Archives par mot-clé : photographie

Appel à communications Punctum in motion. Photographie et écritures du moi, Naples, 29-30/10 2019 (AAC=> 31 mai)

Punctum in motion. Photographie et écritures du moi Naples, 29-30 octobre 2019 Anna Masecchia et Valeria Sperti org., Università di Napoli “Federico II”

Nombreuses sont les expérimentations esthétiques qui remettent en cause la notion de “genre” entre la deuxième moitié du XXe et le début du XXIe siècle. C’est tout particulièrement le cas de l’autobiographie dont la crise se manifeste selon des trajectoires distinctes, allant de l’autofiction, un phénomène essentiellement littéraire, à différentes formes d’autoportraits filmiques et audiovisuels.

La littérature et le cinéma, sous l’impulsion de la révolution numérique, ont repensé l’image-photo fixe et analogique, la transformant en une réflexion sur le moi et sur sa construction, à la fois auctoriale et divisée, scindée. Depuis longtemps la littérature est séduite par l’image, pouvant témoigner du vécu dans une perspective mémorielle différente par rapport à l’écriture, mais comment la photographie se raconte-t-elle aujourd’hui ? Et encore, quelle est sa fonction : garantir un supplément d’identité ou bien s’offrir le moyen d’une fuite vers l’imaginaire ? Quant au cinéma, il ne cesse de s’interroger sur son propre dispositif à partir de l’image fixe et photographique, qui souvent déclenche une narration enquêtant sur ses relations avec un monde toujours plus hypermédiatisé. Continuer la lecture de Appel à communications Punctum in motion. Photographie et écritures du moi, Naples, 29-30/10 2019 (AAC=> 31 mai)

Cent ans de phototextes politiques et littéraires de langue française – Andy Stafford

Barthes et le phototexte

Andy Stafford, professeur de littérature et cultures françaises et francophones à l’université de Leeds, est un spécialiste reconnu de Roland Barthes, auteur de deux biographies intellectuelles et critiques. Egalement le traducteur en anglais de Système de la mode, il a élaboré avec Claude Coste l’édition du cours de Barthes à l’EPHE « Sarrasine » de Balzac, publié aux éditions du Seuil, cours qui donna lieu au fameux essai structuraliste et subversif, S/Z, en 1970. Stafford, qui enseigne à l’université de Leeds au Royaume-Uni, a depuis longtemps parallèlement développé ses recherches en littératures françaises et francophones contemporaines, et abordé l’oeuvre de Barthes en intégrant le contexte culturel, historique et postcolonial. Ses articles sur Barthes et la poésie marocaine, Edward Saïd, Barthes chroniqueur de gauche, ou Barthes face à mai 68 situent ses travaux à l’intersection entre pensée critique, études visuelles et engagement. L’un de ses ouvrages majeurs sur la littérature et la photographie n’a pas été traduit en français, et à l’image des travaux de WJT Mitchell, si certains ouvrages collectifs sont connus chez les spécialistes de littérature et photographie, leur visibilité dans le dialogue théorique français reste trop périphérique : elles doivent être replacées au centre des études actuelles de l’image, des discours et de la littérature.

Continuer la lecture de Cent ans de phototextes politiques et littéraires de langue française – Andy Stafford

Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith

« Lorna Simpson’s 9 Props« 

Conférence plénière inédite en France
1er juin 2018 – 10h
Auditorium de la MSH Paris Nord

Une théoricienne des images et de la culture

Shawn Michelle Smith, professeure de visual & cultural studies à la prestigieuse School of the Art Institute of Chicago fait partie des théoriciens, historiens et critique de la culture visuelle états-unienne qui ont révolutionné la réception et l’interprétation des images dans la société. Elle fait partie, au même titre que Susan Sontag, Rosalind Krauss, Kristin Ross, Griselda Pollock, Amelia Jones et Jane Gallop, de ces femmes théoriciennes qui ont marqué la pensée de la culture et de la vision, sans toujours trouver en France l’écho qu’elles pouvaient avoir dans leur pays, au même titre que plusieurs représentants des visual studies, W.J.T Mitchell n’étant que partiellement traduit, Nicholas Mirzoeff et le collègue de Smith au SAIC, James Elkins, pas du tout[1].

Cette présentation de Shawn M. Smith – et sa venue en France – soulève un enjeu double : d’une part, il s’agit de faire mieux connaître le champ des études visuelles étasuniennes, dans la lignée des travaux de Maxime Boidy qui a consacré à l’école américaine un ouvrage intitulé de façon générique Etudes visuelles (PUV, 2017). D’autre part, il s’agit aussi d’introduire dans le débat des travaux théoriques de façon paritaire, de sorte aussi à faire émerger les problématiques de genre au coeur des travaux de Sontag, Pollock, Gallop mais aussi Smith qui leur ajoute des enjeux raciaux. Dans Photography Degree Zero, un ensemble d’études coordonné par le théoricien de l’image Geoffrey Batchen sur La Chambre claire, Shawn Michelle Smith avait, avec Carol Mavor, proposé les analyses les plus novatrices sur le rapport de Roland Barthes à la race, et en particulier aux afro-descendants très présents dans les photographies qu’il présente dans sa « note sur la photographie ».

Cartes postales de lynchages en Amérique : la fabrique de l’identité suprémaciste

Continuer la lecture de Aux sources du suprémacisme blanc avec Shawn Michelle Smith

Colloque international Le Phototexte engagé – MSH Paris Nord (31/05-1/06)

Le Phototexte engagé
Du militantisme aux luttes de visibilité

Magali Nachtergael, Charlotte Foucher Zarmanian et Marie-Anne Paveau org.

Programme COMPLET

Jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2018
9h – 17h30
Auditorium
Maison des Sciences Humaines Paris Nord
93210 Saint-Denis

En partenariat média avec Artpress

L’histoire du militantisme est ponctuée de slogans, affiches, tracts, pamphlets, interventions urbaines ou physiques, occupations, séquestrations, grèves, manifestations. Toutes ces démonstrations – au sens de visibilité et de rhétorique – ont leur force, leur langage, leur culture et leur histoire visuelle.

La mémoire des luttes et du militantisme passe par l’archive bien sûr, mais aussi par une reconfiguration créative articulant le texte et l’image, relevant de l’artivisme autant que de la rhétorique politique. Texte et photographie, s’ils ont œuvré de pair à faire passer des messages politiques, documentent aussi dans une autre temporalité les moments d’engagement parfois sous la forme d’un livre, d’un journal intime, d’une publication sur le web quand ils ne font pas office de rappel dans la rue. Au début du 20e siècle, le photomontage a été plébiscité par les artistes comme outil d’affichage politique et de dénonciation. Il s’est imposé dans le contexte des luttes de classe, des guerres, de la censure et en particulier pour contrer le discours fasciste. Le couple texte-image a ainsi inauguré une nouvelle didactique de la lutte, pour éclairer, expliquer, montrer et convaincre face aux aberrations des politiques sociales et culturelles. Il est également devenu, dans la seconde moitié du 20e siècle, un médium de prédilection au service des luttes féministes et LGBTQIA+, de la conquête des droits civiques africains-américains et des mouvements antiracistes, permettant une meilleure visibilité dans l’espace public et social. Continuer la lecture de Colloque international Le Phototexte engagé – MSH Paris Nord (31/05-1/06)