Observatoire de l’imaginaire contemporain – ERC du groupe Figura (UQÀM)

 

Environnement de Recherche et de Connaissance du groupe FIGURA (UQAM, Québec)

Tombée par hasard sur la revue en ligne québécoise Salon double qui publie des textes sur la littérature contemporaine, j’ai pu y lire sur des textes de Bertrand Gervais sur le contemporain au sens large. En fouillant un peu la revue, j’ai cru y percevoir un lien avec la fameuse équipe de recherche Figura, centre de recherche sur le texte et l’imaginaire de l’UQAM – Université du Québec à Montréal. Jusque là, rien de très exceptionnel, sauf à considérer qu’entre cette revue et le centre de recherche se trouve une interface à faire pâlir d’envie tout enseignant-chercheur du vieux continent, encore balbutiant devant son carnet de recherche Hypotheses (encore merci à l’équipe CLEO d’exister entre parenthèses). Cet outil intermédiaire a pour nom l’Observatoire de l’imaginaire contemporain, un Environnement de Recherche et de Connaissance (ERC) dépendant de Figura où exercent des chercheurs comme Jean-François Hamel, Bertrand Gervais, Johanne Lalonde, Vincent Lavoie, parmi bien d’autres. Ce petit pont entre la revue et le centre me donne l’occasion de revenir sur les travaux de cette équipe qui témoigne de cette terrible avance des recherches outre-Atlantiques sur la période contemporaine et n’ont pas peur de s’emparer d’objets directement accessibles.

Principalement centré sur les questions du contemporain qui se subdivisent en trois axes (imaginaire contemporain, pratiques esthétiques et poétiques, archéologie du contemporain), le centre a toujours oeuvré à la définition et l’analyse des formes émergentes en littérature, en arts mais aussi dans le domaine de la création littéraire numérique. À cet égard, ils sont à l’avant-poste de toute l’étude de la littérature hypertextuelle et ont eux aussi contribué à propager la notion d’intermédialité, en collaboration avec le C.R.I.- Centre de Recherche sur l’Intermédialité hébergé par l’Université de Montréal.

Avec cet « Observatoire de l’imaginaire contemporain », la tâche, bien qu’elle soit immense, rejoint évidemment cette nécessité de se saisir du présent pour mieux l’interpréter, le comprendre, lui donner un sens.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.