété de ses productions fut constamment accompagnée par une réflexion autour de leur mise en œuvre, qu’elles reposent au sol dans les galeries ou les musées, dans des mines à ciel ouvert, sur des îlots ou dans des régions retirées.
Cet ouvrage aborde principalement la manière dont Robert Smithson articulait la mémoire et l’entropie, deux notions qui lui furent chères, à travers des réflexions sur l’histoire, le langage et les réglages qu’il expérimenta entre le proche et le lointain. Une synthèse qui constitue aussi l’occasion exceptionnelle de donner la parole à l’artiste américain Mel Bochner, parmi d’autres particulièrement actif aux côtés de Smithson dans les années 1970 et célèbre pour ses travaux sur les rapports entre l’image et le langage.

paru en mars 2018
édition française
18 x 25,5 cm (broché, couv. à rabats)
328 pages (ill. coul. et n&b)
28.00 €
ISBN : 978-2-84066-747-6
EAN : 9782840667476

en stock

Une publication soutenue par Les Contemporains, littérature, arts visuels, théorie.

(Présentation de l’éditeur)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.