Archives par mot-clé : Barthes

Séance séminaire Les Contemporains – jeudi 26 novembre – Vita Nova par Vincent Meessen

La prochaine séance du séminaire Les Contemporains – Littérature, arts visuels, théorie se tiendra en commun avec le séminaire mensuel Pensée et création contemporaines (Hélène Baty-Delalande et Laurent Zimmermann dir.) de l’axe Pensée et création contemporaines de l’équipe CERILAC.

Nous accueillerons l’artiste Vincent Meessen en présence d’Eric Marty, Professeur à l’Université Paris 7, spécialiste de Roland Barthes et écrivain.

Autour du documentaire Vita Nova (2009), Vincent Meessen nous présentera l’ensemble d’oeuvres qu’il a réalisées dans les années 2000 à partir des écrits et de la biographie de Roland Barthes. La séance comme le film de Meessen porte le titre de ce roman préparé par Barthes durant les deux années de séminaire au Collège de France, La Préparation du roman : il sera donc question, en filigrane de la discussion, des potentialités romanesques  et plastiques autour de l’oeuvre de Roland Barthes en cette année de centenaire.

Jeudi 26 novembre 2015

“VITA NOVA”

Vincent MEESSEN

en présence d’Eric MARTY

16h-18h

Continuer la lecture de Séance séminaire Les Contemporains – jeudi 26 novembre – Vita Nova par Vincent Meessen

Ouvrage et exposition – CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE ROLAND BARTHES

Lancement de l’ouvrage et vernissage de l’exposition

Roland Barthes Contemporain

Magali Nachtergael
éditions Max Milo
avec le soutien du programme Les Contemporains
192 pages, 24€90, parution le 14 mai 2015

Lumières de Roland Barthes 

Exposition au Frac Aquitaine et au centre d’art image/imatge
commissariat : Magali Nachtergael
avec le soutien du programme Les Contemporains
du jeudi 21 mai au samedi 12 septembre 2015

_______________________________________________

« Des Mythologies au  » vivre ensemble « , la pensée de Roland Barthes n’a en rien perdu de son actualité. Mais celui qui a popularisé la sémiologie en France pourrait bien avoir bouleversé le paysage artistique du XXe siècle et, au-delà, modifié notre rapport aux formes et au monde. À travers la postérité de son œuvre dans l’art contemorain, on découvre dans le livre Roland Barthes Contemporain, un Barthes artiste, critique, théoricien, politique, romantique, subversif, et toujours à la pointe du contemporain. »

Lumières de Roland Barthes est une invitation à découvrir, à travers l’art contemporain et la collection du Frac Aquitaine, la postérité théorique et esthétique d’un des penseurs les plus importants du 20e siècle. L’exposition se déploie au Frac Aquitaine avec L’écrivain en vacances : sur la plage et My Last Life (21 mai – 29 août 2015), et au centre d’art image/imatge, avec Lunettes noires et chambre claire (22 mai – 12 septembre 2015).

_______________________________________________

Lancement le mardi 19 mai à la Machine à Lire (Bordeaux), 18h

Cet ouvrage a bénéficié du soutien de la libraire La Machine à Lire.

La Machine à lire
8, place du Parlement

33000 Bordeaux

Présentation le jeudi 28 mai à la Librairie du 107 Rivoli (Adélaïde / Musée des arts décoratifs) avec signature, de 18h à 20h

Librairie 107 Rivoli
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Présentation le mercredi 3 juin à la Librairie L’escampette (Pau), 18h30 

Librairie L’escampette
10, rue des Cordeliers
64000 Pau

 Vernissage le jeudi 21 mai au Frac Aquitaine, 18h30 

Frac Aquitaine
Hangar G2, Bassin à flot n°1
Quai Armand Lalande
33000 Bordeaux

 Vernissage le vendredi 22 mai au Centre d’art image/imatge (Orthez), 19h 

Centre d’art image/imatge
3, rue de Billère
64300 Orthez
_________________________________________
A3 invit R Barthes BAT8

 

Du contemporain à l’inactuel (et inversement) I

Dans le cadre du séminaire Roland Barthes de l’ITEM (Claude Coste et Eric Marty dir.), j’ai eu l’occasion de présenter un volet de mes travaux en cours sur Roland Barthes en m’interrogeant sur deux qualités de ce théoricien du 20e siècle : est-il / fut-il populaire et contemporain, comme l’affirmait en son temps le journal L’Humanité après la publication du magnifique Fragments d’un discours amoureux en 1977? Populaire, les « Fragments »? Plus que son précédent Système de la mode, certes, mais certainement moins que les yéyés, la pétanque ou le Ricard. Qu’entendait ce journal si proche du peuple par le terme « populaire »?

Par glissements successifs, on comprend que Barthes n’était pas populaire dans un sens socio-économique ou politique mais qu’il était en train d’acquérir une renommée qui infiltrait la masse au goutte à goutte. Le populaire, en 1977, se trouve mis en équivalence avec le terme de « contemporain », comme si être de son temps signifiait être au diapason de la masse, ce qui expliquerait l’étirement du contemporain sur des décennies, alors que le moderne trébuche sur le post à la même époque (je reviendrai sans doute sur tout ce débat à une autre occasion).

Pourtant, Barthes se défend d’être moderne et encore moins d’avant-garde (ce dernier point est ancien puisqu’il date de son article « La Vaccine de l’avant-garde », 1955). On l’a d’ailleurs assimilé à un mouvement anti-moderne (A. Compagnon) ou post-moderne (Th. Clerc, E. Marty), pour justifier le fait qu’il tente perpétuellement de se dégager le corps des carcans temporels trop marqués et  soumis aux modes, et par conséquent condamnés à la désuétude. Barthes louvoie, prend des chemins de traverse et en préfère en référer, non directement au contemporain comme Agamben à sa suite, mais à l’inactuel. Cette notion directement tirée des Considérations inactuelles de Nietzsche imposait que dans le cheminement de nos recherches nous en revenions à la source, et tout particulièrement à la Seconde considération inactuelle, de l’utilité et de l’inconvénient de l’histoire pour la vie, lecture doublement recommandée par ma collègue philosophe Céline Flécheux à la suite de cette séance de séminaire (« tu y reconnaîtras des situations et des questions qui ont cours exactement aujourd’hui », je la cite de mémoire). Un texte qui dès les premières pages m’a en effet paru particulièrement éclairant sur les différentes inflexions que pouvaient prendre le « contemporain ».

Nietzsche, dans ce texte écrit en 1874, évoque un pan très célèbre de sa pensée, à savoir, l’usage du passé pour la conquête du présent. J’utilise le mot conquête en pesant mes mots car pour le dire vite, Nietzsche considère que le travail de l’historien tue la vie, tue le présent, tue son futur. L’homme historique ploie sous le poids de son grand récit qu’il traîne derrière lui comme un lest qui l’empêche de laisser aller en lui l’élan vital. Il compare l’homme an-historique à l’animal, qui ne se préoccupe guère de son hier et ne cherche qu’à survivre jusqu’au lendemain, car il laisse aller en lui toute l’énergie en direction du moment à venir. L’homme ne peut évidemment se passer de l’histoire et vivre dans l’oubli le plus total. Comment utiliser alors la connaissance du passé sans pour autant s’arc-bouter sous son poids, comme dit Nietzsche, et réussir à vivre dans le présent, malgré le passé? Il évoque un degré d’historicité où la « faculté de pouvoir sentir (…) d’une façon non historique devra donc être tenue comme la faculté primordiale » (p. 11) :

« Pour pouvoir déterminer ce degré et, par celui-ci, les limites où le passé doit être oublié sous peine de devenir le fossoyeur du présent, il faudrait connaître exactement la force plastique d’un homme, d’un peuple, d’une civilisation, je veux dire cette force qui permet de se développer hors de soi-même, d’une façon qui vous est propre, de transformer et d’incorporer les choses du passé, de guérir et de cicatriser des blessures, de remplacer ce qui est perdu, de refaire par soi-même des formes brisées. » (p. 9)

La force plastique de l’homme est une des qualités qui lui permet donc, contrairement au mouton oublieux mais heureux, de transformer sans cesse le présent et le souvenir dans un mouvement créatif qui le porte au-delà de ses limites, vers l’action et le futur. Citant Niebuhr, Nietzsche introduit alors l’homme supra-historique, celui qui grâce à une vision panoptique de l’histoire et de sa propre condition (celle d’un homme aveugle quand il se jette dans l’action), ne voit de différence entre présent et passé (p. 13). Impasse donc, pour Nietzsche, que cette conception pleine de sagesse mais aussi d’indifférence. L’histoire ne profite à la vie que dans sa plasticité, et non dans le constat désabusé de toutes les forces contradictoires qui ont fait l’événement (« folie, injustice, aveugle passion, et en général tout l’horizon obscur et terrestre de ce phénomène », p. 17).

Ce texte aux mille perspectives, il est évidemment vain de tenter de l’épuiser en un billet. Je garderai donc pour l’instant cette première idée à méditer de « plasticité » dans le rapport au passé qui me semble caractéristique de tout le courant esthétique postmoderne, mais encore plus contemporain. N’y a-t-il pas dans cette « force plastique » chère à Catherine Malabou, un principe de reprise en citations qui caractérise la forme conceptuelle de l’oeuvre d’art contemporaine? Ne peut-on pas voir dans les références récurrentes à l’histoire de l’art ou les formes du passé chez les artistes cette force plastique qui dépasse le présent et le transforme? Lancées en guise de préambule philosophique à cette nouvelle année , ces considérations de Nietzsche tiendront lieu de fil d’Ariane dans notre poursuite du contemporain à travers les pistes de l’inactuel.