Tous les articles par Magali Nachtergael

Maîtresse de conférences en littérature et arts contemporains, Université Paris 13.

En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique

Je publie ce texte de soutien aux personnels en lutte dans l’ESR, en particulier les précaires dont les perspectives de stabilisation professionnelles sont gravement compromises par la réforme de la LPPR et celles d’une retraite décente également. Je dénonce les formes d’intimidation pour faire taire les contestations légitimes quand notre modèle social commun est aussi violemment attaqué. (M. Nachtergael)

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

L’initiative des personnels d’OpenEdition et leurs prises de position répondent en partie à ces interrogations, tout en représentant une participation de poids à la mobilisation en cours. Il ne s’agit de rien de moins que de la réappropriation d’un outil de travail par les agents qui en sont le plus souvent invisibilisés, derrière une novlangue numérique qui veut nous faire croire à une production immatérielle, hors sol et sans travailleur·es.

L’économie numérique des savoirs est un lieu privilégié d’appropriation et d’exploitation par le système capitaliste de notre travail de production et de diffusion de connaissances. Les conflits récurrents avec les multinationales marchandes de l’édition scientifique qui s’accaparent des savoirs publics nous le rappellent. Il est donc nécessaire que cette économie numérique devienne aussi un terrain de lutte sociale, tout comme le sont les universités, les transports, etc.

Nous avons également découvert que l’action légitime des employé·es d’OpenEdition s’est attirée les foudres des tutelles de leur laboratoire, qui sont bien souvent aussi nos propres tutelles. Suite au blocage de 24h des plateformes d’OpenEdition, ces tutelles ont convoqué l’ensemble des responsables de services du laboratoire pour un « recadrage administratif ». De surcroît, les travailleur·es d’OpenEdition se sont vu·es interdire l’usage d’un moyen de communication qu’elles et ils font exister au quotidien (http://leo.hypotheses.org) pour informer les usagers de leur action (finalement rendue publique sur Academia) ! Nous y voyons une entrave à la liberté d’expression salariale et syndicale.

En tant qu’usagers d’OpenEdition (OpenEdition Journals, Calenda, Hypothèses, Books…), mais aussi en tant que contributrices et contributeurs directs ou indirects à ces outils de travail qui sont aussi les nôtres, en tant que membres des rédactions des revues, gestionnaires de listes d’information, carnetier·es, autrices et auteurs de livres et d’articles scientifiques, organisatrices, organisateurs et participant·es à des événements scientifiques, membres de comités scientifiques…, nous soutenons l’action des travailleuses et travailleurs d’OpenEdition et nous tenons à leurs côtés dans la lutte.

Signataires (liste non close) :

17.01.2020
Assemblée générale du site Pouchet du CNRS
Assemblée générale des membres de revues en lutte
Et les comités de rédaction des revues :
    Actes de la recherche en sciences sociales
    Biens symboliques/Symbolic Goods
    Cahiers d’études africaines
    Cahiers de littérature orale
    Clio. Femmes, genre, histoire
    Espaces et sociétés
    Esprit critique
    Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société
    Genèses
    Genre et histoire
    Genre, sexualité et société
 Itinéraires ltc, revue de l’équipe d’accueil Pléiade de Paris 13 (texte de soutien)
    Langage et société (texte de déclaration à venir)
    Cahiers du genre
    Les Mondes du travail
    Mouvements
    Nouvelle Revue du travail
    Nuevo Mundo
    Participations
    Politiques de communication
    Politix
    Regards sociologiques
    RESET
    Revue des sciences sociales
    Revue française de socio-économie
    Revue francophone sur la santé et les territoires
    Sociologie du travail
    SAMAJ
    Tracés
    Transposition

 

[MàJ] Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (Littérature et arts contemporains) – 29/11/19

La soutenance d’habilitation à diriger des recherches de Magali Nachtergael en littérature et arts contemporains se tiendra le vendredi 29 novembre à 14h à l’Université de la Sorbonne :
 
Salle des thèses
Campus des Cordeliers
15 rue de l’Ecole de Médecine
75006 Paris
 
Dans le sillage des travaux réalisés durant le programme Les Contemporain-es, le dossier d’habilitation « La néolittérature, une approche culturelle du contemporain » comporte deux inédits :
 
Poet Against The Machine, une histoire médiatique de la néolittérature (littérature et médias)
Contre-récits. De quelle matière sont faites les narrations contemporaines? (littérature et art contemporain)
 
qui seront présentés devant un jury composé de Bernard Vouilloux (garant, Université Sorbonne), Jan Baetens (KU Leuven), Elisa Bricco (U. di Genova), Jean-Max Colard (MNAM / U. Lille), Dominique Rabaté (U. Paris Diderot) et Tiphaine Samoyault (U. Sorbonne nouvelle).
 
La soutenance publique sera suivie d’un pot amical.
 
Ces travaux ont été soutenus par le laboratoire de recherche Pléiade (EA7338), l’Université Paris 13 et l’Idex Comue SPC Paris Sorbonne Cité.
 
Soutenance HDR
 
« La néolittérature, une approche culturelle du contemporain »
 
Date :  29 novembre 2019
Heure : 14h00 – …
Lieu : Université de la Sorbonne
Salle des thèses
Campus des Cordeliers
15 rue de l’Ecole de Médecine
Paris 6e (métro Odéon ou St Michel)
 
Illustration : Thu Van Tran, L’imaginaire ne cèdera pas, 2009, courtesy de l’artiste

Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé sur Radio Campus

Petit souvenir de vacances, l’exposition Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé s’est tenue du 1er juillet au 25 août au Musée d’Arles antique dans le cadre des Rencontres photographiques d’Arles édition 2019.

Nous avons répondu à l’invitation de Flore di Sciullo et Henri Guette pour Radio Campus pour l’émission « En pleines formes » (9 juin 2019) avec Valérie Mréjen et Marie Boivent pour évoquer ce petit format pas si innocent que cela.

A suivre, du 2 au 9 juin 2020, le colloque « Cartes postales » à Cerisy la Salle : propositions à envoyer jusqu’au 12 septembre!

En Pleines Formes 09/06/2019 : La carte postale

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.)

co-direction Magali Nachtergael (Paris 13) & Anne Reverseau (FNRS – UCLouvain)

Colloque au centre culturel de Cerisy-la-salle (Normandie), du 2 au 9 juin 2020

Appel à communications

Ce colloque entend explorer le rôle qu’un objet a priori banal a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont approprié ou se sont opposés à ce modèle d’iconotexte plus polémique qu’il n’y paraît. Nous privilégierons les approches synthétiques ou les approches croisées, non monographiques, permettant une relecture de ce medium moderne.

Dans quelle mesure les cartes postales, en tant que medium, ont eu un impact sur les productions artistiques et littéraires des XXe et XXIe siècles ? Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un revival qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

La manipulation des cartes postales dans les arts plastiques, depuis les collages dada et surréalistes des années 1910 et 1920 jusqu’aux formes numériques actuelles, en passant par le Mail art et le Pop art, est aujourd’hui bien connue, mais le phénomène n’a pas encore été étudié dans sa continuité. Son impact sur la littérature de la même période, jusqu’aux pratiques les plus contemporaines, mérite également une enquête approfondie, qui fasse ressortir toute la plasticité de cette image que l’on a bien en main. Il s’agira notamment de montrer que ce petit rectangle de papier illustré si connu a eu un puissant impact sur l’évolution des rapports entre verbal et visuel depuis son invention dans le monde germanique à la fin du XIXe siècle et son âge d’or dans l’Europe de la Belle époque. L’essor des techniques, et ultérieurement, des technologies, entraîne une démultiplication des formats de type carte postale, tout en marginalisant sa version initiale sur support papier. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de « carte postale » reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique et communicationnel qu’elle représente encore aujourd’hui. Continuer la lecture de CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)