Archives de catégorie : Lectures / Readings

Revues, articles, blogs, publications récentes ou grands classiques de la relation entre littérarité et visualité

Quelques lectures d’été en ligne : Kenneth Goldsmith, L’écriture sans écriture (2018)

A l’occasion de la parution en français du texte majeur de Kenneth Goldsmith, Uncreative Writing (2011), une petite recension parue dans la version en ligne du magazine Artpress. Traduit par François Bon et édité par les formidables éditions Jean Boîte, une lecture incontournable pour ceux qui s’intéressent à la littérature dans sa contemporanéité.

Theory avait déjà été chroniqué pour Les Contemporains par Marie Fouquet.

 

Kenneth Goldsmith – L’écriture sans écriture. Du langage à l’ère numérique

Parution : Littératures expérimentales (revue Itinéraires LTC), 2017-3

Littératures expérimentales
Écrire, performer, créer à l’ère numérique

Experimental Literatures.
Writing, Performing, Creating in the Digital Era

Sous la direction de Magali Nachtergael

Comment penser la création littéraire aujourd’hui sans prendre en considération ses formes les plus expérimentales ? Sous quelles formes s’actualise le fait littéraire, depuis que W.J.T. Mitchell a proclamé un nouveau paradigme, le pictorial turn, auquel la littérature n’échappe pas ? Dans le prolongement de la réflexion sur la possibilité d’une néo-littérature qui investirait l’image, le spectaculaire et les écrans, le volume interroge les expérimentations contemporaines d’une écriture qui traverse les supports et les disciplines : livre d’artiste, dialogue théorique, transfert, appropriation, montage, performances musicales, poétiques ou numériques sont autant d’entrées dans la fabrique contemporaine de l’écriture. Ces modalités multiples d’apparition du fait littéraire, le rôle du lecteur-auditeur-spectateur ou la présence de l’auteur rendent caduque la fixation d’un texte canonique : elles déplacent l’horizon critique du côté de la perception sensible et d’une expérience cognitive qui ouvre l’espace littéraire et relance les spéculations théoriques.

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : Littératures expérimentales (revue Itinéraires LTC), 2017-3

Aux sources du suprématisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Aux sources du suprématisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Lorna Simpson’s 9 Props

Conférence plénière inédite en France
1er juin 2018 – 10h
Auditorium de la MSH Paris Nord

Une théoricienne des images et de la culture

Shawn Michelle Smith, professeure de visual & cultural studies à la prestigieuse School of the Art Institute of Chicago fait partie des théoriciens, historiens et critique de la culture visuelle états-unienne qui ont révolutionné la réception et l’interprétation des images dans la société. Elle fait partie, au même titre que Susan Sontag, Rosalind Krauss, Kristin Ross, Griselda Pollock, Amelia Jones et Jane Gallop, de ces femmes théoriciennes qui ont marqué la pensée de la culture et de la vision, sans toujours trouver en France l’écho qu’elles pouvaient avoir dans leur pays, au même titre que plusieurs représentants des visual studies, W.J.T Mitchell n’étant que partiellement traduit, Nicholas Mirzoeff et le collègue de Smith au SAIC, James Elkins, pas du tout[1].

Cette présentation de Shawn M. Smith – et sa venue en France – soulève un enjeu double : d’une part, il s’agit de faire mieux connaître le champ des études visuelles étasuniennes, dans la lignée des travaux de Maxime Boidy qui a consacré à l’école américaine un ouvrage intitulé de façon générique Etudes visuelles (PUV, 2017). D’autre part, il s’agit aussi d’introduire dans le débat des travaux théoriques de façon paritaire, de sorte aussi à faire émerger les problématiques de genre au coeur des travaux de Sontag, Pollock, Gallop mais aussi Smith qui leur ajoute des enjeux raciaux. Dans Photography Degree Zero, un ensemble d’études coordonné par le théoricien de l’image Geoffrey Batchen sur La Chambre claire, Shawn Michelle Smith avait, avec Carol Mavor, proposé les analyses les plus novatrices sur le rapport de Roland Barthes à la race, et en particulier aux afro-descendants très présents dans les photographies qu’il présente dans sa « note sur la photographie ».

Cartes postales de lynchages en Amérique : la fabrique de l’identité suprématiste

Continuer la lecture de Aux sources du suprématisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Alex Cecchetti, Manque d’imagination, dans la collection Les Contemporains (éditions P)

Alex Cecchetti (1977-2014) était un artiste, un poète et un chorégraphe. Son travail, difficile à assigner à une seule catégorie tantôt écriture, performance, dessin, danse et discussion, peut être considéré comme l’art de l’irreprésentable. Mort pour la première fois en 2014 de des raisons inconnues, l’artiste continue malgré tout de produire de nouvelles pièces, présenter des performances et publier des poèmes. Il a exposé dans le monde entier, entre autres, à la Fondation Serralves, Porto, la Serpentine Gallery, Londres, au Centre Pompidou, au Jeu de Paume, au 15e prix de la Fondation Ricard et au Palais de Tokyo à Paris, au MAXXI de Rome et au CAC de Vilnius (Lithuanie). Il a publié deux ouvrages, une reconstitution d’une performance narrative, Marie & William, A Performance by Alex Cecchetti (Mousse Publishing, 2015) et une nouvelle, A Society That Breathes Once A Year (Book Works, 2012). Il développe actuellement un projet intitulé Tamam Shud, qui consiste en un roman à partir de performances, d’expositions et de lectures publiques.

Manque d’imagination rassemble sous la forme de poèmes un catalogue d’œuvres invisibles, manquantes ou immatérielles. Ces récits de performances renouent avec la tradition de l’épopée ou la chanson de geste pour recréer par l’imagination l’image des œuvres absentes.

 

 

Editions P
novembre 2016
collection Les Contemporains
isbn 978-2-917768-61-7

140 pages N&B
couverture souple
10,5 x 16,5 cm
textes (français) :
Alex Cecchetti