Archives par mot-clé : poésie

Alex Cecchetti, Manque d’imagination, dans la collection Les Contemporains (éditions P)

Alex Cecchetti (1977-2014) était un artiste, un poète et un chorégraphe. Son travail, difficile à assigner à une seule catégorie tantôt écriture, performance, dessin, danse et discussion, peut être considéré comme l’art de l’irreprésentable. Mort pour la première fois en 2014 de des raisons inconnues, l’artiste continue malgré tout de produire de nouvelles pièces, présenter des performances et publier des poèmes. Il a exposé dans le monde entier, entre autres, à la Fondation Serralves, Porto, la Serpentine Gallery, Londres, au Centre Pompidou, au Jeu de Paume, au 15e prix de la Fondation Ricard et au Palais de Tokyo à Paris, au MAXXI de Rome et au CAC de Vilnius (Lithuanie). Il a publié deux ouvrages, une reconstitution d’une performance narrative, Marie & William, A Performance by Alex Cecchetti (Mousse Publishing, 2015) et une nouvelle, A Society That Breathes Once A Year (Book Works, 2012). Il développe actuellement un projet intitulé Tamam Shud, qui consiste en un roman à partir de performances, d’expositions et de lectures publiques.

Manque d’imagination rassemble sous la forme de poèmes un catalogue d’œuvres invisibles, manquantes ou immatérielles. Ces récits de performances renouent avec la tradition de l’épopée ou la chanson de geste pour recréer par l’imagination l’image des œuvres absentes.

 

 

Editions P
novembre 2016
collection Les Contemporains
isbn 978-2-917768-61-7

140 pages N&B
couverture souple
10,5 x 16,5 cm
textes (français) :
Alex Cecchetti

Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Jérôme Game, auteur de Développements, paru en 2015 dans la collection Les Contemporains, nous avait fait le plaisir de venir pour une séance de séminaire en compagnie de Louise Hervé et Chloé Maillet.
Le 18 juin 2014, Lorraine Duménil et Olivier Penot-Lacassagne organisaient une journée d’études passionnante sur La Performance narrative (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle). A cette occasion, il s’est entretenu avec Pascal Mougin qui coordonne La Tentation littéraire de l’art contemporain (à paraître aux Presses du réel, janvier 2017). Leur conversation, portant sur les ressorts narratifs de la poésie-performance, est retranscrite ici. Nous les en remercions, ainsi que les organisateurs de la journée d’études.

Continuer la lecture de Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Ugo Rondinone : I ♥ John Giorno

au PALAIS DE TOKYO (19 octobre 2015 – 10 janvier 2016)

Compte rendu d’exposition

I ♥ John Giorno est un hommage « à facettes » du poète et artiste new-yorkais, réalisé par Ugo Rondinone. Dès son introduction, l’exposition fait de John Giorno une véritable star – en témoignent la première installation vidéos où l’on voit le personnage en noir et blanc sous tous ses angles -, en clin d’oeil au film Sleep d’Andy Warhol, qui dévoile le corps de John Giorno à 20 ans, endormi pendant 5 heures et 21 minutes. L’exposition dresse le portrait d’un poète né en 1936 qui a fait de la poésie un art total et de l’écriture poétique une matière sonore, visuelle et libre. À la fois influencé par le caractère certes subversif mais néanmoins classique de la littérature Beat Generation, et de l’autre, par les mouvements musicaux, artistiques ou chorégraphiques avant-gardistes des années 1960 à New York, John Giorno fait partie de ces figures qui ont cherché à étendre la poésie au delà de la frontière du livre et dans le champs, vivant, de l’art contemporain. De ses Poem Paintings à Dial-A-Poem en passant par ses nombreuses performances et son intime lien avec la poésie sonore – Giorno a multiplié les techniques, les formats et la nature même de ses œuvres pendant ces cinquante dernières années.

Cette rétrospective est également l’exposition  d’un travail d’archives : Giorno collectait en effet de nombreux documents, coupes de presses, poèmes, photographies, lettres qu’il déposait successivement chez ses parents et qui a inspiré Ugo Rondinone, ami et amant, à réaliser une « exposition d’amour » dont le poète et ses collections font l’objet. Le jeune artiste a trié et présenté ces documents en catalogues classés par années (de 1946 à 2015), mis à disposition du public dans une salle recouverte de feuilles de papier aux couleurs du recueil Balling Bouddha (1970) . C’est dans la même veine que se présentent les poèmes distribués aux visiteurs par des patineurs, qui déambulent entre les salles. Excepté l’espace consacré à la dimension bouddhiste du poète en partenariat avec le musée Guimet et présentée de façon somme toute anecdotique, les diverses propositions choisies reflètent clairement l’oeuvre du poète – notamment la salle dans laquelle sont suspendus des écrans reliés à des casques qui permettent la lecture et l’écoute simultanées de poèmes dans un espace recouvert de ses Poem Paintings.  Entre déclaration d’amour et acte d’inscription d’une figure poétique dans l’antre du centre d’art, I ♥ John Giorno rassemble la riche production de cet artiste-reflet d’une époque déterminante, qui a offert aux arts l’occasion rêvée d’une communion esthétique, technologique et spirituelle.

Marie Fouquet
Université Paris 13

Jérôme Game dans la collection Les Contemporains : sortie le 3/09

La collection Les Contemporains s’enrichit de deux nouveaux titres inédits autour de la question de la photographie. Les textes de Jérôme Game et Marcelline Delbecq sont disponibles aux éditions Manucius pour la somme de 4 euros et dans toutes les bonnes librairies.

Game 1 couvJérôme Game
Développements
2015

 

 

 

 

 

 

 

L’exposition imaginaire d’un jeune artiste fictif devient une suite de fragments poétiques, prises de vues sous forme de photo-poèmes. Dans cette exposition, circulez, il n’y a rien à voir !

Quatrième de couverture

Développements est la première exposition personnelle, sous forme de livre, d’un photographe débutant : Benjamin B., qui se trouve aussi être le personnage de Departure Lounge, le roman que je viens d’achever.

À la fin de Departure Lounge, Benjamin B. quitte son emploi et se consacre à la photographie numérique, réalisant aussi quelques vidéos parfois.

Je suis quant à moi le curateur de cette exposition : j’en assure les tirages papier sous formes de blocs de prose, ainsi que l’accrochage, sous forme d’ouvrage, ainsi de Développements.

– Voyons, reprenons : tout cela reste un peu opaque. Un personnage de roman qui devient photographe; des photographies et projections vidéo exclusivement composées de blocs-textes; un livre fait espace d’exposition, c’est bien cela Développements ?

– Oui, c’est ça, je pratique la vidéo, la photographie : j’écris des textes. J’ai une caméra textuelle; je me la suis construite. L’exposition qu’on a imaginée ici, ses œuvres, adviennent de passer dans le texte. Aucune mise en abîme. Plutôt : du développement, à double-sens, entre texte et images via le texte, entre personnage-opérateur et fonction-auteur via le dispositif, entre espace (plastique) et espace (discursif) via la méthode, entre voir et lire, raconter et montrer. (J. G.)

 

Jérôme Game (vit et travaille à Paris et New York)

Jérôme Game est un écrivain français né en 1971. Il écrit des livres de poésie, de poésie sonore, de vidéopoésie, des essais. Il fait des lectures-performances, seul, avec des musiciens, des danseurs, des plasticiens, des metteurs-en-scène. Les arts visuels et d’installation lui sont essentiels. En ce moment, il habite entre New York et Paris. Ce qui lui convient pour travailler : être étranger (ici) ; être à distance (de là-bas), être entre. Demeurer entre – les pratiques, les langues, les médias. S’y installer comme dans une case vide pour œuvrer sans s’alourdir de trop d’appartenance, de trop d’identité.

Depuis 2000, il a publié une quinzaine de livres et donné de nombreuses lectures en France et à l’étranger (Europe, Afrique du Nord, Asie, Amériques). Il a également coréalisé un DVD de vidéopoèmes ainsi que des affiches et des installations photographiques (cf. bibliographie ci-dessous).

Son écriture se développe au travers de collaborations avec des plasticiens (Naby Avcioglu, Valérie Kempeneers), des musiciens (Didier Aschour, Jean-Kristoff Camps, Oliver Lamarche, l’ensemble Motus, Carole Rieussec), des metteurs-en-scène (Cyril Teste/Collectif MxM) ou des chorégraphes (David Wampach), lors d’interventions performatives explorant points de contact entre écriture et pratiques plastiques (images, scènes, sons).

Il a été décrit comme un “compositeur en-dedans et en-dehors de la littérature, au rythme d’une caméra textuelle et d’un micro aux récits qui disjonctent, (…) pratiquant une langue aux prises insaisissables. Allez l’écouter, vous y verrez le montage d’un film qui avance depuis ses arrêts sur lecture. Allez le lire, vous y visiterez une installation qui résiste à toute définition et se désiste à toute prise. Jérôme Game cherche des dispositifs où l’écriture est chargée d’autre chose, de l’image Youtube à la photographie, à l’art contemporain. Écrivain radiophonique, vidéaste du verbe, chercheur sonore, qu’importe l’enseigne pourvu qu’il y ait le devenir” (Flora Moricet, Inferno Magazine).

Translations, correspondances, appropriations; réinitialisation de procédés, questionnements transfrontaliers, dispositifs communs : c’est dans ces écarts que son écriture est prise, et tente de se refaire elle-même.

Il a publié dans de nombreuses revues et a été traduit en plusieurs langues (anglais, chinois, japonais). Il est également l’auteur de textes théoriques sur l’esthétique contemporaine (philosophique, littéraire, plastique, cinématographique). Son travail a par ailleurs fait l’objet d’adaptations scéniques (ma phrase a pris 3 cm de plus, de mieux, se détend, d’Yves Arcaix) et plastiques (Over Game, installation multimédia de Bérengère Lebâcle et Alexis Fichet).

Jérôme Game a récemment été en résidence au centre d’art le Triangle de Rennes, au MAC/VAL à Vitry-sur-Seine, à Hong Kong (Mission Stendhal), et à New York (NYU).

Site : www.jeromegame.com