Cent ans de phototextes politiques et littéraires de langue française – Andy Stafford

Barthes et le phototexte

Andy Stafford, professeur de littérature et cultures françaises et francophones à l’université de Leeds, est un spécialiste reconnu de Roland Barthes, auteur de deux biographies intellectuelles et critiques. Egalement le traducteur en anglais de Système de la mode, il a élaboré avec Claude Coste l’édition du cours de Barthes à l’EPHE « Sarrasine » de Balzac, publié aux éditions du Seuil, cours qui donna lieu au fameux essai structuraliste et subversif, S/Z, en 1970. Stafford, qui enseigne à l’université de Leeds au Royaume-Uni, a depuis longtemps parallèlement développé ses recherches en littératures françaises et francophones contemporaines, et abordé l’oeuvre de Barthes en intégrant le contexte culturel, historique et postcolonial. Ses articles sur Barthes et la poésie marocaine, Edward Saïd, Barthes chroniqueur de gauche, ou Barthes face à mai 68 situent ses travaux à l’intersection entre pensée critique, études visuelles et engagement. L’un de ses ouvrages majeurs sur la littérature et la photographie n’a pas été traduit en français, et à l’image des travaux de WJT Mitchell, si certains ouvrages collectifs sont connus chez les spécialistes de littérature et photographie, leur visibilité dans le dialogue théorique français reste trop périphérique : elles doivent être replacées au centre des études actuelles de l’image, des discours et de la littérature.

Images et récits des colonies

Phototexts, Contemporary French Writing of the Photographic Image est paru en 2010 (Liverpool U. Press) et présente un panorama d’oeuvres narratives, visuelles et poétiques depuis les années 1990, qui marquent selon Stafford un tournant dans la production littéraire et en particulier la présence de l’image dans le livre. Cette configuration a priori strictement littéraire doit être regardée comme une manifestation de la « guerre des mémoires » (Blanchard et Veyrat Masson) mais aussi du tournant documentaire qui  a marqué la littérature et l’art au passage du 21e siècle en France. Après ce chapitre introductif qui interroge le passage du « photobook » au « photo-essayisme », Stafford analyse plusieurs oeuvres et auteur.e.s : Anne Marie Garat, Régis Debray, Denis Roche, Raymond Depardon, Philippe Tagli, Bernard Noël mais aussi Tahar Ben Jelloun, Leïla Sebbar et Patrick Chamoiseau. L’approche globale met en perspective les différents enjeux qui traversent l’économie de l’image : chez Patrick Chamoiseau, c’est la mémoire du bagne, « la colonie pénitentiaire » qui fait apparaître les ruines de la « colonie » française en Guyane.

Avec les photographies de Marc Garranger, Leïla Sebbar revient sur l’histoire croisée de son pays et de son enfance marquée par la guerre d’indépendance, la violence coloniale mais aussi le regard masculin. La place du genre, traitées au même titre que la question coloniale, dans l’œuvre de Sebbar, s’inscrit pour Stafford dans la continuité du travail de Malek Alloula sur le Harem colonial, ouvrage publié en 1981 et largement relégué par la critique universitaire française, tandis que sa traduction en anglais continue de trouver un public très large.

Sa conférence plénière, programmée à l’ouverture du colloque Le Phototexte engagé, intitulée Centenaire engagé et phototexte (rétro-)spectral, portera sur le centenaire de la Première Guerre mondiale.

Résumé
Dans notre époque d’instabilité économique et politique, le centenaire de la fin de la Grande Guerre nous invite – nous oblige – à la discussion. Cependant la représentation de cette guerre, pendant cent ans de recherche, a radicalement changé la façon de la commémorer. Si mai 68 paraît tout à coup distant, le conflit 1914-1918 l’est encore plus. Ceci est d’autant plus vrai pour le phototexte dont la théorisation ne date que depuis la deuxième moitié du vingtième siècle. Un bilan s’impose. Comment la jonction du texte et de l’image photographique a-t-elle abordé la « guerre pour terminer toutes les guerres », à l’époque et depuis ? En considérant les nouveaux thèmes et les nouveaux modes qui se sont présentés dans le phototexte depuis les années 1990, nous retournons au début de ce siècle « court » qu’est le vingtième siècle pour l’historien britannique Eric Hobsbawm, pour faire entrer, selon le mot de la photographe Chloe Dewe Mathews, « le passé dans le présent ».

Jeudi 31 mai – 10h
Auditorium de la MSH Paris Nord, 1er étage


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *