Archives par mot-clé : poésie

Publication : Poet Against The Machine

Dans le sillage du programme Les Contemporains, Magali Nachtergael publie Poet against the machine. Une histoire technopolitique de la littérature, Marseille, Le Mot et le reste, 198 p., 2 décembre 2020.
 
 
« De la poésie sonore jusqu’au numérique en passant par le rap, Poet Against The Machine raconte l’histoire politique des machines, des médias et de la technologie dans la poésie hors du livre. À l’heure du tout-numérique, cet essai revient sur les contre-cultures poétiques sur scène, dans les festivals et les communautés alternatives et interroge la prétendue neutralité des médiums. Que ce soit avec un magnétophone ou un algorithme, l’humain et la machine sont en constante interaction dans une lutte créative et symbolique. Dans cet état de modernité technique avancée où le média a autant de place que le texte, les hiérarchies sont bousculées, laissant la possibilité d’une néolittérature libérée du livre et de ses canons. »
 
 
Image de couverture : Cercle Ramo Nash, Black Box, 1998, Collection Paul Devautour et Yoon Ja (Photo : Florian Kleinefenn, Frac Provence Alpes Côte d’Azur)
 
L’ouvrage a été soutenu par le Laboratoire Pléiade et la structure fédérative « Délivrez-nous du livre! », devenue en 2019 l’Institut Medialect.

Alex Cecchetti, Manque d’imagination, dans la collection Les Contemporains (éditions P)

Alex Cecchetti (1977-2014) était un artiste, un poète et un chorégraphe. Son travail, difficile à assigner à une seule catégorie tantôt écriture, performance, dessin, danse et discussion, peut être considéré comme l’art de l’irreprésentable. Mort pour la première fois en 2014 de des raisons inconnues, l’artiste continue malgré tout de produire de nouvelles pièces, présenter des performances et publier des poèmes. Il a exposé dans le monde entier, entre autres, à la Fondation Serralves, Porto, la Serpentine Gallery, Londres, au Centre Pompidou, au Jeu de Paume, au 15e prix de la Fondation Ricard et au Palais de Tokyo à Paris, au MAXXI de Rome et au CAC de Vilnius (Lithuanie). Il a publié deux ouvrages, une reconstitution d’une performance narrative, Marie & William, A Performance by Alex Cecchetti (Mousse Publishing, 2015) et une nouvelle, A Society That Breathes Once A Year (Book Works, 2012). Il développe actuellement un projet intitulé Tamam Shud, qui consiste en un roman à partir de performances, d’expositions et de lectures publiques.

Manque d’imagination rassemble sous la forme de poèmes un catalogue d’œuvres invisibles, manquantes ou immatérielles. Ces récits de performances renouent avec la tradition de l’épopée ou la chanson de geste pour recréer par l’imagination l’image des œuvres absentes.

 

 

Editions P
novembre 2016
collection Les Contemporains
isbn 978-2-917768-61-7

140 pages N&B
couverture souple
10,5 x 16,5 cm
textes (français) :
Alex Cecchetti

Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Jérôme Game, auteur de Développements, paru en 2015 dans la collection Les Contemporains, nous avait fait le plaisir de venir pour une séance de séminaire en compagnie de Louise Hervé et Chloé Maillet.
Le 18 juin 2014, Lorraine Duménil et Olivier Penot-Lacassagne organisaient une journée d’études passionnante sur La Performance narrative (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle). A cette occasion, il s’est entretenu avec Pascal Mougin qui coordonne La Tentation littéraire de l’art contemporain (à paraître aux Presses du réel, janvier 2017). Leur conversation, portant sur les ressorts narratifs de la poésie-performance, est retranscrite ici. Nous les en remercions, ainsi que les organisateurs de la journée d’études.

Continuer la lecture de Entretien Jérôme Game et Pascal Mougin, Performance, poésie et narrativité

Ugo Rondinone : I ♥ John Giorno

au PALAIS DE TOKYO (19 octobre 2015 – 10 janvier 2016)

Compte rendu d’exposition

I ♥ John Giorno est un hommage « à facettes » du poète et artiste new-yorkais, réalisé par Ugo Rondinone. Dès son introduction, l’exposition fait de John Giorno une véritable star – en témoignent la première installation vidéos où l’on voit le personnage en noir et blanc sous tous ses angles -, en clin d’oeil au film Sleep d’Andy Warhol, qui dévoile le corps de John Giorno à 20 ans, endormi pendant 5 heures et 21 minutes. L’exposition dresse le portrait d’un poète né en 1936 qui a fait de la poésie un art total et de l’écriture poétique une matière sonore, visuelle et libre. À la fois influencé par le caractère certes subversif mais néanmoins classique de la littérature Beat Generation, et de l’autre, par les mouvements musicaux, artistiques ou chorégraphiques avant-gardistes des années 1960 à New York, John Giorno fait partie de ces figures qui ont cherché à étendre la poésie au delà de la frontière du livre et dans le champs, vivant, de l’art contemporain. De ses Poem Paintings à Dial-A-Poem en passant par ses nombreuses performances et son intime lien avec la poésie sonore – Giorno a multiplié les techniques, les formats et la nature même de ses œuvres pendant ces cinquante dernières années.

Cette rétrospective est également l’exposition  d’un travail d’archives : Giorno collectait en effet de nombreux documents, coupes de presses, poèmes, photographies, lettres qu’il déposait successivement chez ses parents et qui a inspiré Ugo Rondinone, ami et amant, à réaliser une « exposition d’amour » dont le poète et ses collections font l’objet. Le jeune artiste a trié et présenté ces documents en catalogues classés par années (de 1946 à 2015), mis à disposition du public dans une salle recouverte de feuilles de papier aux couleurs du recueil Balling Bouddha (1970) . C’est dans la même veine que se présentent les poèmes distribués aux visiteurs par des patineurs, qui déambulent entre les salles. Excepté l’espace consacré à la dimension bouddhiste du poète en partenariat avec le musée Guimet et présentée de façon somme toute anecdotique, les diverses propositions choisies reflètent clairement l’oeuvre du poète – notamment la salle dans laquelle sont suspendus des écrans reliés à des casques qui permettent la lecture et l’écoute simultanées de poèmes dans un espace recouvert de ses Poem Paintings.  Entre déclaration d’amour et acte d’inscription d’une figure poétique dans l’antre du centre d’art, I ♥ John Giorno rassemble la riche production de cet artiste-reflet d’une époque déterminante, qui a offert aux arts l’occasion rêvée d’une communion esthétique, technologique et spirituelle.

Marie Fouquet
Université Paris 13