Archives par mot-clé : études visuelles

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.)

co-direction Magali Nachtergael (Paris 13) & Anne Reverseau (FNRS – UCLouvain)

Colloque au centre culturel de Cerisy-la-salle (Normandie), du 2 au 9 juin 2020

Appel à communications

Ce colloque entend explorer le rôle qu’un objet a priori banal a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont approprié ou se sont opposés à ce modèle d’iconotexte plus polémique qu’il n’y paraît. Nous privilégierons les approches synthétiques ou les approches croisées, non monographiques, permettant une relecture de ce medium moderne.

Dans quelle mesure les cartes postales, en tant que medium, ont eu un impact sur les productions artistiques et littéraires des XXe et XXIe siècles ? Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un revival qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

La manipulation des cartes postales dans les arts plastiques, depuis les collages dada et surréalistes des années 1910 et 1920 jusqu’aux formes numériques actuelles, en passant par le Mail art et le Pop art, est aujourd’hui bien connue, mais le phénomène n’a pas encore été étudié dans sa continuité. Son impact sur la littérature de la même période, jusqu’aux pratiques les plus contemporaines, mérite également une enquête approfondie, qui fasse ressortir toute la plasticité de cette image que l’on a bien en main. Il s’agira notamment de montrer que ce petit rectangle de papier illustré si connu a eu un puissant impact sur l’évolution des rapports entre verbal et visuel depuis son invention dans le monde germanique à la fin du XIXe siècle et son âge d’or dans l’Europe de la Belle époque. L’essor des techniques, et ultérieurement, des technologies, entraîne une démultiplication des formats de type carte postale, tout en marginalisant sa version initiale sur support papier. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de « carte postale » reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique et communicationnel qu’elle représente encore aujourd’hui. Continuer la lecture de CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith

« Lorna Simpson’s 9 Props« 

Conférence plénière inédite en France
1er juin 2018 – 10h
Auditorium de la MSH Paris Nord

Une théoricienne des images et de la culture

Shawn Michelle Smith, professeure de visual & cultural studies à la prestigieuse School of the Art Institute of Chicago fait partie des théoriciens, historiens et critique de la culture visuelle états-unienne qui ont révolutionné la réception et l’interprétation des images dans la société. Elle fait partie, au même titre que Susan Sontag, Rosalind Krauss, Kristin Ross, Griselda Pollock, Amelia Jones et Jane Gallop, de ces femmes théoriciennes qui ont marqué la pensée de la culture et de la vision, sans toujours trouver en France l’écho qu’elles pouvaient avoir dans leur pays, au même titre que plusieurs représentants des visual studies, W.J.T Mitchell n’étant que partiellement traduit, Nicholas Mirzoeff et le collègue de Smith au SAIC, James Elkins, pas du tout[1].

Cette présentation de Shawn M. Smith – et sa venue en France – soulève un enjeu double : d’une part, il s’agit de faire mieux connaître le champ des études visuelles étasuniennes, dans la lignée des travaux de Maxime Boidy qui a consacré à l’école américaine un ouvrage intitulé de façon générique Etudes visuelles (PUV, 2017). D’autre part, il s’agit aussi d’introduire dans le débat des travaux théoriques de façon paritaire, de sorte aussi à faire émerger les problématiques de genre au coeur des travaux de Sontag, Pollock, Gallop mais aussi Smith qui leur ajoute des enjeux raciaux. Dans Photography Degree Zero, un ensemble d’études coordonné par le théoricien de l’image Geoffrey Batchen sur La Chambre claire, Shawn Michelle Smith avait, avec Carol Mavor, proposé les analyses les plus novatrices sur le rapport de Roland Barthes à la race, et en particulier aux afro-descendants très présents dans les photographies qu’il présente dans sa « note sur la photographie ».

Cartes postales de lynchages en Amérique : la fabrique de l’identité suprémaciste

Continuer la lecture de Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith