Archives par mot-clé : littérature et art

[MàJ] Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (Littérature et arts contemporains) – 29/11/19

La soutenance d’habilitation à diriger des recherches de Magali Nachtergael en littérature et arts contemporains se tiendra le vendredi 29 novembre à 14h à l’Université de la Sorbonne :
 
Salle des thèses
Campus des Cordeliers
15 rue de l’Ecole de Médecine
75006 Paris
 
Dans le sillage des travaux réalisés durant le programme Les Contemporain-es, le dossier d’habilitation « La néolittérature, une approche culturelle du contemporain » comporte deux inédits :
 
Poet Against The Machine, une histoire médiatique de la néolittérature (littérature et médias)
Contre-récits. De quelle matière sont faites les narrations contemporaines? (littérature et art contemporain)
 
qui seront présentés devant un jury composé de Bernard Vouilloux (garant, Université Sorbonne), Jan Baetens (KU Leuven), Elisa Bricco (U. di Genova), Jean-Max Colard (MNAM / U. Lille), Dominique Rabaté (U. Paris Diderot) et Tiphaine Samoyault (U. Sorbonne nouvelle).
 
La soutenance publique sera suivie d’un pot amical.
 
Ces travaux ont été soutenus par le laboratoire de recherche Pléiade (EA7338), l’Université Paris 13 et l’Idex Comue SPC Paris Sorbonne Cité.
 
Soutenance HDR
 
« La néolittérature, une approche culturelle du contemporain »
 
Date :  29 novembre 2019
Heure : 14h00 – …
Lieu : Université de la Sorbonne
Salle des thèses
Campus des Cordeliers
15 rue de l’Ecole de Médecine
Paris 6e (métro Odéon ou St Michel)
 
Illustration : Thu Van Tran, L’imaginaire ne cèdera pas, 2009, courtesy de l’artiste

Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé sur Radio Campus

Petit souvenir de vacances, l’exposition Cartes postales, nouvelles d’un monde rêvé s’est tenue du 1er juillet au 25 août au Musée d’Arles antique dans le cadre des Rencontres photographiques d’Arles édition 2019.

Nous avons répondu à l’invitation de Flore di Sciullo et Henri Guette pour Radio Campus pour l’émission « En pleines formes » (9 juin 2019) avec Valérie Mréjen et Marie Boivent pour évoquer ce petit format pas si innocent que cela.

A suivre, du 2 au 9 juin 2020, le colloque « Cartes postales » à Cerisy la Salle : propositions à envoyer jusqu’au 12 septembre!

En Pleines Formes 09/06/2019 : La carte postale

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.)

co-direction Magali Nachtergael (Paris 13) & Anne Reverseau (FNRS – UCLouvain)

Colloque au centre culturel de Cerisy-la-salle (Normandie), du 2 au 9 juin 2020

Appel à communications

Ce colloque entend explorer le rôle qu’un objet a priori banal a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont approprié ou se sont opposés à ce modèle d’iconotexte plus polémique qu’il n’y paraît. Nous privilégierons les approches synthétiques ou les approches croisées, non monographiques, permettant une relecture de ce medium moderne.

Dans quelle mesure les cartes postales, en tant que medium, ont eu un impact sur les productions artistiques et littéraires des XXe et XXIe siècles ? Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un revival qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

La manipulation des cartes postales dans les arts plastiques, depuis les collages dada et surréalistes des années 1910 et 1920 jusqu’aux formes numériques actuelles, en passant par le Mail art et le Pop art, est aujourd’hui bien connue, mais le phénomène n’a pas encore été étudié dans sa continuité. Son impact sur la littérature de la même période, jusqu’aux pratiques les plus contemporaines, mérite également une enquête approfondie, qui fasse ressortir toute la plasticité de cette image que l’on a bien en main. Il s’agira notamment de montrer que ce petit rectangle de papier illustré si connu a eu un puissant impact sur l’évolution des rapports entre verbal et visuel depuis son invention dans le monde germanique à la fin du XIXe siècle et son âge d’or dans l’Europe de la Belle époque. L’essor des techniques, et ultérieurement, des technologies, entraîne une démultiplication des formats de type carte postale, tout en marginalisant sa version initiale sur support papier. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de « carte postale » reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique et communicationnel qu’elle représente encore aujourd’hui. Continuer la lecture de CFP – Cartes postales. Circulations et revivals dans la culture visuelle et littéraire (XXe-XXIe s.) (date limite propositions : 10/09)

Souvenir d’un Workshop parcours Art et Culture durant La Triennale de l’art (2012)

Visite-fiction

Dans le cadre du cours « Usages contemporains de la fiction », les étudiants du parcours Arts et culture, déjà initiés à l’écriture créative par des Ateliers d’écriture, ont proposé un document de médiation indirecte au sein de la Triennale de l’art « Intense proximité ». Partant du constat que les commissaires d’expositions et les artistes s’intéressaient à la notion de fiction dans la production d’œuvres et que, par ailleurs, l’immensité de la Triennale ne permettrait pas aux visiteurs de tout saisir en une visite, cette impossibilité nous a paru une ouverture à la création imaginaire. Le principe moteur de la visite d’une exposition d’art contemporain est l’exploration et le dépaysement : comme dans un territoire inconnu, le visiteur avance de surprise en surprise, de découvertes en découvertes qui modifient sa perception à la fois de l’art et du réel. Après avoir choisi, au sein de la Triennale, un panel d’œuvres formellement variées (dessins, vidéo, documentaire, installation, sculpture, œuvre imperceptible), les étudiants avaient pour mission d’écrire une micro-fiction qui intégrerait l’expérience esthétique par le biais de l’immersion fictionnelle ludique, apportant ainsi des éléments de compréhension à l’œuvre qui ne relèveraient pas de la connaissance. Cette porte d’entrée, qui permet de rendre plus proche des œuvres qui paraissent parfois inaccessibles au visiteur profane, renouvelle l’expérience de la visite d’exposition tout en valorisant concrètement les compétences rédactionnelles et créatives d’étudiants de Lettres modernes aux prises avec la création contemporaine.

Les œuvres des artistes sélectionnés, Georges Adeagbo, Nina Canell, David Maljkovic, Marie Voignier, ont été mises en regard avec d’autres œuvres évoquant un point d’ancrage formel ou thématique et permettant de rebondir vers d’autres points de la Triennale. Ainsi, l’installation d’Adeagbo dialogue avec celle de Zdenek Kosek (Je suis le cerveau de l’univers), celle de Nina Canell avec la Valve d’Haim Steinbach pour former un réseau souterrain secret au sein même du Palais de Tokyo. Le film documentaire de Marie Voignier renvoie directement aux œuvres d’Anca Benera et Arnold Estefan sur les animaux mythiques et imaginaires qui occupent les lieux sans qu’on le sache. Enfin, l’œuvre de David Maljkovic, disséminée dans toute l’espace, permet de visiter la Triennale de façon transversale, comme en suivant un jeu de piste. Composé de courts textes, d’une carte topographique imaginaire, la visite-fiction, intitulée « Les naufragés de l’art » fait glisser le visiteur dans des « bulles » de fictions qui mettent à la fois la temporalité et l’espace de l’exposition à l’épreuve.

Magali Nachtergael et les étudiants du Parcours Arts et culture