Souvenir d’un Workshop parcours Art et Culture durant La Triennale de l’art (2012)

Visite-fiction

Dans le cadre du cours « Usages contemporains de la fiction », les étudiants du parcours Arts et culture, déjà initiés à l’écriture créative par des Ateliers d’écriture, ont proposé un document de médiation indirecte au sein de la Triennale de l’art « Intense proximité ». Partant du constat que les commissaires d’expositions et les artistes s’intéressaient à la notion de fiction dans la production d’œuvres et que, par ailleurs, l’immensité de la Triennale ne permettrait pas aux visiteurs de tout saisir en une visite, cette impossibilité nous a paru une ouverture à la création imaginaire. Le principe moteur de la visite d’une exposition d’art contemporain est l’exploration et le dépaysement : comme dans un territoire inconnu, le visiteur avance de surprise en surprise, de découvertes en découvertes qui modifient sa perception à la fois de l’art et du réel. Après avoir choisi, au sein de la Triennale, un panel d’œuvres formellement variées (dessins, vidéo, documentaire, installation, sculpture, œuvre imperceptible), les étudiants avaient pour mission d’écrire une micro-fiction qui intégrerait l’expérience esthétique par le biais de l’immersion fictionnelle ludique, apportant ainsi des éléments de compréhension à l’œuvre qui ne relèveraient pas de la connaissance. Cette porte d’entrée, qui permet de rendre plus proche des œuvres qui paraissent parfois inaccessibles au visiteur profane, renouvelle l’expérience de la visite d’exposition tout en valorisant concrètement les compétences rédactionnelles et créatives d’étudiants de Lettres modernes aux prises avec la création contemporaine.

Les œuvres des artistes sélectionnés, Georges Adeagbo, Nina Canell, David Maljkovic, Marie Voignier, ont été mises en regard avec d’autres œuvres évoquant un point d’ancrage formel ou thématique et permettant de rebondir vers d’autres points de la Triennale. Ainsi, l’installation d’Adeagbo dialogue avec celle de Zdenek Kosek (Je suis le cerveau de l’univers), celle de Nina Canell avec la Valve d’Haim Steinbach pour former un réseau souterrain secret au sein même du Palais de Tokyo. Le film documentaire de Marie Voignier renvoie directement aux œuvres d’Anca Benera et Arnold Estefan sur les animaux mythiques et imaginaires qui occupent les lieux sans qu’on le sache. Enfin, l’œuvre de David Maljkovic, disséminée dans toute l’espace, permet de visiter la Triennale de façon transversale, comme en suivant un jeu de piste. Composé de courts textes, d’une carte topographique imaginaire, la visite-fiction, intitulée « Les naufragés de l’art » fait glisser le visiteur dans des « bulles » de fictions qui mettent à la fois la temporalité et l’espace de l’exposition à l’épreuve.

Magali Nachtergael et les étudiants du Parcours Arts et culture

Appel à communications Punctum in motion. Photographie et écritures du moi, Naples, 29-30/10 2019 (AAC=> 31 mai)

Punctum in motion. Photographie et écritures du moi Naples, 29-30 octobre 2019 Anna Masecchia et Valeria Sperti org., Università di Napoli “Federico II”

Nombreuses sont les expérimentations esthétiques qui remettent en cause la notion de “genre” entre la deuxième moitié du XXe et le début du XXIe siècle. C’est tout particulièrement le cas de l’autobiographie dont la crise se manifeste selon des trajectoires distinctes, allant de l’autofiction, un phénomène essentiellement littéraire, à différentes formes d’autoportraits filmiques et audiovisuels.

La littérature et le cinéma, sous l’impulsion de la révolution numérique, ont repensé l’image-photo fixe et analogique, la transformant en une réflexion sur le moi et sur sa construction, à la fois auctoriale et divisée, scindée. Depuis longtemps la littérature est séduite par l’image, pouvant témoigner du vécu dans une perspective mémorielle différente par rapport à l’écriture, mais comment la photographie se raconte-t-elle aujourd’hui ? Et encore, quelle est sa fonction : garantir un supplément d’identité ou bien s’offrir le moyen d’une fuite vers l’imaginaire ? Quant au cinéma, il ne cesse de s’interroger sur son propre dispositif à partir de l’image fixe et photographique, qui souvent déclenche une narration enquêtant sur ses relations avec un monde toujours plus hypermédiatisé. Continuer la lecture de Appel à communications Punctum in motion. Photographie et écritures du moi, Naples, 29-30/10 2019 (AAC=> 31 mai)

Quelques lectures d’été en ligne (2) : Molly Soda, le texte infini

Qui est Molly Soda? Une « internet-based » artiste, une webcam-girl, une poète conceptuelle? Un peu tout à la fois. Depuis quinze ans elle est présente sur le Web et toutes les interfaces de réseaux sociaux, sur lesquelles elle diffuse des photographies, des vidéos, des gifs animés. Héritière post-numérique de Sophie Calle, elle fait du ready-made autobiographique l’art de se représenter en ligne. Une artiste qui a su s’emparer du média et de l’image de soi pour en faire une véritable oeuvre d’art totale.

Girls on girls

 

Quelques lectures d’été en ligne : Kenneth Goldsmith, L’écriture sans écriture (2018)

A l’occasion de la parution en français du texte majeur de Kenneth Goldsmith, Uncreative Writing (2011), une petite recension parue dans la version en ligne du magazine Artpress. Traduit par François Bon et édité par les formidables éditions Jean Boîte, une lecture incontournable pour ceux qui s’intéressent à la littérature dans sa contemporanéité.

Theory avait déjà été chroniqué pour Les Contemporains par Marie Fouquet.

 

Kenneth Goldsmith – L’écriture sans écriture. Du langage à l’ère numérique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search